Oras Sultan Naji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oras Sultan Naji
أوراس سلطان ناجي
Illustration.
Fonctions
Membre de la Chambre des députés

(17 ans, 9 mois et 30 jours)
Élection
Réélection
Président Abdallah ibn Hussein al-Ahmar
Yahya Ali al-Raie
Biographie
Nom de naissance Oras Sultan Naji Mohamed Naji
Date de naissance
Lieu de naissance Aden
Date de décès (à 52-53 ans)
Lieu de décès Sanaa
Nationalité yéménite
Parti politique Congrès général du peuple
Père Sultan Naji
Profession pédiatre

Oras Sultan Naji (en arabe : أوراس سلطان ناجي), née en 1962 à Aden et morte le à Sanaa, est une pédiatre et femme politique yéménite, membre de la Chambre des députés de 1997 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1962 à Aden[1], Oras Sultan Naji est la fille de l'historien militaire Sultan Naji[2]. Elle est titulaire d'une maîtrise en pédiatrie[2].

En 1997, elle est élue députée[3],[4] sous les couleurs du parti présidentiel du Congrès général du peuple, la deuxième femme avec Oulouf Bakhoubaïra[5],[6]. Elle est réélue en 2003[4],[7],[8]. Elle est alors membre du Comité de la santé publique et de la population du Parlement[2]. En 2010, elle est la seule femme à siéger à la chambre basse[8].

En 2000, Oras Sultan Naji précise qu'elle ne se bat pas contre le hijab, mais pour les droits des femmes[3]. Elle déclare le considérer comme un « vêtement de travail », à l'image de la perruque des avocats[3]. Par ailleurs, elle dit le porter par politesse au Nord conservateur mais pas au Sud, où elle enseigne à l'université d'Aden[3].

En 2003, elle représente le Yémen lors de la cérémonie de béatification de mère Teresa[9].

En 2010, elle déclare que « beaucoup de femmes se sont présentées aux élections en 2003, malheureusement elles n'ont pas gagné »[4]. Elle explique cela par des « obstacles traditionnels »[4]. Espérant que la représentation féminine atteindrait 15 % lors des élections suivantes, elle estime qu'en « en tant que seule femme députée, [elle] représente toute la société, pas seulement [sa] circonscription »[4]. Par ailleurs, elle se dit fière d'avoir « influé sur l'agenda parlementaire au sujet de la question féminine », en ayant œuvré ainsi à fixer l'âge minimal du mariage, qui était indéterminé, à dix-sept ans[4], après l'affaire Nojoud Ali[10],[11],[12]. Cependant, le projet de loi est bloqué par la commission de la charia au Parlement yéménite[13]. Le projet de Constitution présenté en janvier 2015 prévoit d'amener l'âge légal du mariage à dix-huit ans[14], mais la guerre rend les conditions de vie difficiles et il n'y a pas d'âge minimum pour le mariage au Yémen[15].

Elle meurt le à l'hôpital militaire de Sanaa, après avoir été victime d'un malaise en pleine prière[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wneet.com, « Oras Sultan Naji », sur Yp Watch (consulté le 15 janvier 2018)
  2. a, b, c et d Wneet.com, « La mort du seul député du parlement yéménite, "Oras Sultan Naji" », sur Yp Watch (consulté le 14 janvier 2018)
  3. a, b, c et d « Entwicklungsministerin stärkt den Frauen in dem einst abgeschotteten Land den Rücken » (consulté le 15 janvier 2018)
  4. a, b, c, d, e et f « POLITICS: Spotlight on Gender Equality at IPU Meeting in Addis Ababa » (consulté le 15 janvier 2018)
  5. « Feminism in Islam », sur Google Books (consulté le 14 janvier 2018)
  6. Margot Badran, « Unifying Women: Feminist Pasts and Presents in Yemen », Gender <html_ent glyph="@amp;" ascii="&"/> History, vol. 10, no 3,‎ , p. 498-518 (ISSN 0953-5233, lire en ligne)
  7. « Sabanews » (consulté le 14 janvier 2018)
  8. a et b « Delegation for Relations with the Gulf Countries and Yemen » (consulté le 15 janvier 2018)
  9. « XXV ANNIVERSARIO DI PONTIFICATO DI GIOVANNI PAOLO II: DELEGAZIONI UFFICIALI E PERSONALITÀ PRESENTI AL RITO DI BEATIFICAZIONE DI MADRE TERESA DI CALCUTTA » (consulté le 15 janvier 2018)
  10. Rozenn Nicolle, « La petite divorcée du Yémen », Libération, 31 janvier 2009
  11. « Une Yéménite de 10 ans parmi les femmes de l'année »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Le Nouvel Observateur, 11 novembre 2008
  12. Delphine Minoui, « Nojoud, 10 ans, divorcée au Yémen », Le Figaro, 24 juin 2008
  13. (en) « Yemen: End Child Marriage », sur Human Rights Watch, (consulté le 22 février 2016)
  14. (en) Saeed Al Batat, « Minimum age set for marriage in Yemen », sur Gulf News, (consulté le 22 février 2016)
  15. (en-US) Girls Not Brides, « Yemen - Child Marriage Around The World. Girls Not Brides », sur Girls Not Brides (consulté le 22 février 2016)