Cryptochrome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Structure cristalline d'un domaine protéique du cryptochrome CRY1 d’Arabidopsis thaliana.

Les cryptochromes (du grec κρυπτό χρώμα krupto chroma, qui signifie, « couleur cachée ») sont des flavoprotéines, protéines ubiquitaires, notamment impliquées dans les rythmes circadiens des plantes et animaux, et dans la détection du champ magnétique chez un certain nombre d'espèces dans le règne du Vivant.

Les cryptochromes absorbent la lumière ultraviolette[1], du proche UV et/ou la partie du spectre visible de la lumière bleue. Ils modifient la croissance chez le végétal en fonction de l'éclairement et de la photopériode. Ils semblent ainsi jouer un rôle d'intermédiaire entre l'éclairement et la croissance et forme de la plante. Chez les plantes, CRY2 joue ainsi un rôle dans le contrôle de la floraison, et probablement de la taille des fruits, du nombre d’ovules par fruits ou du taux d’ovules fécondés[2], selon les données disponibles sur les gènes de la région chromosomique de CRY2, identifiés comme régulant ou co-régulant ces caractères comme l'ont montré El-Assal et al. et d'autres équipes au début des années 2000  ; CRY2 diminue le temps nécessaire à la floraison quand la durée d'ensoleillement augmente, c'est à dire dans la nature, quand la durée du jour grandit[3],[4],[5].

On en trouve aussi chez les animaux (ex : souris, oiseaux ou invertébrés marins fixés tels que les coraux[6]), chez les insectes (la drosophile), ainsi que chez l'homme. Chez l'animal, majoritairement situés dans les cellules ganglionnaires de la rétine, et plus ou moins nombreux selon les espèces ; leur nature et fonction diffèrent aussi. Ils contribuent au fonctionnement de l'horloge biologique interne, et à la magnétoréception chez les migrateurs.

Ils sont aussi présents chez les bactéries cyanophycées[1].

Étymologie, vocabulaire scientifique[modifier | modifier le code]

Des effets tels que (chez les plantes supérieures) l'inhibition de l'allongement de l'hypocotyle[7] et l'ouverture stomatique et bien d'autres ont été considérés comme étant médiés par un ou plusieurs potentiel(s) photorécepteur(s), probablement lié(s) à une flavine, et absorbant la lumière bleue.

Dans les années 1960, on a d'abord identifié les phytochromes (protéines photoréceptrices activées par à la lumière rouge et/ou le rouge lointain[8], mais il était évident qu'il existait un photorécepteur spécifique à la lumière bleue. Ce dernier est resté longtemps mystérieux. Des biologistes ont alors créé le mot « cryptochrome » comme nom générique pour ce mystérieux photorécepteur[2]. C'est un jeu de mots évoquant à la fois la nature cryptique du photorécepteur, et les organismes cryptogames sur lesquels de nombreuses études de la lumière bleue ont été faites.

Remarque : Chez les bactéries on peut parler de « bactériochrome », et chez les cyanophycées de « cyanobactériochrome »[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les cryptochromes ont été initialement détectés chez une plante, Arabidopsis thaliana (plante épigée) où il contrôle notamment la floraison[2].

Puis on a montré qu'ils contrôlent, régulent ou affectent de nombreux aspects de la croissance et du développement végétal. Toujours chez A. thaliana on a montré que le gène Atcry1 et son homologue Atcry2 étaient en cause, pour des fonctions ensuite retrouvées chez un grand nombre d'autres espèces de plantes[2].

Structure, évolution et mécanisme[modifier | modifier le code]

En termes de biochimique, les cryptochromes sont des flavoprotéines provenant de l’expression de deux gènes : cry1 et cry2. Ils appartiennent à une grande famille de protéines qui sont toutes des photorécepteurs à la lumière bleue, qu'ils captent par l'intermédiaire de leur cofacteur flavine adénine dinucléotide (FAD).

En plus des cryptochromes, cette famille contient aussi les CPD-photolyases qui sont des enzymes de réparation de lésions induites dans l'ADN par les UV et dont ils sont très proches en termes de séquence et de structure. Cette parenté proche indique qu'ils ont évolué à partir d'un ancêtre commun, mais les cryptochromes n’ont pas conservé cette activité de réparation de l'ADN. Néanmoins, tout comme les photolyases, ils sont activés par un processus de photoréduction. Le cofacteur FAD (Flavine Adénine Dinucléotide), qui est initialement sous la forme oxydée, passe à l’état excité après absorption de photons de lumière bleue. S’ensuit un transfert d'électron entre la FAD et les trois tryptophanes (acides aminés) du cryptochrome.
Pendant ces réactions, des paires radicalaires se forment et la FAD passe à son état réduit. Le crytpochrome est activé et peut être sensible à un champ magnétique extérieur. Ceci serait la première étape de la transduction, c’est-à-dire la conversion par la cellule d’un signal, ici magnétique, en un autre.

Effets sur la régulation transcriptionnelle[modifier | modifier le code]

La quasi-totalité des réponses activées par les cryptochromes s’expliquent par des effets d’activation/répression transcriptionnelle, ou de régulation par le protéasome[2]. Chez Arabidopsis thaliana, les protéines CRY1 et CRY2 sont nucléaires (résidantes dans le noyau) et elles agissent indirectement sur la transcription[2].

Selon Ma et al. en 2001, en fonction des conditions environnementales, de 5 à 25% des gènes de la plante sont régulés par la lumière bleue ; presque toujours cette régulation passe par les protéines CRY1 et CRY2
Jiao et al. en 2003 ont identifié plus de 130 facteurs de transcription régulés par les cryptochromes CRY1 et CRY2 dans les plantules d’Arabidopsis, ce qui fait des cryptochromes les premiers intermédiaires de l’expression génétique « lumière bleue dépendante ». En 2007, Kleine et al. ont montré que CRY1 contribue largement le plus à réguler l'expression des gènes dépendant de la lumière bleue sous des illuminations à court et à long terme[10]. Inversement, CRY2 a un effet bien moindre sur la transcription[11].
Les cryptochromes régulent notamment des facteurs de transcription impliqués dans le contrôle du stress induit par une forte luminosité (dans la nature souvent liée à une intense irradiation UV et à des épisodes de stress hydrique). Ils régulent aussi la voie de synthèse des phénylpropanoïdes, impliqués dans la défense contre les herbivores, contre les attaques microbiennes et fongiques ou d’autres sources de stress, tout en étant comme composant des parois des cellules, un filtre contre les ultraviolets, elles sont de pigments et de molécules de signal[10].

Rôle dans le phototropisme[modifier | modifier le code]

Les cryptochromes CRY1 et CRY2 font partie des gènes/protéines régulatrices du phototropisme, mais ils ne sont ni les seuls, ni les principaux à le faire. Des expériences ont en effet montré qu'ils sont nécessaires pour le contrôle de l’inclinaison des jeunes plantules en condition de faible luminosité (ce qui démontre aussi une sensibilité importante à la lumière), mais quand l’intensité lumineuse croît, on la courbure vers la lumière persiste chez les mutants cry1cry2[12], montrant que d’autres photorécepteurs prennent alors le relais (qui réagissent aussi à la lumière bleue) : les phototropines[2].

Il existe aussi un phototropisme interne à la plante, notamment observé chez les fougères d'ombres[13]. Ces cryptochromes répondent à la lumière bleue, et ils régulent de nombreuses réponses physiologiques dont par exemple, l’inhibition de la germination des spores[14], le phototropisme[15], la croissance des frondes et de leur méristème apical[16] ; ou l’orientation des chloroplastes (une irradiation de 2 à 10 min en lumière bleue ou rouge de cellules prothalliales adaptées à l'obscurité d'Adiantum, dont les chloroplastes s'étaient rassemblés le long de la paroi de division cellulaire (c'est-à-dire la paroi anticlinale) fougère ombrophile Adiantum suffit à provoquer une réorientation des chloroplaste (qui sont en quelque sorte les panneaux solaires internes aux frondes de la plante) comme l’ont montré Kagawa & Wada en 1994[17] ; Les chloroplastes se sont déplacé dans les 1 à 2 heures après le début de l'irradiation, et sont revenus à leur position initiale dans les 10 heures qui ont suivi[17].

Chez les mousses et fougères[modifier | modifier le code]

Des plantes dites « inférieures » telles que les mousses (ex : Physcomitrella patens chez laquelle deux crytochromes eux ont été trouvés par Imaizumi et al, en 2000 et 2002 [18], qui ont montré que les signaux régulés par les cryptochromes modulent de multiples processus développementaux chez les mousses, dont l’émergence de branches latérales, et l’induction et le développement du gamétophyte ou encore une répression des réponses à l’auxine. Cryptochromes et phytochromes semble aussi jouer synergiquement chez cette mousse notaient Uenaka et al, en 2005[19].

Le nombre des cryptochromes peut varier selon les espèces ; ainsi 5 cryptochromes avaient déjà été identifiés au Japon chez la fougère ombrophile Adiantum capillus-veneris par Kanegae & Wada, en 1998[20] ce fait des fougères possèdent la plus large famille de cryptochromes connue en 1998[20].

Rôle dans le contrôle des stomates[modifier | modifier le code]

Chez les végétaux terrestres, les orifices des stomates, dits ostioles jouent un rôle majeur. Leur ouverture est contrôlée par deux « cellules de garde » dont l'activité dépend de plusieurs signaux environnementaux (dont l'intensité lumineuse, l'hygrométrie, le taux ambiant de O2 et/ou de CO2) ou internes (ex : phytohormones, calcium, espèces réactives de l'oxygène[21],[22],[23]. Les stomates se ferment dans le noir et s’ouvrent en réponse à la lumière bleue, sous l'effet de plusieurs photorécepteurs, comme l'ont montré Kinoshita et al. en 2001[24] ; c'est le cas des cryptochromes chez la plante-modèle Arabidopsis thaliana[25].

Rôle dans la magnétoréception[modifier | modifier le code]

L'expérience qui a la première formellement prouvé le caractère indispensable des cryptochromes dans la magnétoréception animale a été faite sur des drosophiles génétiquement déficientes en cry1 (le gène codant les cryptochromes). Mises en présence d'un tube auquel on avait appliqué un champ magnétique d'environ 500 micro teslas ; celles-ci n'ont pas répondu au champ magnétique, sous l’influence du spectre lumineux complet, contrairement aux autres. Ceci montre que les cryptochromes sont les protéines qui permettent de capter le champ magnétique, en présence du spectre lumineux complet, ou simplement de sa partie bleue.

Chez les oiseaux, en 2010, on a étudié l’expression du gène cry1 chez deux espèces de passereaux ; il s’exprime dans l'oeil chez un passereau migrant la nuit (Sylvia borin), mais pas chez l’autre espèce sédentaire (Taeniopygia guttata), il semble donc possiblement utile ou nécessaire aux phénomènes migratoires.
En 2010, Solov'yov et ses collègues se sont intéressés à l'« acuité » de la perception par le cryptochrome chez les oiseaux ; alors que l'on pensait que la magnétoréception était permise par des molécules formant des paires de radicaux rigidement fixées dans l'espace, cette équipe a étudié le degré théorique de désordre autorisé pour que la « boussole magnétique » protéique formant des paires de radicaux dans l'œil reste fonctionnelle[26]. Selon ce travail, « un seul degré de liberté de rotation de la protéine formant la paire de radicaux doit être partiellement contraint, tandis que les deux autres degrés de liberté de rotation n'ont pas d'impact sur les propriétés magnétoréceptives de la protéine[26]. Le résultat implique que toute protéine associée à la membrane cellulaire est assez limitée dans son mouvement pour fonctionner comme un magnétorécepteur à base de paires de radicaux »[26]. Les cryptochromes sont aujourd'hui les meilleurs candidats pour expliquer la magnétoréception par paires de radicaux[26].

Il a été remarqué cependant que les photorécepteurs peuvent être perturbés par certains champs magnétiques et certaines hyperfréquences. En effet, celles de la téléphonie mobile, pourraient expliquer la désorientation et donc la dépopulation des abeilles[réf. nécessaire].

Rôle dans l'horloge biologique[modifier | modifier le code]

Chez tous les organismes en disposant, les cryptochromes contribuent à réguler les rythmes circadiens biologiques.

Chez les végétaux, parcequ'ils sont redondants à d'autre systèmes, ils ne jouent pas cependant un rôle-clef dans ces rythmes.

Chez les mammifères leur rôle semble plus important ; une perte (mutation génétique) de deux cryptochromes entraîne une défaut de l'horloge biologique[27].

Ceci montre que la machinerie circadienne est régulée de manière très différente chez les végétaux et chez des animaux tels que les mammifères[2].

Cryptochrome et cancer[modifier | modifier le code]

Une hypothèse communément admise est que perturber l'horloge circadienne augmente l'incidence du cancer. Cela semble bien être le cas chez l'homme et chez la souris de laboratoire[28],[29].

Cependant ceci n'est pas le cas chez une souris portant une double mutation, l'une la rendant très sujette au cancer (une mutation p53) et l'autre la privant de Cryptochrome (Cry). Dans ce cas les perturbations de l'horloge circadienne n'augmente pas le risque de cancer, même après l'avoir exposée à des rayonnements ionisants. Cette mutation Cry allonge même la durée médiane de vie de ces souris mutantes p53. Cet effet protecteur serait au moins partiellement du à une sensibilisation des cellules mutantes p53 à l'apoptose, en réponse au stress génotoxique[30].

Ces résultats suggèrent un rôle probable des cryptochromes dans l'apparition de certains cancers (certains cancers hormonaux notamment), et d'autre part des approches thérapeutiques alternatives dans la prise en charge des cancers associés à une mutation de type p53 [30].

Place des cryptochromes dans les mécanismes d'action cellulaires[modifier | modifier le code]

Les animaux, dont l'homme, sont sensibles aux champs magnétiques externes par divers mécanismes[31] dont l’intervention de magnétorécepteurs[32]: les cryptochromes (CR).

Les champs magnétiques externes modulent l’expression des CR[33], entraînant des actions au niveau cellulaire par le métabolisme oxydatif[34], par la polarisation des neurones[33], par des actions sur l’horloge circadienne[35],[36],[37]

La détection du champ magnétique par les CR va ensuite agir sur l’émission de biophotons[38]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) (en) F. Tamanini, I. Chaves, M. I. Bajek et G. T. J. van der Horst, « Structure Function Analysis of Mammalian Cryptochromes », Cold Spring Harbor Symposia on Quantitative Biology, vol. 72, no 1,‎ , p. 133–139 (ISSN 0091-7451, DOI 10.1101/sqb.2007.72.066, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2020)
  • Henri Brugère, La magnétoréception, un nouveau chapitre de la physiologie sensorielle, Alfort, École nationale vétérinaire d'Alfort (mémoire vétérinaire), 2009, Tome 162, p. 117-124, [lire en ligne (page consultée le 14/05/2014)]
  • Henri Brugère, « Comment les animaux perçoivent les champs magnétiques », SCIENCE... et pseudo-sciences, avril - , [lire en ligne (page consultée le 14/05/2014)]
  • Donald Voet, Judith G. Voet (trad. Guy Rousseau, Lionel Domenjau), Biochimie, De Boeck Université, 2005, 2e éd., (ISBN 2-8041-4795-9) [lire en ligne (page consultée le 14/05/2014)], Partie V, chap 30 : Réplication, réparation et recombinaison de l'ADN.
  • (en) Ilia Solov'yov, Klaus Schulten, « Cryptochrome and Magnetic Sensing », Theoretical and computational biophysics group, [lire en ligne (page consultée le 14/05/2014)]
  • (en) Sasha Herriman, « Study links bee decline to cell phones », CNN Europe, Edition international, [lire en ligne]
  • (en) Shalitin D, Yang H, Mockler T, Maymon M, Guo H, Whitelam G & Lin C (2002) Regulation of Arabidopsis cryptochrome 2 by blue-light-dependent phosphorylation. Nature 417, nature00815.
  • (en) Shalitin D, Yu X, Maymon M, Mockler T & Lin C (2003) Blue Light–Dependent in Vivo and in Vitro Phosphorylation of Arabidopsis Cryptochrome 1. Plant Cell 15, 2421–2429.* Tamanini, Chaves, *

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Brugère, La magnétoréception, un nouveau chapitre de la physiologie sensorielle, Alfort, École nationale vétérinaire d'Alfort (mémoire vétérinaire), 2009, Tome 162, p. 117-124, [lire en ligne (page consultée le 14/05/2014)]
  • Henri Brugère, « Comment les animaux perçoivent les champs magnétiques », SCIENCE... et pseudo-sciences, avril - , [lire en ligne (page consultée le 14/05/2014)]
  • Donald Voet, Judith G. Voet (trad. Guy Rousseau, Lionel Domenjau), Biochimie, De Boeck Université, 2005, 2e éd., (ISBN 2-8041-4795-9) [lire en ligne (page consultée le 14/05/2014)], Partie V, chap 30 : Réplication, réparation et recombinaison de l'ADN.
  • (en) Ilia Solov'yov, Klaus Schulten, « Cryptochrome and Magnetic Sensing », Theoretical and computational biophysics group, [lire en ligne (page consultée le 14/05/2014)]
  • (en) Sasha Herriman, « Study links bee decline to cell phones », CNN Europe, Edition international, [lire en ligne]
  • (en) Shalitin D, Yang H, Mockler T, Maymon M, Guo H, Whitelam G & Lin C (2002) Regulation of Arabidopsis cryptochrome 2 by blue-light-dependent phosphorylation. Nature 417, nature00815.
  • (en) Shalitin D, Yu X, Maymon M, Mockler T & Lin C (2003) Blue Light–Dependent in Vivo and in Vitro Phosphorylation of Arabidopsis Cryptochrome 1. Plant Cell 15, 2421–2429.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Moon YJ., Kim S.J, Park Y.M & Chung YH. (2010) Sensing UV/blue: Pterin as a UV-A absorbing chromophore of cryptochrome. Plant signaling & behavior, 5(9), 1127-1130.
  2. a b c d e f g et h Louis-David Arthaut (2018) Effets de la lumière bleue et du champ magnétique sur la synthèse des ROS par le cryptochrome. Biologie moléculaire. Sorbonne Université. Français. NNT : 2018SORUS400. tel-02885958
  3. (en) Salah El-Din El-Assal, Carlos Alonso-Blanco, Anton J.M. Peeters et Cornelis Wagemaker, « The Role of Cryptochrome 2 in Flowering in Arabidopsis », Plant Physiology, vol. 133, no 4,‎ , p. 1504–1516 (ISSN 0032-0889 et 1532-2548, PMID 14605222, PMCID PMC300707, DOI 10.1104/pp.103.029819, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  4. (en) S. E. D. El‐Assal, C. Alonso‐Blanco, C. J. Hanhart et M. Koornneef, « Pleiotropic Effects of the Arabidopsis Cryptochrome 2 Allelic Variation Underlie Fruit Trait‐Related QTL », Plant Biology, vol. 6, no 4,‎ , p. 370–374 (ISSN 1435-8603 et 1438-8677, DOI 10.1055/s-2004-820890, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  5. H. Guo, « Regulation of Flowering Time by Arabidopsis Photoreceptors », Science, vol. 279, no 5355,‎ , p. 1360–1363 (DOI 10.1126/science.279.5355.1360, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  6. Levy O, Appelbaum L, Leggat W, Gothlif Y, Haywar D. C, Miller D.J & Hoegh-Guldberg O (2007) Light-responsive cryptochromes from a simple multicellular animal, the coral Acropora millepora. Science, 318(5849), 467-470.
  7. (en) M. Koornneef, E. Rolff et C.J.P. Spruit, « Genetic Control of Light-inhibited Hypocotyl Elongation in Arabidopsis thaliana (L.) Heynh », Zeitschrift für Pflanzenphysiologie, vol. 100, no 2,‎ , p. 147–160 (DOI 10.1016/S0044-328X(80)80208-X, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  8. (en) H. W. Siegelman, B. C. Turner et S. B. Hendricks, « The Chromophore of Phytochrome », Plant Physiology, vol. 41, no 8,‎ , p. 1289–1292 (ISSN 0032-0889 et 1532-2548, PMID 16656399, PMCID PMC550520, DOI 10.1104/pp.41.8.1289, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  9. (en) Marcus V. Moreno, Nathan C. Rockwell, Manuel Mora et Andrew J. Fisher, « A far-red cyanobacteriochrome lineage specific for verdins », Proceedings of the National Academy of Sciences,‎ , p. 202016047 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, DOI 10.1073/pnas.2016047117, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  10. a et b (en) Tatjana Kleine, Peter Kindgren, Catherine Benedict et Luke Hendrickson, « Genome-Wide Gene Expression Analysis Reveals a Critical Role for CRYPTOCHROME1 in the Response of Arabidopsis to High Irradiance », Plant Physiology, vol. 144, no 3,‎ , p. 1391–1406 (ISSN 0032-0889 et 1532-2548, PMID 17478635, PMCID PMC1914119, DOI 10.1104/pp.107.098293, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  11. (en) M. Ohgishi, K. Saji, K. Okada et T. Sakai, « Functional analysis of each blue light receptor, cry1, cry2, phot1, and phot2, by using combinatorial multiple mutants in Arabidopsis », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 101, no 8,‎ , p. 2223–2228 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 14982991, PMCID PMC356932, DOI 10.1073/pnas.0305984101, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  12. (en) Margaret Ahmad, Jose A. Jarillo, Olga Smirnova et Anthony R. Cashmore, « Cryptochrome blue-light photoreceptors of Arabidopsis implicated in phototropism », Nature, vol. 392, no 6677,‎ , p. 720–723 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/33701, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  13. (en) Takato Imaizumi, Takeshi Kanegae et Masamitsu Wada, « Cryptochrome Nucleocytoplasmic Distribution and Gene Expression Are Regulated by Light Quality in the Fern Adiantum capillus-veneris », The Plant Cell, vol. 12, no 1,‎ , p. 81–95 (ISSN 1040-4651 et 1532-298X, PMID 10634909, PMCID PMC140216, DOI 10.1105/tpc.12.1.81, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  14. (en) « Action Spectrum in Ultraviolet and Blue Light Region for the Inhibition of Red-Light-Induced Spore Germination in Adiantum capillus-veneris L. », Plant and Cell Physiology,‎ (ISSN 1471-9053, DOI 10.1093/oxfordjournals.pcp.a076990, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  15. (en) « Blue Light-Induced Phototropic Response and the Intracellular Photoreceptive Site in Adiantum Protonemata », Plant and Cell Physiology,‎ (ISSN 1471-9053, DOI 10.1093/oxfordjournals.pcp.a077258, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  16. (en) Mitsuru Miyata, Masamitsu Wada et Masaki Furuya, « Effects of Phytochrome and Blue-Near Ultraviolet Light-Absorbing Pigment on Duration of Component Phases of the Cell Cycle in Adiantum Gametophytes », Development, Growth & Differentiation, vol. 21, no 6,‎ , p. 577–584 (ISSN 1440-169X, DOI 10.1111/j.1440-169X.1979.00577.x, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  17. a et b (en) Takatoshi Kagawa et Masamitsu Wada, « Brief irradiation with red or blue light induces orientational movement of chloroplasts in dark-adapted prothallial cells of the fern Adiantum », Journal of Plant Research, vol. 107, no 4,‎ , p. 389–398 (ISSN 0918-9440 et 1618-0860, DOI 10.1007/BF02344062, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  18. (en) Takato Imaizumi, Akeo Kadota, Mitsuyasu Hasebe et Masamitsu Wada, « Cryptochrome Light Signals Control Development to Suppress Auxin Sensitivity in the Moss Physcomitrella patens », The Plant Cell, vol. 14, no 2,‎ , p. 373–386 (ISSN 1040-4651 et 1532-298X, PMID 11884681, PMCID PMC152919, DOI 10.1105/tpc.010388, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  19. (en) Hidetoshi Uenaka, Masamitsu Wada et Akeo Kadota, « Four distinct photoreceptors contribute to light-induced side branch formation in the moss Physcomitrella patens », Planta, vol. 222, no 4,‎ , p. 623–631 (ISSN 0032-0935 et 1432-2048, DOI 10.1007/s00425-005-0009-y, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  20. a et b (en) T. Kanegae et M. Wada, « Isolation and characterization of homologues of plant blue-light photoreceptor (cryptochrome) genes from the fern Adiantum capillus-veneris », Molecular and General Genetics MGG, vol. 259, no 4,‎ , p. 345–353 (ISSN 0026-8925 et 1432-1874, DOI 10.1007/s004380050821, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  21. Michael R. Blatt, « Cellular Signaling and Volume Control in Stomatal Movements in Plants », Annual Review of Cell and Developmental Biology, vol. 16, no 1,‎ , p. 221–241 (ISSN 1081-0706, DOI 10.1146/annurev.cellbio.16.1.221, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  22. (en) Sarah M Assmann et Xi-Qing Wang, « From milliseconds to millions of years: guard cells and environmental responses », Current Opinion in Plant Biology, vol. 4, no 5,‎ , p. 421–428 (DOI 10.1016/S1369-5266(00)00195-3, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  23. (en) Julian I Schroeder, Gethyn J Allen, Veronique Hugouvieux et June M Kwak, « G UARD C ELL S IGNAL T RANSDUCTION », Annual Review of Plant Physiology and Plant Molecular Biology, vol. 52, no 1,‎ , p. 627–658 (ISSN 1040-2519, DOI 10.1146/annurev.arplant.52.1.627, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  24. (en) Toshinori Kinoshita, Michio Doi, Noriyuki Suetsugu et Takatoshi Kagawa, « phot1 and phot2 mediate blue light regulation of stomatal opening », Nature, vol. 414, no 6864,‎ , p. 656–660 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/414656a, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  25. (en) J. Mao, Y.-C. Zhang, Y. Sang et Q.-H. Li, « From The Cover: A role for Arabidopsis cryptochromes and COP1 in the regulation of stomatal opening », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 102, no 34,‎ , p. 12270–12275 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 16093319, PMCID PMC1189306, DOI 10.1073/pnas.0501011102, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  26. a b c et d Ilia A. Solov'yov, Henrik Mouritsen et Klaus Schulten, « Acuity of a Cryptochrome and Vision-Based Magnetoreception System in Birds », Biophysical Journal, vol. 99, no 1,‎ , p. 40–49 (ISSN 0006-3495, PMID 20655831, PMCID PMC2895366, DOI 10.1016/j.bpj.2010.03.053, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020)
  27. Gijsbertus T. J. van der Horst, Manja Muijtjens, Kumiko Kobayashi et Riya Takano, « Mammalian Cry1 and Cry2 are essential for maintenance of circadian rhythms », Nature, vol. 398, no 6728,‎ , p. 627–630 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/19323, lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  28. (en) Richard G. Stevens, « Circadian Disruption and Breast Cancer: From Melatonin to Clock Genes », Epidemiology, vol. 16, no 2,‎ , p. 254–258 (ISSN 1044-3983, DOI 10.1097/01.ede.0000152525.21924.54, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2020)
  29. (en) Loning Fu et Cheng Chi Lee, « The circadian clock: pacemaker and tumour suppressor », Nature Reviews Cancer, vol. 3, no 5,‎ , p. 350–361 (ISSN 1474-175X et 1474-1768, DOI 10.1038/nrc1072, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2020)
  30. a et b (en) Nuri Ozturk, Jin Hyup Lee, Shobhan Gaddameedhi et Aziz Sancar, « Loss of cryptochrome reduces cancer risk in p53 mutant mice », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 106, no 8,‎ , p. 2841–2846 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 19188586, PMCID PMC2634797, DOI 10.1073/pnas.0813028106, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2020)
  31. Connie X. Wang, Isaac A. Hilburn, Daw-An Wu et Yuki Mizuhara, « Transduction of the Geomagnetic Field as Evidenced from alpha-Band Activity in the Human Brain », eNeuro, vol. 6, no 2,‎ 2019 mar/apr (ISSN 2373-2822, PMID 31028046, PMCID PMCPMC6494972, DOI 10.1523/ENEURO.0483-18.2019, lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)
  32. Lukas Landler et David A. Keays, « Cryptochrome: The magnetosensor with a sinister side? », PLoS biology, vol. 16, no 10,‎ , e3000018 (ISSN 1545-7885, PMID 30278038, PMCID PMCPMC6168117, DOI 10.1371/journal.pbio.3000018, lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)
  33. a et b Carlo N. G. Giachello, Nigel S. Scrutton, Alex R. Jones et Richard A. Baines, « Magnetic Fields Modulate Blue-Light-Dependent Regulation of Neuronal Firing by Cryptochrome », The Journal of Neuroscience: The Official Journal of the Society for Neuroscience, vol. 36, no 42,‎ 10 19, 2016, p. 10742–10749 (ISSN 1529-2401, PMID 27798129, PMCID PMCPMC5083005, DOI 10.1523/JNEUROSCI.2140-16.2016, lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)
  34. Rachel M. Sherrard, Natalie Morellini, Nathalie Jourdan et Mohamed El-Esawi, « Low-intensity electromagnetic fields induce human cryptochrome to modulate intracellular reactive oxygen species », PLoS biology, vol. 16, no 10,‎ , e2006229 (ISSN 1545-7885, PMID 30278045, PMCID PMCPMC6168118, DOI 10.1371/journal.pbio.2006229, lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)
  35. Lei Zhou, Tieqi Zhang, Shiwei Sun et Yueming Yu, « Cryptochrome 1 promotes osteogenic differentiation of human osteoblastic cells via Wnt/β-Catenin signaling », Life Sciences, vol. 212,‎ , p. 129–137 (ISSN 1879-0631, PMID 30290183, DOI 10.1016/j.lfs.2018.09.053, lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)
  36. Arisa Hirano, Daniel Braas, Ying-Hui Fu et Louis J. Ptáček, « FAD Regulates CRYPTOCHROME Protein Stability and Circadian Clock in Mice », Cell Reports, vol. 19, no 2,‎ 04 11, 2017, p. 255–266 (ISSN 2211-1247, PMID 28402850, PMCID PMCPMC5423466, DOI 10.1016/j.celrep.2017.03.041, lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)
  37. Gianluigi Mazzoccoli, Tommaso Colangelo, Anna Panza et Rosa Rubino, « Deregulated expression of cryptochrome genes in human colorectal cancer », Molecular Cancer, vol. 15,‎ , p. 6 (ISSN 1476-4598, PMID 26768731, PMCID PMCPMC4714521, DOI 10.1186/s12943-016-0492-8, lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)
  38. J. J. Murray et M. D. Healy, « Drug-mineral interactions: a new responsibility for the hospital dietitian », Journal of the American Dietetic Association, vol. 91, no 1,‎ , p. 66–70,73 (ISSN 0002-8223, PMID 1869762, lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)