Pierre-Jérôme Lordon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lordon.
Pierre-Jérôme Lordon
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Activité
Sépulture donnée à saint Sébastien, 1827, Avignon, musée Calvet.

Pierre-Jérôme Lordon (né au Moule à la Guadeloupe le , mort à Paris le ), est un polytechnicien, peintre et dessinateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du négociant Jean Lordon, Pierre-Jérôme Lordon nait à la Guadeloupe en 1780. Il rejoint la métropole à 13 ans et est reçu à l'École centrale des travaux publics (future École polytechnique). Il entame par la suite une courte carrière d'ingénieur géographe, puis d'artilleur en 1803 et devient sous-lieutenant.

Il démissionne ensuite de son poste pour se consacrer à la peinture. Il avait eu l'occasion de suivre les cours de dessins du peintre Neveu, et entre dans l'atelier de Pierre-Paul Prud'hon, dont il devient l'ami, et du sculpteur Lemire.

Il expose au Salon entre 1806 et 1838. Il est remarqué dès le Salon de 1808, où il reçoit une médaille d'or pour sa Communion d'Atala. En 1830, il se présente sans succès au concours organisé pour orner l'Assemblée nationale d'un grand tableau d'histoire, en présentant une esquisse sur le thème de Boissy d'Anglas saluant la tête du député Ferraud.

Il retourne en 1828 à l'École Polytechnique comme maître de dessin, fonction qu'il occupe jusqu'à sa mort en 1838.

Son fils Jean-Abel Lordon devient également peintre.

Liste des peintures[modifier | modifier le code]

Hylas et les nymphes, 1812, Angers, musée des beaux-arts
  • Hylas attiré par les nymphes, 1812, huile sur toile, 220 × 177 cm, Angers, musée des beaux-arts
  • Saint Marc saisi par les soldats pour être conduit au supplice, 1819, huile sur toile, 466 × 371 cm, Libourne, musée des beaux-arts et d'archéologie
  • Henri IV à la bataille de Coutras, 1820, huile sur toile, 420 × 290 cm, Libourne, mairie
  • Séramis mourante, v. 1822, huile sur toile, 325 x 268 cm, Dijon, musée des beaux-arts de Dijon
  • Saint François d'Assise devant le sultan d'Egypte, 1823, huile sur toile, 320 × 260 cm, Paris, église Saint-Jean-Saint-François
  • Henri IV à Libourne après la bataille de Coutras, vers 1824, Pau, musée national du château
  • Sépulture donnée à saint Sébastien, 1827, huile sur toile, Avignon, musée Calvet
  • Sainte Madeleine, 1828, huile sur toile, Cadillac, château
  • Boissy d'Anglas saluant la tête du député Ferraud, 1830, localisation actuelle inconnue

Liens externes[modifier | modifier le code]