Château de Cadillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cadillac.
Château de Cadillac
Image illustrative de l'article Château de Cadillac
Château de Cadillac, vue depuis la cour intérieure
Période ou style Fin Renaissance, début classicisme
Architecte Pierre Biard
Pierre Souffron
Gilles de La Touche Aguesse
Début construction 1598
Fin construction 1634
Propriétaire initial Duc d'Épernon
Destination initiale Château d'apparat, puis prison pour femmes
Propriétaire actuel État français
Destination actuelle Musée
Protection Logo monument historique Classé MH (1862, 1956)
 Inscrit MH (1965, porte du potager)
Site web http://cadillac.monuments-nationaux.fr/
Coordonnées 44° 38′ 17″ nord, 0° 19′ 13″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Gascogne
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Commune Cadillac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Cadillac

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Château de Cadillac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

(Voir situation sur carte : Gironde)
Château de Cadillac

Le château de Cadillac se situe dans la commune de Cadillac, dans le département français de la Gironde. Le château, les douves et le jardin sont classés au titre des monuments historiques par la liste de 1862 et par arrêté du [2] ; la porte du potager est inscrite au titre des monuments historiques en 1965[3].

Le château de Cadillac comme une centaine d’autres monuments, propriété de l’État, est géré, animé et ouvert à la visite par le centre des monuments nationaux.

Présentation[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le château est construit dans la ville du même nom sur la demande de Jean-Louis de Nogaret de la Valette (1554-1642), fait premier duc d'Épernon. Archétype du Gascon orgueilleux, fier et bagarreur, ce château incarne la toute-puissance de ce cadet de Gascogne, devenu l'un des mignons du roi Henri III, qualifié de «Demi-Roi», et amassant honneurs et richesses avant de mourir en disgrâce à 88 ans sous le règne de Louis XIII, à qui il fournit des gardes pour fonder la première compagnie des mousquetaires en 1622.

Le cabinet de travail du duc est familièrement appelé « la moutarde » par les domestiques, tant sont craintes ses sautes d'humeur.

Pour le bâtir, une partie de la ville fortifiée est rasée. Il est un témoin de la fin de la Renaissance et annonce déjà le classicisme du XVIIe siècle. À l'origine, le château flanqué de deux ailes monumentales et de quatre pavillons d'angle entourent la cour d'honneur fermée par un mur d'enceinte. Les ailes, les pavillons et ce mur de clôture sont démontés mi XVIIIe siècle et leurs pierres vendues.

Saisi pendant la Révolution française, il sert de prison au XIXe siècle, qui voit édifier les deux ailes actuelles et une conciergerie ; puis d'école de préservation de jeunes femmes à partir de 1880. Il est fortement endommagé à la suite d'un incendie (1928), devient une institution publique d'éducation surveillée qui ferme enfin en 1952. L'administration pénitentiaire restitue alors le château au secrétariat aux beaux-arts, puis au Ministère de la Culture.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Il est ouvert à la visite et connaît d'importantes campagnes de restauration et de valorisation permettant d'évoquer ses riches intérieurs d'origine, au XVIIème. On peut y admirer notamment des plafonds à la française, des volets intérieurs peints, des cheminées monumentales à la française et une série de tapisseries des XVIème et XVIIème siècles, qui rendent compte des fastueuses collections des ducs d'Épernon. On y parcourt l'Histoire entre guerres de religion, début du règne des Bourbons, Fronde, jusqu'à l'avènement du règne personnel de Louis XIV et la fin prématurée de la lignée des Épernon. On y découvre enfin d'immenses salles et espaces (jusqu'aux sous-sols, leur cuisine et des salles d'échos) et le destin incroyable de ce château, qui garde aussi la trace d'un demi-siècle d'occupation carcérale. Sur l'arrière, un jardin d'agrément restitué à la fin du XXème est accessible depuis la ville. Sa surface est limitée par les fortifications de la ville.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier du Payrat, Renaud Serrette, Le château de Cadillac, éditions du patrimoine (collection Itinéraires), Paris, 2017 (ISBN 978-2-757704684)
  • Catherine Duboÿ-Lahonde, Le petit jardin de Jean-Louis de La Valette à Cadillac (Gironde), In Situ revue des patrimoines, 2001, no 1

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]