Palais épiscopal d'Alan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Palais épiscopal d'Alan
Présentation
Type
Propriétaire
Personne privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le palais épiscopal d'Alan est l'ancienne résidence d'été des évêques de Comminges. Il est situé à Alan dans le département de la Haute-Garonne (en Comminges dans la région Occitanie).

La Vache d'Alan est le nom qui lui est aussi donné.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Vache d'Alan[modifier | modifier le code]

À la fin du XVe siècle, l'évêque Jean de Foix de Grailly transforma sa demeure en un fastueux palais décoré de fresques, disparues pour la plupart ; la tour orthogonale abritant un escalier à vis est un chef d'œuvre de l'art gothique flamboyant, avec son tympan orné d'une vache monumentale sculptée. La vache porte au cou un écusson avec les armes du Béarn et de Foix. Amateur d'art, il fit aussi réaliser en 1492, par Pierre de Lanouhe, un précieux missel enluminé.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les évêques qui y résidèrent apportèrent au palais des transformations, embellissements et remises au goût du jour mais à la Révolution l'édifice fut divisé et vendu comme bien national. En 1912 la célèbre vache, menacée d'être vendue à un amateur d'art étranger et exportée, fut défendue et sauvée par les habitants d'Alan. Le tympan fut classé monument historique[1].

Un palais endormi[modifier | modifier le code]

Oubliée de tous, la vaste bâtisse tomba peu à peu en ruine jusqu'en 1969 où un ténor d'opéra, Richard Gailland, avec l'aide d'amis passionnés, entreprit courageusement le sauvetage architectural du palais.

Depuis 1998, deux artistes photographes, Yuri Lewinski et Mayotte Magnus, en poursuivent la restauration.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]