Paweł Jerzmanowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Officier général francais 2 etoiles.svg Paweł Jerzmanowski
Paweł Jerzmanowski
Paweł Jerzmanowski, en uniforme de général de l'armée polonaise. Il porte ici ses décorations françaises ainsi que la croix de l'ordre Virtuti Militari. Huile sur toile anonyme du XIXe siècle.

Naissance
Mniewo (près de Kielce)
Décès (à 82 ans)
Paris
Origine Polonais
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Commandement Lanciers polonais de la Garde impériale (escadron)
Conflits Guerres napoléoniennes
Insurrection de novembre 1830
Faits d'armes Bataille de Wagram
Bataille de Dresde
Bataille de Hanau
Bataille de Montereau
Bataille de Waterloo
Distinctions Ordre militaire de Virtuti Militari
Commandeur de la Légion d'honneur
Baron de l'Empire
Médaille de Sainte-Hélène

Paweł Jan Jerzmanowski (blason Dolega), né le à Mniewo près de Kielce et mort le à Paris, est un officier général polonais ayant participé aux guerres napoléoniennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Officier des chevau-légers polonais de la Garde[modifier | modifier le code]

L'escadron polonais de l'île d'Elbe. Jerzmanowski est à gauche, derrière Napoléon.

« C'était certainement l'officier le plus expérimenté du régiment, plein de courage et de sang-froid. »

— Dezydery Chłapowski, Mémoires sur les guerres de Napoléon, 1806-1813, Plon-Nourrit, 1908, p. 334[1].

Il est nommé capitaine des chevau-légers polonais de la Garde le , corps dans lequel il va servir jusqu'à la fin de l'Empire. En 1809, il se distingue à la bataille de Wagram, et y reçoit une première blessure. 1810 et 1811 sont des années de paix. Jerzmanowski, promu chef d'escadron le , est chargé de ramener d'Espagne les deux escadrons du régiment qui y combattent encore, en prévision de la campagne de Russie[2].

Celle-ci commence à la fin du mois de . Le , les Français arrivent devant Vitebsk. La ville a été évacuée par l'armée russe, mais des escarmouches ont encore lieu avec quelques détachements de cavalerie placés en arrière-garde. Jerzmanowski s'élance contre eux et les culbute ; une vingtaine d'adversaires est hors de combat, contre trois lanciers polonais seulement, « ce qui, note Jean Tranié, prouve la valeur « technique » acquise par le régiment depuis sa création »[3].

Le , il charge les Bavarois à Hanau et est fait officier de la Légion d'honneur[4]. Pendant la campagne de France, il s'illustre à Montereau à la tête de l'escadron de service polonais en poursuivant les Autrichiens[5]. Il suit Napoléon sur l'île d'Elbe, où il commande l'escadron des lanciers polonais de la Garde — l'« escadron Napoléon »[6]. Devenu colonel et commandeur de la Légion d'honneur en 1815, il combat aux côtés de l'Empereur jusqu'à la fin à Waterloo où il est blessé sur le Mont-Saint-Jean[7].

Général de brigade[modifier | modifier le code]

Il sert ensuite jusqu'en 1819 dans l'armée du royaume de Pologne, année où il regagne alors la France avec son épouse. En 1831, lors de l'Insurrection de novembre, il milite à Paris au sein du Comité national polonais, avant d'être promu général la même année.

Il est enterré au cimetière de Montmartre à Paris, à proximité de Juliusz Słowacki.

Titres, décorations[modifier | modifier le code]

Il reçoit la croix de l'ordre militaire de Virtuti Militari et le titre de chevalier de l'Empire en 1810, puis baron de l'Empire en 1813.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article a été rédigé à partir des notices Wikipédia en polonais et en russe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]