Parc de Reynerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc de Reynerie
Image illustrative de l'article Parc de Reynerie
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Toulouse
Quartier Reynerie
Altitude 120 m
Superficie 3 ha
Cours d'eau fontaines, bassins, canal et ruisseaux
Histoire
Création 1781
Caractéristiques
Type Parc de château
Jardin public
Essences buis
tulipier de Virginie
pin Napoléon
magnolia
charmille
tilleul
charme
frêne
érable
chêne vert
savonnier
diospyros
celtis
pins de Corse
ginkgo
Lieux d'intérêts Jardin à la française
Jardin botanique
Allée d'eau
Parc à l'anglaise
Fabriques
Gestion
Lien Internet [1]
Localisation
Coordonnées 43° 34′ 13″ nord, 1° 23′ 56″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc de Reynerie

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Parc de Reynerie

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
Parc de Reynerie

Le parc de Reynerie est un jardin public à la française situé dans le quartier de la Reynerie à Toulouse. Il est inscrit sur la liste des jardins remarquables de France.

Le jardin fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le jardin est créé par Guillaume du Barry, féru de botanique entre 1781 et 1789, avec l’aide d’un paysagiste parisien.

Classé en tant que monument historique en 1963, le parc devient la propriété de la ville de Toulouse en 1987. En 1997, l'ensemble des bâtiments subit des opérations de restauration. Le château lui-même est acheté par la ville de Toulouse en octobre 2008[2], pour devenir un lieu culturel complétant les installations du quartier.

Description[modifier | modifier le code]

Le parc se divise en deux terrasses : celle du haut, où se trouve le château et les communs comporte un parterre ainsi qu'un pigeonnier du XVIIe siècle. La terrasse basse est entièrement occupée par un parterre à la française avec une grande allée dans l'axe du château.

Cette allée qui débute par un majestueux escalier avec des lions de pierre est recoupée par d'autres moins importantes. Au centre du jardin se trouve un grand bassin entouré de charmille. Le parc possède de très beaux arbres: des tilleuls, charmes, frênes, érables, chêne verts, savonniers, diospyros, celtis, pins de Corse, ginkgo. Les allées sont bordées de grandes haies de buis et des tulipier de Virginie, un pin Napoléon et des magnolias plantés du temps de Guillaume Dubarry. Un système aujourd'hui disparu permettait de capter les eaux en différents points du jardin supérieur, il les acheminaient jusqu'à un pavillon des eaux ou se trouvaient des vannes. Les canalisations redistribuaient le liquide vers une allée d’eau, le « canal ». Un nymphée avec sa grotte surplombe un petit bassin qui alimente cette grande allée d'eau. Le canal se prolonge dans l'axe du parc et marque la limite de celui-ci au nord et à l'est en barrant la perspective de la grande allée. Une serre en ferronnerie du XIXe siècle complète le tableau. La partie sud du parc vers le lac de Reynerie a été reprise en 2001 en intégrant un parking inutilisé et en ouvrant de nouveaux espaces vers le lac. Ces travaux ont consisté en la création d'un nouveau bras du canal et à refaire des pelouses et plantations.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Flore[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00094506, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Éditorial de la revue municipale "Capitole INFOS" (numéro 178 - 12/2008-01/2009), page 5