Peppino Garibaldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garibaldi (homonymie).
Peppino Garibaldi
Peppino Garibaldi 1915.jpg

Peppino Garibaldi en 1915

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Mère
Constance Hopcraft (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Ricciotti Garibaldi jr (d)
Ezio Garibaldi (d)
Sante Garibaldi (d)
Costante Garibaldi (d)
Menotti Garibaldi jr (d)
Bruno Garibaldi (d)
Anita Italia Garibaldi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflits
Distinctions
Ordre militaire d'Italie
Médaille interalliée de la Victoire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Giuseppe Garibaldi dit Peppino Garibaldi, né le à Melbourne en Australie et mort le à Rome en Italie, est un général de brigade et homme politique italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peppino Garibaldi était le petit-fils de Giuseppe Garibaldi et le fils aîné de Ricciotti Garibaldi.

En même temps que son père, il prend part à la Guerre gréco-turque de 1897 au côté des Grecs.

Il combat ensuite avec les révolutionnaires au Venezuela et dans divers conflits en Amérique du Sud.

Durant la Révolution mexicaine il prend part aux batailles de Casas Grandes et de Ciudad Juárez.

Il offre encore ses services avec panache à l’armée britannique dans la Seconde Guerre des Boers, puis il sert avec l’armée grecque pendant la Première Guerre balkanique en 1912.

Il rentre en Europe pour prendre part à la Première Guerre mondiale.

Il se rend à Paris où il crée une "Légion garibaldienne" portant la chemise rouge. Lieutenant-colonel, il est engagé à titre EVDG (engagé volontaire pour la durée de la guerre) à titre étranger au dépôt de Montélimar. Il commande le 4e régiment de marche du 1er régiment étranger en 1914 et en 1915. Il combat pendant la Première Guerre mondiale sous les couleurs de la France. Le 26 décembre 1914 pendant une bataille près de Bolante (gagnée) son frère Bruno est tué. Dans une deuxième bataille, le 5 janvier 1915 à Four de Paris, c'est son frère Costante qui perd la vie. A la mi-mars 1915 la "Légion garibaldienne" est dissoute et ses membres rejoignent le front en Italie, qui est entrée en guerre, et se bat là encore avec courage et honneur. Au mois de juin de la même année, introduit par Guglielmo Miliocchi et Giuseppe Evangelisti, il est initié en Franc-maçonnerie dans la Loge de Pérouse.

Il revient combattre en France en 1918 dans le 2e corps de l'armée italienne du général Albricci qui se bat entre Soissons et Reims, ce qui lui vaut d’être promu général de brigade en juin 1918 avant de quitter l’armée en juin suivant.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Max Gallo, Garibaldi, la force d'un destin, Fayard, 1982
  • Jérome Grèvy, Garibaldi, Presses de Sciences-Po, Paris, 2001, 380 p.

Sur les autres projets Wikimedia :