Palais Al-Manyal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Égypte
Cet article est une ébauche concernant l’Égypte.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Palais Al-Manyal
GD-EG-Caire-AlManyal020.JPG
Présentation
Type
Style
Géographie
Pays
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Égypte
voir sur la carte d’Égypte
Red pog.svg

Le Palais Al-Manyal ou Palais Mohammed Ali Tewfik est un palais et un musée situé sur l'île d'El Roda au Caire en Égypte. Construit au XIXe siècle par le prince Mohammed Ali Tewfik, le palais s'étendait sur 61 711 m² et est constitué de plusieurs bâtiments et un jardin. Le palais est construit dans un style islamique moderne inspiré de l'architecture fatimides et mamelouk avec une décoration et un mobilier qui associe un mélange de styles ottoman, marocain, perse, syrien et rococo européen.

Historique[modifier | modifier le code]

Le terrain sur lequel est bâtit le palais a été la propriété des princes Mustafa Fazıl Pasha et Ahmad Rifaat Pasha qui l'ont vendu au Khédive Ismaïl en . Ce dernier a remis ses biens situés sur l'île El Roda en à Alliot Marie-Joseph appelé Duc Edmond qui a légué la totalité en à Jean Claude Archide, un ressortissant français[réf. nécessaire]. Le , le prince Mohammed Ali Tewfik a acheté tous les terrains de Jean Claude Archide lesquels s'étendaient sur une superficie totale de 75 620 m2.

Portrait de Mohamed Ali Tawfik au Palais Al-Manyal

La construction du palais a été lancé en 1903 et achevé en 1907. Dès l'âge de 50 ans, le prince a demandé dans son testament que le palais et son musée privé fassent l'objet d'un Waqf pour abriter un musée d'art et que le jardin soit transformé en parc public. Après la révolution de , les commissions de gestion des biens restitués ont triés les objets au sein du palais et les ont remis en au service des antiquités. En une partie du palais fut transformé en hôtel 5 étoiles géré par l’Egyptian General Organisation for Tourism and Hotels puis loué au Club Med entre et et ensuite géré par l'État pour abriter de luxueuses fêtes de mariages et des spectacles[1]. En le palais a été repris par le service des antiquités et un vaste plan de restauration a été entrepris jusqu'à son ouverture au public en .

Pour des raisons d'urbanisation, la surface totale du palais a été réduite de moitié.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Le palais est composé de six bâtiments.

La réception[modifier | modifier le code]

La salle Shamia.

Située à droite de la porte principale du palais, la réception est composée de deux niveaux :

  • Le rez-de-chaussée : il comporte deux salles, la première est la salle dite des honneurs dans laquelle est exposée une grande peinture du prince ; une table sur laquelle deux plats et un registre permettent aux visiteurs du prince de déposer leurs cartes de visite et inscrire leurs noms. La deuxième salle est celle de réception des invités qui donne accès à la mosquée, elle est destinée à accueillir les haut dignitaires après la prière du vendredi. Entre les deux salles, des escaliers relient le Rez-de-chaussée à l'étage supérieur.
  • À l'étage, à droite une salle de réception divisées en deux parties de style syrien dite la « Shamia », décorée par les boiseries de l’ancien palais syrien Al-Azama. La première partie est un patio dont les murs en bois coloré sont richement décorés par des formes géométriques et florales ainsi que des extraits de poèmes sur quatre côtés, ce petit patio donne accès à droite à une petite salle destinée aux femmes des invités, qui comporte une très belle moucharabieh. La salle principale est percée par des fenêtres avec des carreaux en verts colorés de formes géométriques, la fenêtre centrale au fond de la salle comporte le disque solaire symbole de la famille royale . Une cheminée décorative de style ottomane est placée sur l'un des murs de la salle. Sur les trois côtés, la salle est entourées de bancs de velours rouge. À droite, une salle de style marocain dont les murs sont décoré par de la faïence bleu et blanc, des miroirs et des petites fenêtres laissant passer une lumière colorée.

La tour de l'horloge[modifier | modifier le code]

Elle est bâtit à l'image des minarets de style mauresque ; elle ressemble à l'horloge de son frère Abbas II Hilmi installé à la gare Ramsès avec la singularité des aiguilles en forme de serpent.

La mosquée[modifier | modifier le code]

La mosquée
Le mihrab

Elle a une forme de deux cubes juxtaposés, de petite superficie avec une conception architecturale très simple. Dans la porche d'entrée, on trouve à gauche une plaque en marbre citant les noms des artisans qui ont participés à sa construction, à droite, une autre plaque qui commémore la construction de la mosquée. La salle de prière est composée de deux parties distinctes séparés par deux colonnes. La première partie en face de l'entrée principale est destiné probablement aux dignitaires et invités du prince, dans cette partie se trouve un très beau mihrab richement décoré avec au fond de la niche de la faïence bleu et blanc, un plafond en bois doré et un cadre garni par des décors géométrique et des versets du coran, le minbar de petite taille en bois doré, Il ressemble à celui de la mosquée al-Juyushi décoré avec le disque solaire emblème de la famille royale Alaouite, le plafond de cette partie de la mosquée en nid d'abeille avec des petites ouvertures laissant passer la lumière du jour à travers des petits coupes en verre. Dans la deuxième partie de la mosquée destinée probablement aux citoyens, on trouve une dakkah dédiée au réciteur[Quoi ?] du Coran, le plafond de cette partie comporte également un grand disque solaire. Malgré sa petite taille, la mosquée est très richement décorée notamment sur les murs avec des inscriptions coraniques et de remarquables grandes plaques en faïence avec des inscription en miroirs . La mosquée comporte plusieurs portes; la porte principale qui s'ouvre sur le jardin, est en bois couverte par une épaisse plaque de cuivre très décorée, une petite porte qui ouvre sur la tour puis la salle de réception et est destinée aux invités du prince après la prière du vendredi, une troisième porte qui s'ouvre sur la rue et est destiné aux citoyens. Les murs de la mosquée sont garnis par des tableaux de faïences qui comporte versets du coran inscrits en miroirs, les noms des quatre premiers califes ainsi que sourate Al-Ikhlas écrite à trois endroits diffèrents.

Le musée de la chasse[modifier | modifier le code]

Musée de la chasse

Il s'agit de l'ancienne écurie du palais, il prend la forme d'un long couloir qui rassemble les trophées de chasse du Roi Farouk composée essentiellement d'une série de plusieurs dizaine d'antilopes et du prince Youssef Kamal composée de felins. Le musée comporte également une collection de différents oiseaux, de papillons, de reptiles, de rongeurs, de buffles, des défenses et un pied d'éléphant, une carte des régions de chasse en Egypte et des photos du roi Farouk en sorties de chasse. Les pièces sont tres bien répertoriées et exposées. On retrouve également le squelette d'un cheval et l'un des deux dromadaires qui servait au transport de la Kiswa de la Kaaba de l'Égypte a la Mecque.

La résidence du prince[modifier | modifier le code]

La résidence principale du prince

Il est le premier bâtiment construit dans le palais et destiné à accueillir le prince. La résidence est un chef d'œuvre architectural et décoratif composée de deux étages et une tour, On y accède par un escalier de quelques marches qui donne sur une proche d'entrée à la résidence:
Le Premier étage renferme une série de salles communiquantes autour d'un espace central.

  • La pièce centrale a une petite fontaine d'albâtre au centre, des murs couverts par de la faïence, un grand tableau de Méhémet Ali pacha surmonté par le disque solaire,, un arc décoré par la première sourat du Coran Al-Fatiha, des escaliers en bois qui montent au premier étage et plusieurs ouvertures aux différentes salles de la résidence et un miroir qui permet au prince d'observer le rez-de-chaussée et l'arrivée de ses invités à partir de l'étage supérieur:
  • La chambre "Chikma": Contient plusieurs chaises et fauteuils avec une table centrale sur laquelle est posée une boite destinée probablement à déposer des bijoux.
La pièce centrale
  • La salle à manger : contient une grande table entourée de chaises ainsi qu’une belle vitrine exposant une belle collection de vaisselles
  • La salle nacrée : elle juxtapose la salle à manger, elle est destinée à accueillir les invités du prince après le déjeuner ou le diner pour se reposer et prendre du café. Tous les meubles sont en bois incrusté de nacre.
  • La salle d’hiver : de petite taille, elle est juste a cote de la salle nacrée, contient plusieurs petits fauteuils entourant une cheminée de style ottoman en bois de Santal qui laisse dégager une agréable odeur et qui ressemble a celle au palais de Méhémet Ali a Kavala en Grèce et un radiateur domestique.
  • La salle de réception destinée à acceuillir les invités pour les soirées de spectacles, deux murs comportent deux grandes miroirs qui donnent de la profondeur à la salle et permettent également aux femmes installées à l'étage supérieur de regarder le spectacle. À l'étage, on peut voir des murs décorés par des peintures florales très probablement peints de la main propre du prince. Une petite salle adjacente est aménagée pour acceuillir les femmes âgées qui ne peuvent pas monter à l'étage.
  • Le salon bleu : appelé ainsi en raison de la couleur bleu de la peinture et décoration de la partie inférieur des murs sur lesquels sont suspendus une séries de tableaux et de portraits dont les plus fameux sont celui de la chanteuse Almaz et celui qui représente la Mosquée bleue. La salle comporte également des fauteuils en cuir et une table centrale en porcelaine.
  • Le bureau du prince qui contient encore ses livres et documents.

Le deuxième étage renferme une salle de bain, la chambre à coucher du prince qui contient un fauteuil, un lit et une armoire et la chambre de sa campagne ou sa femme appelée Alice. Le reste de l’étage n’est pas ouvert à la visite.

L'édifice du trône[modifier | modifier le code]

La salle du trône

Au premier étage : La salle du trône, de forme rectangulaire, meublé des deux côtés par des fauteuils en bois doré et velours rouge sur lesquels est inscrits le nom de Mohammad Ali. Les murs sont percés à gauche par des fenêtres circulaires et à droite des fenêtres rectangulaires. Le mur de gauche est couvert par une série de tableaux de la dynastie de Mohamed Ali dont Khedive Abbas Helmi II, Abbas Pasha I, Ibrahim Pasha. Tandis que sur le mur de droite plusieurs miroirs et deux tableaux représentant des vues de l'Egypte. Sur toute la surface du plafond, le sigle de la dynastie : le fameux soleil en bois doré avec ses rayons qui se dégagent en lignes droites. Au fond de la salle, le trône avec en arrière un grand tableau de Mohammed Ali Pacha et de part et d'autres du trône de grands chandeliers en cristal. Au fond de la salle, une petite porte permet d'accéder à l'étage supérieur. Selon Najet Belhatem, "Cette salle résonne comme un cri étouffé du prince qui s’est vu «privé du trône de l’Egypt»"[2].
L'accès à l'étage supérieur se fait par un escalier en marbre avec des murs recouverts par de grands tableaux de faïence de différents motifs et couleurs ainsi que deux morceux de l'étoffe de la Kaaba.
Au deuxième étage: on trouve successivement trois salles:
- Salle obisson: les murs du Salon sont couverts d'un tissue français appellé l'Obisson. Le Salon est meublé par des fauteuils de style français avec un piano et une table d'échecs.
- Le Salon bleue:
- Le Salon de Amina Hanem:

La salle dorée[modifier | modifier le code]

Non ouverte à la visite, actuellement destinée uniquement à des événements particuliers tel que les cérémonies où les tournages.

Jardin[modifier | modifier le code]

Galerie Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

De nombreuses autres photos sont visibles sur un site en arabe[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie Grillot, La renaissance du Palais al-Manya sur le site egyptophile
  2. Explosion des sens au palais Manial, Al-Ahram Hebdo.
  3. (ar) Moheet, Palais Mohamed Ali, [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :