Paul Grandhomme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Grandhomme.
Paul Grandhomme
Collin Paul Victor Grandhomme.jpg
Attribué à Raphaël Collin, Portrait présumé de Paul Guillaume,
œuvre non sourcée, localisation inconnue.
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Médailleur, orfèvre, émailleurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail

Paul Victor Grandhomme, né en 1851 à Paris et mort en 1944 à Saint-Briac-sur-Mer (Ille-et-Vilaine), est un peintre émailleur, orfèvre et médailleur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Grandhomme est l'élève d'Auguste Mollard (1836-1916), orfèvre et peintre sur émail. Il est influencé par son ami le peintre Raphaël Collin.

Il travaille avec Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898) et Jules-Élie Delaunay (1828-1891).

En 1874, il présente au Salon des artistes français un portrait émaillé, Vittoria Colonna (1490-1547).

En 1877, il a pour élève Alfred Jean Garnier avec qui il s'associe ; ils réalisent et signent des œuvres en commun. En 1890 au salon de la Société des artistes français ils présentent une Vierge d'après Carlo Crivelli ainsi qu'un portrait du roi Édouard VII, et en 1895, au Salon des artistes français, d'après Gustave Moreau, Hercule, Orphée, Jeunesse et Immortalité, Léda, Sapho et Œdipe.

Paul Grandhomme est inhumé au cimetière de Saint-Briac-sur-Mer (Ille-et-Vilaine). Son tombeau est ornéé d'une statuette en bronze réalisée par les sculpteurs Émile Armel-Beaufils (1882-1952) et son épouse Zannic Armel-Beaufils, née Suzanne Duvivier (1892-1978)[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Émaux[modifier | modifier le code]

  • Vittoria Colonna, 1874, portrait émaillé.
  • Broche Renaissance, 1880, en émaux.
  • Le concert champêtre, 1889, d'après Titien, tableau émaillé.
  • Jeunesse et immortalité, 1895, en collaboration avec Alfred Jean Garnier, tableau émaillé d'après Gustave Moreau (1826 - 1898).
  • Œdipe, en collaboration avec Alfred Jean Garnier, tableau émaillé d'après Gustave Moreau.
  • Athéna, vers 1896, tableau émaillé.
  • Boîte ronde émaillée à décor d'un figurant une femme nue au miroir assise dans un paysage.

Médaille[modifier | modifier le code]

Si vis pacem, para bellum Pro Patria, Prix du Ministre de la guerre, Entraînement physique – Préparation militaire, Force - Courage. Médaille en argent.
  • Si vis pacem, para bellum (Si tu veux la paix, prépare la guerre), Pro Patria, Prix du Ministre de la guerre, Entraînement physique – Préparation militaire, Force - Courage. Médaille en argent, diamètre : 50 mm, poids 60,50 gr.
  • Les roses - Les joyaux, 1909, médaille biface en bronze, frappée.
  • Paul Maurice Legrain (1860-1939), médecin français, plaquette en bronze.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
  • Metropolitan Museum of Art :
    • Plaque émaillée, 1889.
    • Hercule, vers 1895, en collaboration avec Alfred Jean Garnier, tableau émaillé d'après Gustave Moreau.
En France
  • Paris, musée d'Orsay :
    • L'Amour et la Chasteté, 1890, d'après Le combat de l'Amour et de la Chasteté (National Gallery, Londres), émail polychrome opaque et translucide peint sur cuivre, rehauts d'or.
    • Orphée, 1892, en collaboration avec Alfred Jean Garnier, tableau émaillé d'après Gustave Moreau (1826-1898).
    • Hélène, 1893, émail peint sur cuivre d'après Gustave Moreau, émail polychrome opaque et translucide peint sur cuivre, rehauts d'or.
    • Léda, 1895, en collaboration avec Alfred Jean Garnier, tableau émaillé d'après Gustave Moreau. Provient du cabinet de l'architecte Victor Ruprich-Robert (1820-1887).
    • Minerve, 1895, d'après Mantegna, émail polychrome opaque et translucide peint sur cuivre, rehauts d'or.
    • L'Enlèvement de Déjanire, vers 1895, projet pour émail peint, fusain et craie blanche et lavis.
    • Nymphe, vers 1895, fusain et craie blanche sur papier gris.
    • Sapho, vers 1895, en collaboration avec Alfred Jean Garnier, tableau émaillé d'après Gustave Moreau.
    • Gobelet, entre 1851 et 1944, céramique et émail.
    • Les roses - Les joyaux, 1909, médaille biface en bronze, frappée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t. V, Paris, 1976, p. 161

Liens externes[modifier | modifier le code]