Pendus de Minsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les pendus de Minsk sont des partisans soviétiques de la Seconde Guerre mondiale exécutés par les soldats de la 707e division d'infanterie de la Wehrmacht le à Minsk en Biélorussie occupée.

Exécutions[modifier | modifier le code]

Le 26 octobre 1941, dix partisans sont pendus au centre de Minsk, par les soldats de la 707e division d’infanterie. Il s'agissait du début d'une série d'exécutions destinée à servir d'exemple. Les nazis interdirent de dépendre les corps des victimes pendant 10 jours, jusqu'à ce qu'ils soient en décomposition avancée.

Les photos prises par les bourreaux et leurs sbires sont restées célèbres.

Responsabilité des exécutions[modifier | modifier le code]

L'Einsatzgruppe B, plus particulièrement le Sonderkommando 7B, arriva à Minsk le 5 juillet 1941 et y séjourna cinq semaines[1]. La responsabilité de la Wehrmacht et plus particulièrement de celle de la 6e armée allemande est clairement mise en cause :

« L'ordre du jour adressé le 10 octobre 1941 par Reichenau à la Sixième armée et approuvé par Rundstedt fait clairement partager au commandement de la Wehrmacht la responsabilité des atrocités commises contre les juifs et les civils... »

— Antony Beevor, voir Bibliographie [2].

Les pendus[modifier | modifier le code]

Masha Bruskina[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Masha Bruskina et Partisans juifs.
Masha Bruskina avec ses camarades Kyril Trus à sa gauche et Volodia Chtcherbatsevitch, à sa droite, avant sa pendaison à Minsk, 26 octobre 1941

Maria « Masha » Bruskina, née en 1924 et âgée de 17 ans, était une infirmière volontaire devenue partisane. Elle rejoint le mouvement de résistance de Minsk. Elle se porte volontaire comme infirmière à l'hôpital de l'Institut polytechnique, qui a été mis en place pour soigner les blessés de l'Armée rouge capturés par la Wehrmacht. Là, elle intègre une des premières cellules de résistance. Son rôle au sein du groupe était de fournir des médicaments, des vêtements et de fausses identités aux prisonniers soviétiques afin de favoriser leur fuite dans les forêts avoisinantes. Le , elle et son groupe sont dénoncés par un officier prisonnier de guerre, Boris Rudenko (qui sera jugé et condamné à mort pour trahison le ). Elle et ses onze camarades[3] d'infortune ne tardent pas à être arrêtés le . Masha est incarcérée à la prison de Minsk où elle est sévèrement torturée.

Volodia Shcherbatsevich[modifier | modifier le code]

Âgé de 16 ans, Volodia Shcherbatsevich (en russe : Володя Щербацевич), né en 1925, a été pendu comme partisan au motif d'avoir tiré sur des soldats allemands. Il est âgé de 16 ans quand il est promené dans les rues de Minsk avec ses deux compagnons d'infortune, Macha Brouskina et le vétéran de la Première Guerre mondiale Kyril Trus, avant d'être pendu.

L'exécution eut lieu devant le « Minsk Kristall », une brasserie et distillerie sur la rue Nijne-Liahovskaïa (aujourd'hui 15, rue Oktiabrskaïa)[4].

Avant d'être pendu, Volodia Shcherbatsevich nargua ses bourreaux en leur déclarant que d'autres le suivraient qui le vengeraient.

Olga Shcherbatsevich[modifier | modifier le code]

Olga Chtcherbatsevitch (en russe : Ольга Щербацевич), mère de Volodia Chtcherbatsevitch, fut pendue à la traverse des anciennes balancoires du jardin public en face du bâtiment de l'Académie des Sciences en compagnie de deux hommes dont l'un n'a pas été identifié, l'autre étant Nikolai Kouznetsov (en russe : Николай Кузнецов).

Elena Ostrovskaïa[modifier | modifier le code]

Elena Ostrovskaïa (en russe : Елена Островская) fut pendue dans le square de Komarovskaïa, à Minsk, en compagnie de deux hommes (l'un était juif) non identifiés à ce jour.

Elena Ostrovskaïa était couturière et vivait à Minsk. Il semble qu'elle ait tenté de cacher un des hommes exécutés avec elle et qu'elle fut arrêtée pour cet acte.

Nadejda Ianouchkevitch[modifier | modifier le code]

Nadejda Ianouchkevitch (en russe : Надежда Янушкевич) fut pendue à un arbre, rue Karl Marx, en compagnie de son mari Petr Ianouchkevitch (en russe : Перт Янушкевич) et d'un homme du NKVD, le commissaire politique Zorine (Зорин).

Kyril Trus[modifier | modifier le code]

Tout ce que l'on sait de lui, est que c'était un vétéran de la première Guerre mondiale.

Occultations et revendications posthumes[modifier | modifier le code]

L'identité de la jeune suppliciée Masha Bruskina ne fut certaine qu'en 1968, alors que son père vivait encore. Elle ne fut pas révélée au grand public par les autorités soviétiques, qui ne voulaient pas refaire la liste des noms du monument pour une jeune fille assez éloignée du modèle officiel, et qui, aussitôt identifiée, fut revendiquée comme juive par les mémorialistes de la Shoah (bien qu'elle ne fut juive que par son père, sa mère étant biélorusse). Or la grande héroïne de la Grande Guerre patriotique était Zoïa Kosmodemianskaïa : dans ce modèle, l'ethnie et encore moins la religion ne devaient pas apparaître, seul comptait le fait d'être « une ardente militante du Parti communiste de l'Union soviétique ».

Deux historiens, Nechama Tec et Daniel Weiss, qui étudièrent[5] le cas de Masha Bruskina, accusèrent les autorités soviétiques d'avoir caché le nom de la jeune fille à cause de sa judéité[6]. Il fallut attendre la dislocation de l'URSS et la disparition du pouvoir absolu du Parti communiste de l'Union soviétique pour qu'une plaque honorant sa mémoire soit posée en 2008 à Minsk.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir le parcours du SK 7B.
  2. Antony Beevor, Stalingrad, 1999, p. 88.
  3. (en) Anika Walke, Pioneers and Partisans: An Oral History of Nazi Genocide in Belorussia, Oxford University Press, , 344 p. (ISBN 9780199335541)
  4. Exécution publique à Minsk, 26 octobre 1941
  5. « A Historical Injustice: The Case of Masha Bruskina », (Holocaust Genocide Studies 1997, 11:3)
  6. http://www.executedtoday.com/2009/10/26/1941-masha-bruskina-kiril-trus-and-volodia-shcherbatsevich-partisans/

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]