Paul Fauconnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fauconnet.
Paul Fauconnet
Naissance
Décès
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Famille
Franz Schrader (beau-père)

Paul Fauconnet, né le à Saint-Denis, mort à Paris en 1938, est un sociologue français.

Il est connu d'une part pour ses contributions au périodique L'Année sociologique, fondé par Émile Durkheim, et d'autre part pour ses analyses sociologiques de la responsabilité pénale, intellectuellement très stimulantes, dans lesquelles il prolonge la perspective développée par Émile Durkheim au sujet de la fonction sociale du crime[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1895, Paul Fauconnet a obtenu son agrégation en philosophie ainsi que son premier doctorat. En 1920, il a soutenu son second doctorat ; l'intitulé de sa thèse est La Responsabilité : Étude de Sociologie. En 1907, il enseigne à la Faculté de Lettres de l'Université de Toulouse, en remplacement de Célestin Bouglé, il y reste jusqu'en 1921, date de sa nomination comme maître de conférences à la Faculté des Lettres de Paris. Il y obtient un chaire de professeur en 1932.

On sait qu'il fut dreyfusard. On note par ailleurs qu'il réfute l'opposition systématique établie par certains universitaires allemands entre les coutumes hébraïques et les codes juridiques aryens.

Théorie[modifier | modifier le code]

Dans sa thèse, Fauconnet exploite une riche documentation sur les pratiques et conceptions pénales de différentes sociétés (Israël, Grèce antique, Rome antique, Europe médiévale, etc.) Au sens de la responsabilité pénale, être responsable c'est d'abord être apte à supporter une sanction. Or dans la plupart des sociétés (notamment primitives, antiques et médiévales), la responsabilité d'un sujet découle de la situation dans laquelle il se trouve engagé. Le sujet peut être sanctionné sans considération de ses intentions réelles ; très souvent, on substitue au crime un symbole qui le représente et l'important est que la sanction tombe sur quelqu'un ou sur quelque chose. La prise en compte de la volonté de l'agent n'est pas nécessaire ; dès lors qu'elle tend à prévaloir, on passe d'une responsabilité "objective" à une responsabilité "subjective". Fauconnet montre que la prise en compte des intentions équivaut à une atténuation de la responsabilité collective et communicable (sous la pression de forces inhibitrices), et qu'elle correspond donc à une forme exténuée de la responsabilité, et non, comme le pensent les philosophes, à sa forme pure.

L'ouvrage dans lequel cette théorie est exposée, La Responsabilité[2], a été réédité par Laurent Fedi dans la collection Corpus dirigée par Michel Serres (EUD, 2010).

Postérité[modifier | modifier le code]

Cette thèse paradoxale et stimulante a été discutée dans le champ des sciences humaines. Jean Piaget conteste le parti pris méthodologique de Fauconnet qui privilégie une structure particulière au détriment des fonctions, et les invariants au détriment des transformations, mais il lui emprunte la distinction entre responsabilité "objective" et "subjective", qu'il juge propice à l'étude de l'évolution du jugement moral chez l'enfant (Piaget, Le jugement moral chez l'enfant, Paris, Alcan, 1932).

Plusieurs chercheurs se sont intéressés récemment à l'œuvre de Fauconnet, soit pour la commenter, soit pour la prolonger : Massimo Borlandi, Philippe Combessie, Laurent Fedi, Bruno Karsenti, Pierrette Poncela, Thierry Tirbois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Certains de ses textes sont actuellement téléchargeables librement, cf. infra en liens externes).
  2. La responsabilité : étude de sociologie, Paris, Félix Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine »,
  • Laurent Fedi, Piaget et la conscience morale, Paris, PUF, 2008
  • Roger Cotterrell, Emile Durkheim: Law in a Moral Domain, Edinburgh, Edinburgh University Press / Stanford: Stanford University Press, 1999, pp. 106–109.
  • Dominique Parodi, 'L'idée de responsabilité morale' (1924) 31 Revue de Métaphysique et de Morale 49-69.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Textes de Paul Fauconnet
Articles récents concernant Paul Fauconnet et ses analyses