Papel picado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Du papel picado.
L'église de Valladolid, au Yucatán, décorée avec du papel picado pour le jour des morts, en 2012.
Le palais municipal d'Atlixco (en) décoré avec du papel picado pour célébrer la fête de l'indépendance du 16 septembre 2015.

Le papel picado (expression en espagnol qui signifie « papier découpé ») est un ornement consistant en une surface plane généralement rectangulaire et colorée (à l'origine une simple feuille de papier), ajourée de trous formant le plus souvent un dessin figuratif, parfois accompagné d'un très court texte, ou encore plus rarement un simple texte accompagné de motifs ornementaux géométriques. Le papel picado s'utilise généralement en guirlande, suspendu à une ficelle, une corde ou un câble. Il est utilisé traditionnellement au Mexique pour décorer les autels dédiés aux défunts pendant la fête des morts, ainsi que pour d'autres célébrations telles que Noël, des fêtes nationales mexicaines, des anniversaires, des fêtes des 15 ans et des baptêmes. Le papel picado est de plus en plus souvent réalisé avec des feuilles de matériaux plus résistants que le papier, comme du plastique ou, plus rarement, du métal[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du papel picado remonte peut-être à l'époque préhispanique, période à laquelle on utilisait du papier d'amate dans certaines cérémonies[2]. Des documents de l'époque coloniale attestent l'utilisation de papel picado à cette période[3]. Au XIXe siècle, des photos et des peintures de scènes de la vie quotidienne au Mexique témoignent de l'usage du papel picado en décoration d'étals de vente de jus de fruit ou de pulque ou lors de certaines festivités[3].

Production[modifier | modifier le code]

Le village de San Salvador Huixcolotla (es), dans l'État de Puebla, est célèbre pour ses ateliers de production de papel picado[2],[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cordelia Candelaria, Encyclopedia of Latino Popular Culture, volume 2, Greenwood Publishing Group, 2004, p. 615.
  2. a et b Stevie Mack et Kitty Williams, Day of the Dead Folk Art, Gibbs Smith, 2015, p. 92.
  3. a et b Eric Zolov, Iconic Mexico: An Encyclopedia from Acapulco to Zócalo, ABC-CLIO, 2015, p. 437.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • César García, « El Papel Picado Mexicano », Confluencia, 6(2), printemps 1991, p.177.
  • Christopher Gibson, « Papel Picado: Three Artists Help Revive Hispanic Ephemeral Arts », Tradición, 7(3), 2002, p.24–28.
  • Dard Hunter, Papermaking: The History and Technology of an Ancient Craft, Dover, 1978.
  • Hans Lenz, Historia del papel en Mexico y cosas relacionadas, 1525–1950, Miguel Angel Porrúa, 2001.
  • María Cristina Sanchez de Bonfil, El papel del papel en la Nueva España, 1740–1812, INAH, 1993.
  • Kathleen Trenchard, Mexican Papercutting: Simple Techniques for Creating Colorful Cut Paper Projects, Lark Books, 1998.