Pierre Campion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Campion
Description de l'image Pierre Campion.jpg.
Naissance (81 ans)
Activité principale
essayiste, critique littéraire

Pierre Campion, né le à Plouër-sur-Rance (Côte-d'Armor), est un essayiste et critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Campion est titulaire d’un DES sur « Le platonisme de Proust » (1961), d’un CAPES de Lettres classiques (1959) et d’une agrégation des Lettres classiques (1963).

Pendant presque toute sa carrière, il a enseigné les Lettres dans les classes préparatoires, littéraires et scientifiques, au lycée Chateaubriand de Rennes.

De 2005 à 2017, il donne un cours de Littérature française à l’Université du Temps libre du Pays de Dinan, 12 à 14 séances par an[1].

Travaux[modifier | modifier le code]

Dans son activité de recherche et de critique, il travaille particulièrement aux frontières sur lesquelles se rencontrent la littérature, les sciences humaines et la philosophie.

Ses études et analyses portent sur Stéphane Mallarmé, Marcel Proust, Gérard de Nerval, Jean-Jacques Rousseau, Jean de La Fontaine et François de La Rochefoucauld, Jean-Paul Sartre et Maurice Merleau-Ponty[2], Claude Lévi-Strauss, Jacques Rancière, Georges Duby et Alain Corbin, Philippe Jaccottet et Yves Bonnefoy, Pierre Bergounioux, Jean-Loup Trassard, Marilyne Desbiolles…

Pierre Campion a publié des articles dans de nombreuses revues : Poétique, Revue d'histoire littéraire de la France, Littérature, Les Temps modernes, Europe, Travaux de littérature française (revue de l’ADIREL[3]), Romantisme, Littératures (Toulouse, le Mirail), Archives de philosophie…

Il a créé et animé la revue interdisciplinaire Atala[4] de 1998 à 2007 avec Alain Deguernel et Claude Moreau.

En 2000, il crée le site internet À la littérature[5] dans lequel il publie ses propres interventions et des contributions de nombreux auteurs, parmi lesquels Laurent Albarracin, Henri Droguet, Marie-Hélène Prouteau, Serge Meitinger, Anne Coudreuse, Pierre-Henri Frangne, Jacqueline Morne, Françoise Morvan, André Markowicz, Hédi Kaddour, Catherine Kintzler… Le site se donne pour objectif de suivre librement l’actualité des parutions concernant la littérature vivante dans ses liaisons avec d’autres disciplines, notamment avec la philosophie.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Mallarmé. Poésie et philosophie (Presses Universitaires de France, 1994 ; texte revu, corrigé et mis à jour, éditions numérique et papier. publie.net, 2017)
  • La Littérature à la recherche de la vérité (Seuil, 1996)
  • Nerval. Une crise dans la pensée (Presses Universitaires de Rennes, 1998)
  • Lectures de La Rochefoucauld (Presses Universitaires de Rennes, 1998)
  • La Réalité du réel. Essai sur les raisons de la littérature (Presses Universitaires de Rennes, 2003)
  • Se rafraîchir à La Fontaine. L’animalité de l’homme dans les Fables (Ennoïa, 2004)
  • L’Agir littéraire (Presses Universitaires de Rennes, 2010)
  • L’Ombre de Merleau-Ponty. Entre philosophie, politique et littérature (Presses Universitaires de Rennes, 2013)

Contributions à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • « Comment Georges Duby écrit l’histoire » dans Réflexions critiques (Littérature, décembre 1991, n° 84)
  • « La raison poétique dans Mallarmé. Esquisse d'une notion de travail » dans Mallarmé ou l’obscurité lumineuse (colloque de Cerisy, Hermann, 1999)
  • « Critique, théorie, esthétique : l’invention de la critique dans Proust » dans L’Invention de la critique d’art (Presses Universitaires de Rennes, 2002)
  • « Les vertus d’un écrivain. Jean-Loup Trassard : une écriture de la fidélité » dans La Valeur (Revue des Sciences humaines, 2006, n° 283)
  • « "Dieu perdu dans l'herbe". L'expérience du sacré chez Philippe Jaccottet » dans La Spiritualité des écrivains (Travaux de littérature française, vol. XXI, 2008)
  • « Littérature et philosophie. Pour une philosophie de la littérature comme volonté » dans Philosophie et littérature (L’École des philosophes, CRDP Nord Pas-de-Calais, décembre 2008)
  • « Lire Nerval au temps de notre crise ? » dans Gérard de Nerval et l’esthétique de la modernité (colloque de Cerisy, Hermann, 2010)
  • « Sartre à Venise. Le séquestré du Tintoret » dans Lecteurs de Sartre (Les Temps modernes, janvier-mars 2012, n° 667)
  • « Jean-Loup Trassard, une archéologie poétique », dans Jean-Loup Trassard (Le Temps qu’il fait, cahier dix-neuf, 2014)
  • « “Uniment reprendre notre bien”. Une action en restitution de propriété » dans Mallarmé et la musique, la musique et Mallarmé (Presses Universitaires de Rennes, 2016)
  • « L’écriture du survivant » dans Pierre Bergounioux (Europe, mai 2017, n° 1057)

Notes et références[modifier | modifier le code]