Phantasmagoria II : Obsessions fatales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le jeu vidéo
Cet article est une ébauche concernant le jeu vidéo.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) (voir l’aide à la rédaction).

Phantasmagoria II
Obsessions fatales
Éditeur Sierra On-line
Développeur Sierra On-line
Concepteur Lorelei Shannon
Musique Gary Spinrad

Date de sortie Décembre 1996 (version américaine)
Genre Aventure, Horreur
Plate-forme Windows
Média 5 CD-ROM
Contrôle Souris

Évaluation SELL : 18+

Phantasmagoria II : Obsessions fatales est la suite du jeu Phantasmagoria, proposant une histoire totalement différente du premier opus.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Curtis Craig est un homme d'une trentaine d'années qui travaille dans une entreprise high-tech appelée Wintech. Un an plus tôt, il a été hospitalisé pour une crise psychiatrique. Tout allait bien jusqu'au jour où ses collègues de bureau sont retrouvés mutilés. Ces événements font replonger dans la folie Curtis Craig qui essaie de répondre aux nombreuses questions de son passé, tout en se questionnant au plus profond de lui sur son état mental.

Détails techniques[modifier | modifier le code]

Ce deuxième opus, également en FMV, comporte cinq CD-ROM.

Thèmes abordés et censure[modifier | modifier le code]

Phantasmagoria II est beaucoup plus violent et sexuellement explicite que son prédécesseur. Quatre scènes de sexe sont ainsi présentes au cours du jeu (dont une scène de bondage) et la sexualité de Curtis est un élément important de l'histoire. Pour la première fois dans l'histoire du jeu vidéo[1] le personnage incarné n'est pas hétérosexuel mais bisexuel[2]'[3]. Cependant, seules des scènes de sexe entre un homme et une femme sont montrées à l'écran[4]. De plus, bien que Trevor, le meilleur ami de Curtis, soit homosexuel, il n'est que parfois légèrement efféminé et non pas représenté de manière caricaturale, contrairement à l'habitude des jeux vidéo de l'époque[4].

La version sortie en Angleterre comporte quelques scènes alternatives tandis que deux scènes de morts violentes ont été censurées[5]. En outre, le jeu fut banni à Singapour et en Australie[6].

Le jeu propose comme son prédécesseur de jouer en version censurée. Les plans censurés sont alors supprimés et les vidéos s'en trouvent écourtées. Cependant, le jeu reste très sanglant car la censure n'enlève que quelques plans du jeu.

Distribution[modifier | modifier le code]

À noter[modifier | modifier le code]

  • Phantasmagoria: A Puzzle of Flesh : titre anglais
  • 幽魂 2 : titre Taïwannais
  • Phantasmagoria: Um Enigma de Sangue : titre portugais
  • Phantasmagoria : Obsessions fatales : titre français
  • Phantasmagoria II: Labor des Grauens : Titre allemand
  • Phantasmagoria 2 : titre informel

Au cours du jeu, il est fait allusion au premier opus via une pub que Curtis Craig trouve dans sa boîte aux lettres vantant une séance de dédicaces donnée par Adrienne Delaney (l’héroïne que l'on incarne dans le premier opus) pour son livre : Se remettre de la mort.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard Cobbett, « They did it first - PC Gamer », sur www.pcgamer.com,‎ (consulté le 22 janvier 2016)
  2. (en) « Phantasmagoria 2 Overview Memorial - Lorelei Shannon Interview », sur anthonylarme.tripod.com,‎
  3. « Phantasmagoria 2 : Curtis avoue sa bisexualité », sur www.youtube.com (consulté le 22 janvier 2016)
  4. a et b (en) « Phantasmagoria: A Puzzle of Flesh review - AdventureGamers.com », sur www.adventuregamers.com (consulté le 22 janvier 2016)
  5. (en) « Phantasmagoria 2 (Comparison: BBFC 18 - German Version) - Movie-Censorship.com », sur www.movie-censorship.com (consulté le 22 janvier 2016)
  6. (en) « www.sierrachest.com - Phantasmagoria: A Puzzle of Flesh », sur www.sierrachest.com (consulté le 22 janvier 2016)