Phytochrome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un phytochrome est un photorécepteur de l'organisme végétal.

Structure cristalline du Phytochrome[1].

Il s'agit d'une chromoprotéine constituée d'une partie protéique (apoprotéine d'environ 1100 acides aminés) à laquelle est associée un groupement prosthétique : le chromophore. Ce dernier correspond en fait à un composé tétrapyrrolique à chaîne ouverte. Les phytochromes sont localisés dans le hyaloplasme des cellules végétales.

Les phytochromes interviennent dans la synthèse de la chlorophylle, des flavones ainsi que des bétacyanines, en outre, ils stimulent la fabrication de caroténoïdes. Ils ont également un effet sur le taux de croissance des tissus.

Phytochrome sensible à la lumière rouge[modifier | modifier le code]

Le phytochrome est capable de percevoir la lumière rouge et d'engendrer une réponse caractéristique en fonction de la longueur d'onde reçue. Il est présent sous deux formes selon la longueur d'onde :

  • Pr (pour « red ») : la forme inactive, dont le maximum d'absorption se situe à 660 nm
  • Pfr (pour « far red », rouge lointain) : la forme active, dont le pic d'absorption se situe à 720 nm.

Ces deux formes sont photoconvertibles. Ainsi on passe de Pr à Pfr sous l'action de la lumière rouge clair (660 nm). L'éclairement du phytochrome à l'aide d'infrarouge (720 nm) provoque la réaction inverse. L'ordre de grandeur de l'énergie requise aux réactions commandées par le phytochrome est relativement faible : de 20 à 100 W.m-2 (pour situer l'ordre de grandeur, le Soleil donne 1340 W/m².

Rôles des phytochromes[modifier | modifier le code]

Le phytochrome contrôle plusieurs processus comme :

Il est aussi à noter que le phytochrome régule aussi la synthèse de son propre messager !

Article connexe[modifier | modifier le code]

  1. PDB 3G6O; Yang X, Kuk J, Moffat K, « Crystal structure of P. aeruginosa bacteriaphytochrome PaBphP photosensory core domain mutant Q188L », Proc.Natl.Acad.Sci.USA, vol. 106,‎ 2009, p. 15639–15644 (PMID 1972099, DOI 10.2210/pdb3g6o/pdb)