Passages d'outremer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Passages d'outremer
Passages d'outremer - BNF Fr.5594, f5r - miniature de dédicace.jpg
Miniature de dédicace, Sébastien Mamerot remet l'ouvrage à Louis de Laval, f.5r
Artiste
Date
vers 1472-1475
Commanditaire
Technique
enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L)
32 × 23 cm
Format
287 folios reliés
Localisation
Numéro d’inventaire
Français 5594

Les Passages faiz oultre mer par les François contre les Turcqs et autres Sarrazins et Mores oultre marins, appelés plus couramment Passages d'outremer sont un manuscrit enluminé réalisé en France vers 1472-1475, dont les 66 miniatures sont attribuées au peintre Jean Colombe. Il est actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Fr.5594.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1472, Louis de Laval, gouverneur de Champagne et conseiller de Louis XI, passe commande auprès de son chapelain et secrétaire Sébastien Mamerot d'une chronique des Croisades. Après la chute de Constantinople en 1453, le pape relance l'idée d'un croisade pour la libération des lieux saints. Ce projet n'a jamais été suivi d'effet, mais suscite un regain d'intérêt pour ces épisodes passés. La rédaction est commencé en 1472 et achevée selon sa dédicace le 19 avril 1474 à Vierzon. La décoration du manuscrit a sans doute commencé juste après et achevée dans le courant des années 1470 par Jean Colombe, enlumineur installé à Bourges[1],[2].

Par la suite, le manuscrit appartient à Diane de Poitiers puis un peu plus tard à Charles-Henri de Clermont-Tonnerre (1571-1640), d'après les ex-libris présents dans l'ouvrage[3]. Il est détenu ensuite par le cardinal Jules Mazarin. Il entre dans les collections de la bibliothèque royale en 1668[2].

Description[modifier | modifier le code]

La chronique est en fait une compilation de différentes histoires réelles ou imaginaires ayant trait aux croisades menées au cours du Moyen Âge. L'histoire commence avec la conquête légendaire de Jérusalem par Charlemagne jusqu'à la bataille de Nicopolis en 1396 puis le Siège de Constantinople (1394-1402). L'ouvrage contient 66 miniatures, débordant parfois tout autour du texte. Quelques assistants ont participé aussi à la décoration, parmi lesquels peut-être Jean de Montluçon[2].

Outre la chronique principale, le manuscrit contient d'autres textes en annexe, en fin d'ouvrage[4] :

  • le discours « des trois grands », qui justifie cette épithète de la bouche d'Alexandre le Grand, Pompée et Charlemagne (f.277v-281r), comportant une lettrine illustrant chaque grand.
  • les six âges, petite chronique de l'histoire universelle (f281v)
  •  L'ordre des regnes et regnans en France » (f.282-284), avec une lettrine représentant Priam
  • L'épître en vers de Georges Chastellain à George, chroniqueur du duc de Bourgogne (f.284r-285v)

Un dernier texte est ajouté a posteriori, en tête de l'ouvrage : il s'agit de la traduction en français de la lettre du sultan Bajazed II, adressée de Constantinople, le 4 juillet 1488, au roi Charles VIII (f.3v) suivie de sa copie figurée en latin et en italien (f.4r)[4].

Autres versions du texte[modifier | modifier le code]

Le texte de Sébastien Mamerot est repris dans deux autres manuscrits du XVe siècle, tous deux la Bibliothèque nationale de France (Fr.2626 et Fr.4769). Il est repris partiellement dans une version imprimée en 1518 à Paris par Michel Lenoir[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Delcourt, Fabrice Masanès, Danielle Quéruel, Une chronique des croisades : les passages d'Outremer : [Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5594], Hong-Kong ; Köln ; Paris : Taschen, cop. 2009, 2 vol. 816 p. [présentation en ligne]
  • Ingo Walther et Norbert Wolf, Codice illustres. Les plus beaux manuscrits enluminés du monde (400-1600), Paris, Taschen, , 504 p. (ISBN 382285963X), p. 370-371

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vidéo de l'INP
  2. a b et c Codices illustres, p.370
  3. Notice BNF
  4. a et b Notice Gallica
  5. Frédéric Duval, La traduction du Romuleon par Sébastien Mamerot: étude sur la diffusion de l'histoire romaine en langue vernaculaire à la fin du Moyen Age, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises », , 480 p. (ISBN 9782600004800, lire en ligne), p. 205-207