Louis de Bonis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis de Bonis
Louis de Bonis.jpg
Biographie
Naissance
Abréviation en zoologie
De BonisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Louis de Bonis, né en 1934 à Marseille, est un paléontologue français, spécialiste des primates et des carnivores fossiles.

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Louis de Bonis est né le à Marseille (Bouches-du-Rhône)[1]. Il développe son intérêt pour la paléontologie durant ses études à la faculté des sciences de Marseille, puis à l'université de Montpellier. En 1959, il effectue son service militaire durant 28 mois, dont 16 en Algérie, puis devient officier de réserve. En 1962, il poursuit ses études à l'université de Paris où il soutiendra une thèse de troisième cycle, puis une thèse d'état (Contribution à l’étude des mammifères de l’Aquitanien de l’Agenais : Rongeurs, Carnivores, Périssodactyles), éditée en 1973 par le Muséum national d'histoire naturelle.

Carrière[modifier | modifier le code]

Louis de Bonis commence sa carrière universitaire à Paris comme assistant puis maitre assistant à la Sorbonne. En 1980, il est nommé professeur à l'université de Poitiers, où il intègre le laboratoire PALEVOPRIM (Paléontologie, Évolution, Paléoécosystèmes, Paléoprimatologie) de l'université[2].

Louis de Bonis est aujourd'hui professeur émérite à l'université de Poitiers.

Travaux[modifier | modifier le code]

Spécialiste de paléontologie des vertébrés, Louis de Bonis s'intéresse surtout à l'évolution et à la systématique des Primates, surtout hominoïdes, et des Carnivores. Paléontologue de terrain, il a travaillé sur les trois continents de l'Ancien Monde : Europe, Asie et Afrique.

Louis de Bonis et Jean Mélentis ont découvert en Macédoine grecque et décrit en 1977 l'espèce Ouranopithecus macedoniensis[3], considérée comme proche de la tribu des Gorillini.

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Contribution à l’étude des Mammifères de l’Aquitanien de l’Agenais : Rongeurs, Carnivores, Périssodactyles, Mémoires du Muséum national d'Histoire naturelle, , 192 p.
  • L’Évolution dans sa réalité et ses diverses modalités, Masson, , 419 p. (ISBN 9782225812408)
  • Évolution et extinction dans le règne animal, Dunod, , 192 p. (ISBN 978-2225823220)
  • La famille de l'homme : des lémuriens à Homo sapiens, Belin, coll. « Bibliothèque scientifique », , 128 p. (ISBN 9782842450076)

Direction éditoriale[modifier | modifier le code]

  • Louis de Bonis et Lars Werdelin, « Mémorial Stéphane Peigné. Carnassiers (Hyaenodonta et Carnivora) du Cénozoïque », Geodiversitas, nos 41 et 42,‎ , p. 17 articles

Articles[modifier | modifier le code]

  • Louis de Bonis et Jean Mélentis, « Les primates hominoides du Vallésien de Macédoine (Grèce). Étude de la machoire inférieure », Geobios, vol. 10, no 6,‎ , p. 849-885 (DOI 10.1016/S0016-6995(77)80081-8, lire en ligne)
  • Louis de Bonis et al., « Le Garouillas et les sites contemporains (Oligocène, MP 25) des phosphorites du Quercy (Lot, Tarn-et-Garonne, France) et leurs faunes de vertébrés », Palaeontographica, no 236,‎ (lire en ligne)
  • Louis de Bonis et Georges D. Koufos, « Ouranopithecus et la date de séparation des hominoïdes modernes », Comptes Rendus Palévol, vol. 3, no 4,‎ , p. 257-264 (lire en ligne)
  • Louis de Bonis, « Les carnivores d'Afrique du Miocène moyen au Pléistocène : nouvelles données, systématique, évolution, biogéographie », Comptes Rendus Palévol, vol. 7, no 8,‎ , p. 475-486 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stéphane Peigné, Gildas Merceron et Georges D. Koufos, « Louis de Bonis: 50 years of paleontological research on mammals », Geodiversitas, nos 31-4,‎ (lire en ligne)
  2. « Louis de Bonis », sur PALEVOPRIM (consulté le )
  3. Louis de Bonis et Jean Mélentis, « Les primates hominoides du Vallésien de Macédoine (Grèce). Étude de la machoire inférieure », Geobios, vol. 10, no 6,‎ , p. 849-885 (DOI 10.1016/S0016-6995(77)80081-8, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]