Petru Rocca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rocca.
Petru Rocca
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
VicoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Conflit

Pierre Rocca dit Petru Rocca (état civil Pierre-Marie Gabriel Rocca) est un indépendantiste corse de nationalité française né le à Vico en Corse et mort le dans la même ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il apprend le métier d'imprimeur et collabore à la revue Tramuntana. Durant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé dès 1914. Sur le front, il rédige Le Canard des marais pour ses camarades. Blessé à de nombreuses reprises, il est fait officier et chevalier de la légion d'honneur.

Il publie à partir du la revue A Muvra (« Le mouflon »), avec d'autres anciens combattants. Il devient éditeur à Ajaccio. Il crée en fin 1922 ou début 1923 le Partitu Corsu d'Azione sur le modèle du Partito Sardo d'Azione.

Il passe progressivement de l'autonomisme à l'idéologie italianisante. Le parti devient le Partitu corsu autonomista (« Parti autonomiste corse ») en 1926 ou en 1927. Il se réfère aux exemples catalan et irlandais, et en liaison avec les Bretons de Breiz Atao. Il revendique le droit de tous les peuples à disposer d'eux-mêmes.

Dans le cadre des luttes des mouvements régionaux, il entre en relation avec certaines organisations autonomistes bretonnes, flamandes, alsaciennes et basques dans les années 1920. Dans ce cadre, Petru Rocca s'occupe de la rubrique corse de la revue Peuples et frontières après 1936, qui est l'organe de coordination des courants autonomistes avant guerre. Il y agit avec des dirigeants autonomistes parmi les plus ouvertement liés au nazisme, comme Olier Mordrel, l'abbé Gantois et Hermann Bickler.

À partir de 1935, il s'affirme indépendantiste. L'Italie de Mussolini encourage les Corses. Des poètes sont invités en Italie. Cependant, contrairement aux linguistes italiens qui tentent de motiver les revendications italiennes, Rocca ne pense pas que le corse dérive du toscan mais insiste sur le fait que ces dialectes dérivent d'un langage commun qui n'est pas l'italien.

En 1938, il est exclu de l'ordre de la légion d'honneur. A Muvra commence alors à publier des articles antisémites et anti francs-maçons. En 1939, après de multiples saisies et perquisitions, le journal est interdit.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale s'annonce, par peur des visées irrédentistes de l'Italie de Mussolini, l'État ferme l'imprimerie de A Muvra. Les autonomistes s'étaient amalgamés aux irrédentistes, dans les relations avec l'Italie fasciste. Ruiné, Petru Rocca est condamné à plusieurs années de prison en 1946. Accusé de collaboration avec les Italiens en 1945, il est condamné à 15 années de travaux forcés[1]. En 1946, lors du procès de A Muvra, Petru Rocca est condamné à 15 ans de prison[2].

En 1953, il crée une académie afin de défendre la langue corse.

In morta di Petru Rocca[modifier | modifier le code]

« Dolu

Tutti i torduli di l’Arestu
O Rocca, o Rocca, sò azzitatti.
A nutizia è vulata prestu Ancu si nimu l’ha infurmati.

L’altagne un cercanu u so’ restu
Ne mancu i falchi trizinati
A bellu jugnu, in un bisestu
I nuli neri sò pasati.

Ma l’omi, l’omi ! Un sanu duve
Soni u murtoriu. E di sta cosa
Nimu s’inquieta o si scumpone

Nimu chi a lacrime t’asciuve
O Cursichella suspirosa !…
Colmu di cendera è u fucone.

Deuil

Toutes les grives du Haut maquis
Ò Rocca, ò Rocca se sont tues.
La nouvelle s’est aussitôt répandue
Sans qu’aucun n’en ait été informé.

Les aigles ne maraudent plus
Ni les faucons tachetés
Au beau mois de juin, chargés de malheur
Les nuages noirs sont passés.

Mais les humains, les humains ! Ils ignorent où
Sonne le glas et de tout cela
Aucun d’eux ne s’inquiète ni ne s’émeut.

Personne n’est là pour essuyer tes larmes,
Ò petite Corse qui gémit !…
L’âtre n’est plus que cendres. »

— Anton Francescu Filippini, 1966

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les corses devant l'anthropologie, Gamber, 1913
  • Pruverbii, massime è detti corsi, 1921
  • A pignatta, cumedia di Plautu, 1924
  • Storia populare di Corsica, 1930
  • Una Vittoria Autonomista. L'Assemblea di i "Stati Generali di Corsica, 1934
  • Quaderni di u Cursismu, 1935
  • Parlà d'Aghjacciu, puesii, 1955
  • Connais-tu la Corse?, 1960
  • Tempi è tempi, 1963

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Autonomistes Corses et irrédentisme fasciste 1920-1939, Jean-Pierre Poli, DCL éditions 2007
  • Vingt années de corsisme, 1920-1939, Hyacinthe Yvia-Croce, Éditions Cyrnos et Méditerranée, Ajaccio, 1979.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]