Orconectes immunis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'écrevisse calicot (Orconectes immunis)[1] est une espèce d'écrevisses d'eau douce nord-américaine qui a été introduite en Europe, où elle a d'abord colonisé le Rhin[1]. Elle vit dans des plans d'eau à débit lent et peut survivre en s'enfouissant s'ils s'assèchent.

Description[modifier | modifier le code]

Orconectes immunis ressemble à plusieurs autres espèces d'écrevisses du genre Orconectes. Elle se distingue par la coloration des pinces, mais il peut être difficile d'identifier un spécimen par ce trait distinctif sans le comparer aux spécimens de référence. Elle se distingue de l'écrevisse à pinces bleues (en) par la présence d'une encoche près de la base intérieure du doigt mobile des grandes pinces[1],[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Orconectes immunis se trouve naturellement dans la partie de l'Amérique du Nord qui s'étend du Maine et du Connecticut, dans l'est, au Colorado et au Wyoming, dans l'ouest, et du Canada, dans le nord, à l'Alabama, dans le sud. Au Canada, l'espèce a été enregistrée au Manitoba, en Ontario et au Québec[3], mais les populations du Québec résultent peut-être d'introductions de l'espèce par des pêcheurs à la ligne de New York[4] ; les populations canadiennes sont concentrées dans le sud de l'Ontario[4]. On croit que l'espèce a été introduite dans plusieurs États de la Nouvelle-Angleterre, dont le Massachusetts, le Maine, le New Hampshire, le Rhode Island et le Vermont[3].

Europe[modifier | modifier le code]

Espèce en vogue dans les animaleries allemandes, Orconectes immunis est un « animal de compagnie » que l'on retrouve dans des aquariums ou des bassins. La première échappée enregistrée de cette espèce est celle d'un individu dans un petit canal de la vallée du Rhin, dans le Bade-Wurtemberg, en 1997. Plus tard, on a découvert une population en âge de reproduction qui s'est répandue au moins jusqu'à Karlsruhe (à 45 km en aval) et peut-être jusqu'à Spire (à 35 km en aval de Karlsruhe)[5]. On a depuis observé l'espèce dans d'autres régions de l'Europe, dont l'État de Rhénanie-Palatinat et la France (la première fois en 2010, dans le département du Bas-Rhin), où elle peut être considérée comme naturalisée[1]. Elle semble supplanter une autre espèce envahissante, l'écrevisse américaine, qui est présente dans la région depuis cinquante ans[6].

Écologie[modifier | modifier le code]

O. immunis ne se trouve que dans les plans d'eau à débit lent tels que les ruisseaux, les étangs, les marais et les fossés, alors que l'écrevisse à pinces bleues vit aussi dans les rivières à débit modéré. La première peut survivre dans les régions où le niveau d'eau fluctue beaucoup, en s'enfouissant lorsque les eaux de surface décroissent[2].

Dénomination[modifier | modifier le code]

O. immunis est décrite pour la première fois sous le nom de Cambarus immunis dans Monograph of the North American Astacidae de Hermann August Hagen en 1870[3]. Les premiers spécimens provenaient de Lawn Ridge, dans le comté de Marshall (Illinois).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Marc Collas, Dominique Beinsteiner, Sophie Fritsch, Sébastien Morelle et Marie L'Hospitalier, « Première observation en France de l'Écrevisse calicot, Orconnectes [sic] immunis (Hagen, 1870) », Annales scientifiques de la réserve de Biosphère transfrontalière Vosges du Nord - Pfälzerwald, t. 16,‎ 2011-2012, p. 18-36 (lire en ligne).
  2. a et b (en) « Calico Crayfish — Orconectes immunis », sur Montana Field Guide (consulté le 29 juillet 2010).
  3. a b et c (en) James W. Fetzner, fils, « Orconectes (Trisellescens) immunis (Hagen, 1870) », sur Crayfish Taxonomy Browser, Carnegie Museum of Natural History, (consulté le 11 juin 2010).
  4. a et b (en) Premek Hamr, « Orconectes immunis », sur Ontario Crayfish Guide, Bishops Mills Natural History Centre, .
  5. (en) D. M. Holdich, J. D. Reynolds, C. Souty-Grosset et P. J. Sibley, « A review of the ever increasing threat to European crayfish from non-indigenous crayfish species », Knowledge and Management of Aquatic Ecosystems, vol. 394–395, no 11,‎ , p. 1–46 (DOI 10.1051/kmae/2009025).
  6. (en) Christoph Chucholl, Hans Bernd Stich et Gerhard Maier, « Aggressive interactions and competition for shelter between a recently introduced and an established invasive crayfish: Orconectes immunis vs. O. limosus », Fundamental and Applied Limnology (Archiv für Hydrobiologie), vol. 172, no 1,‎ , p. 27–36 (ISSN 1863-9135, DOI 10.1127/1863-9135/2008/0172-0027, résumé).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]