Peter Murray-Rust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Peter Murray-Rust
Image dans Infobox.
Peter Murray-Rust en 2014.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Balliol College
Bootham School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
C. K. Prout (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Enregistrement vocal
Œuvres principales
The Blue Obelisk-interoperability in chemical informatics (d), Chemical Markup LanguageVoir et modifier les données sur Wikidata

Peter Murray-Rust (né en 1941 à Guildford) est un chimiste britannique.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il a étudié à la Bootham School ainsi qu'au Balliol College. Après avoir obtenu son PhD, il devient maître de conférence en chimie à l'université de Stirling et fut directeur du Andrew Stewart Hall of Residence. En 1982, il rejoint le Glaxo Group Research at Greenford to head Molecular Graphics[1]. Il a été, de 1996 à 2000, professeur de pharmacologie à l'université de Nottingham. Il est désormais maître de conférence en informatique moléculaire à l'université de Cambridge et Senior Research Fellow au Churchill College.

Recherches[modifier | modifier le code]

Ses intérêts de recherches impliquent l'analyse automatique de données dans des publications scientifiques, la création de communauté virtuelles (comme la Virtual School of Natural Sciences in the Globewide Network Academy ainsi que le Web sémantique. Avec Henry Rzepa, il l'a étendu à la chimie au travers du développement d'un langage de balisage, le Chemical Markup Language[2]. Il milite pour les données ouvertes, particulièrement en sciences, et fait partie du conseil consultatif de l'Open Knowledge Foundation. Il est également coauteur des Panton Principles (en) pour les données scientifiques ouvertes[3]. En 2005, avec quelques autres chimistes, il est un membre fondateur du mouvement Blue Obelisk (en) [4],[5],[6].

En 2002, Peter Murray-Rust et ses collègues proposent une plateforme de stockage électronique pour les données chimiques non publiées appelée World Wide Molecular Matrix (en) (WWMM). En , un symposium, titré « Visions of a Semantic Molecular Future », est organisé autour de sa carrière. La même année, il reçoit, conjointement avec Henry Rzepa, le prix Herman-Skolnik (en) de l'American Chemical Society[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]