Chlorophylle f

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Structure de la chlorophylle f[1].
Spectre d'absorption de la chlorophylle f.

La chlorophylle f est une forme de chlorophylle découverte en été 2010 dans des stromatolithes de la baie Shark en Australie-Occidentale[2]. Elle présente la particularité d'avoir un spectre d'absorption décalé vers le rouge, c'est-à-dire qu'elle absorbe davantage de rayonnement infrarouge (à l'entour de 700 nm) que les autres chlorophylles[3]. La chlorophylle f absorbe aussi les longueurs d'onde dans le bleu et l'ultraviolet (entre 350 et 450 nm) Son étude par RMN, par DFT et par spectroscopie visible et spectrométrie de masse indiquent que sa structure serait celle d'une chlorophylle a ayant un groupe aldéhyde –CHO en C2 à la place du méthyle –CH3, soit la 2-formyl-chlorophylle a. La distribution de cette chlorophylle dans l'écosystème demeure inconnue.

On savait déjà en 2010 que certaines bactéries photosynthétiques étaient capables d'utiliser le rayonnement infrarouge mais il s'agissait de bactéries qui, contrairement aux plantes et aux cyanobactéries, ne produisent pas d'oxygène, lequel pourrait nécessiter des ondes plus énergétiques que la lumière infrarouge : l'existence éventuelle de bactéries photosynthétiques produisant de l'oxygène à partir de rayonnements infrarouges constituerait une découverte significative[4]. L'étude de 2010 n'établissait cependant pas le rôle exact de la chlorophylle f, qui pouvait n'intervenir que pour apporter de la chaleur.

En 2018, une étude biophysique de la cyanobactérie Chroococcidiopsis (en) thermalis[5] montre qu'elle est capable de se développer sous un éclairage infrarouge autour de 750 nm et que la chlorophylle f est bien impliquée dans les deux photosystèmes I (autour de 745 nm) et II (autour de 727 nm[a]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le cas du photosystème II la chlorophylle d intervient peut-être, avec ou à la place de la chlorophylle f.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert D. Willows, Yaqiong Li, Hugo Scheer et Min Chen, « Structure of chlorophyll f », Organic Letters, vol. 15, no 7,‎ , p. 1588-1590 (DOI 10.1021/ol400327j).
  2. (en) « Australian scientists discover first new chlorophyll in 60 years », Université de Sydney, 20 août 2010.
  3. (en) Min Chen, Martin Schliep, Robert D. Willows, Zheng-Li Cai, Brett A. Neilan et Hugo Scheer, « A Red-Shifted Chlorophyll », Science, vol. 329, no 5997,‎ , p. 1318-1319 (PMID 20724585, DOI 10.1126/science.1191127, lire en ligne [PDF]).
  4. (en) « A New Form of Chlorophyll? », sur Scientific American, (consulté le 3 août 2018).
  5. (en) Dennis J. Nürnberg, Jennifer Morton, Stefano Santabarbara, Alison Telfer, Pierre Joliot et al., « Photochemistry beyond the red limit in chlorophyll f–containing photosystems », Science, vol. 360,‎ , p. 1210-1213 (DOI 10.1126/science.aar8313).