Passage du Bourg-l'Abbé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2e arrt
Passage du Bourg-l'Abbé
Image illustrative de l’article Passage du Bourg-l'Abbé
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Bonne-Nouvelle
Début 120, rue Saint-Denis
Fin 3, rue de Palestro
Morphologie
Longueur 47 m
Largeur m
Géocodification
Ville de Paris 1208
DGI 1199

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Passage du Bourg-l'Abbé
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le passage du Bourg-l’Abbé[1], ou passage Bourg-l’Abbé, est un passage couvert parisien situé dans le 2e arrondissement, entre la rue Saint-Denis à l'ouest et la rue de Palestro à l'est.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Sis dans un quartier populaire et très altéré, le passage est en cours de restauration[Passage à actualiser]. De modestes proportions et possédant toujours un certain cachet, le passage paraît triste et endormi. Il est ouvert du lundi au samedi de h 30 à 19 h 30.

Ce site est desservi par la ligne (M)(4) à la station de métro Étienne Marcel.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Il porte le nom d'un village appelé Bourg-l'Abbé, qui portait ce nom car il dépendait de l'abbé de Saint-Martin[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Édifié en 1828, par Auguste Lusson, entre le passage du Grand-Cerf et le passage de l’Ancre (toujours existant et bordé de boutiques mais non couvert), le passage Bourg-l'Abbé n'est plus aujourd'hui que l'ombre de sa grandeur passée.

À l’origine, il débouchait dans la rue du même nom, à ne pas confondre avec l'actuelle rue du Bourg-l'Abbé, percée ultérieurement. Le passage fut construit parallèlement à un autre passage plus ancien qu'il concurrençait et imitait, le passage du Saucède, disparu avec le percement de la rue de Turbigo en 1854. Le passage Bourg-l'Abbé fut amputé de plusieurs mètres lors de la construction du boulevard de Sébastopol en 1854 et du percement de la rue de Palestro.

L'entrée est du passage ouvrant sur cette dernière est l’œuvre d'Henri Blondel, également architecte de la Bourse de commerce. Les deux cariatides qui encadrent l’entrée, sculptées par Aimé Millet sont des allégories du Commerce et de l’Industrie.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Nomenclature officielle des voies publiques et privées, éditée par la Mairie de Paris (support papier, 9e édition de mars 1997, (ISBN 2-9511599-0-0)) ne donne que les seules appellations « rue du Bourg-l'Abbé » (3e arrondissement de Paris) et « passage du Bourg-l'Abbé » (2e arrondissement de Paris).
  2. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844, p. 89 [lire en ligne].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Lemoine, Les Passages couverts en France, Délégation à l'Action artistique de la Ville de Paris, Paris, 1997, 253 p. (ISBN 2-905-118-21-0), p. 75-76.
  • Bernard Marrey et Paul Chemetov, Familièrement inconnues… architectures, Paris 1848-1914, secrétariat d'État à la Culture, Paris, 1976, p. 16.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]