Olek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olek
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Agata OleksiakVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Sites web

Agata Oleksiak (née le ) connue sous le nom de Olek, est une artiste polonaise basée à New York. Ses œuvres comprennent des sculptures, des installations telles que des bicyclettes au crochet, des canots pneumatiques, des pièces de performance. Elle recouvre des bâtiments, des sculptures, des personnages et un appartement au crochet. Elle expose aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, au Brésil, en Turquie, en France, en Italie, en Pologne et au Costa Rica.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olek est diplômée en études culturelles de l'Université Adam Mickiewicz de Poznań en 2000. Elle fréquente ensuite le College LaGuardia à New York, où elle remporte le prix de sculpture du Club national des arts[1]. Ses premières œuvres comprennent des sculptures, des costumes et des structures gonflables.

Olek commence à utiliser le crochet dans son art en 2003 après son déménagement aux États-Unis. Elle séduit les critiques au défilé de mode surréaliste de la Société d'arts et d'histoire de Williamsburg cette année-là[2]. En 2004, Olek crée une grande pièce en forme de tente faite de lanières d'étoffe au crochet, de poils, de cassettes audio et de peluches pour un spectacle de quatre comédiens à Chelsea, Manhattan. Le New York Times déclare que son installation est un tour de force[3].

Sa sculpture au crochet, Spill (2005), présentée dans le Washington Post, comprend 1 300 ballons blancs ressemblant à une forme intestinale[4]. Elle participe à The Waterways, un projet artistique socialement responsable sur un vaporetto lors de la Biennale de Venise en 2005. Son travail, appelé Camouflage explore l'androgynie, l'identité figée, la sexualité et la culture[5]. En septembre et octobre de la même année, Olek recouvre au crochet les fenêtres d'un bâtiment incendié et abandonné à Utica, dans l'État de New York[6].

Philosophie[modifier | modifier le code]

La philosophie créative d'Olek est la suivante : « La vie et l'art sont inséparables »[7]. Partisane active des droits des femmes, de l'égalité des sexes et de la liberté d'expression, Olek utilise son travail pour exprimer sa solidarité avec les personnes opprimées du monde entier. À travers son travail, Olek cherche à apporter de la couleur, de la vie, de l’énergie et de la surprise à l’espace de vie[8].

Œuvres choisies[modifier | modifier le code]

Galerie NuEdge, rue Sherbrooke, Montréal. Olek a ajouté une seconde peau sur une sculpture existante.
Galerie NuEdge, rue Sherbrooke, Montréal. Olek a ajouté une seconde peau sur une sculpture existante.

Olek a exposé aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, au Brésil, en Turquie[9], en France, en Italie, en Espagne[10], en Finlande[11], en Suède[12], en Pologne et au Costa Rica[13]. En 2009 et 2016, elle était artiste résidente à l'Instituto Sacatar au Brésil[14].

Le vêtement intégral au crochet d'Olek, nommé les sculptures à porter[15] est utilisé dans divers projets et performances. En 2010, elle participe au festival Dumbo arts dédié à la scène artistique de Brooklyn[16]. Les personnes vêtues de combinaison de tricot proposent de serrer la main des passants pour leur souhaiter une bonne journée. Pour une autre performance interprétée dans la 14e Rue de Manhattan lors de l'événement de 2009, Art in Odd Places, Olek s'inspire d'une scène dans le métro à Taipei : un préposé en uniforme tient une pancarte « Tenez-vous à la main courante »[17]. Les interprètes vêtus de combinaisons au crochet brandissent des pancartes inspirées de slogans identifiés par Olek comme favorisant un dialogue emphatique, ironique ou amusé.

Sa première exposition personnelle, « Knitting is for Pus **** »[18], a lieu à la Christopher Henry Gallery. En 2010, elle expose un faux appartement dont le contenu, y compris les résidents, est recouvert de crochet[19]. L'installation a demandé plusieurs années de préparation en utilisant des écheveaux de fil[20]. Devant le succès, l'exposition est prolongée[21] et ferme ses portes en mai 2011. À la même période, son travail est également présentée au SCOPE Art Show de Miami[22].

Fin 2010, Olek recouvre Charging Bull, une statue de Wall Street, en hommage à Arturo Di Modica, d'un costume au crochet sans autorisation. Un gardien du parc déchire le costume de la statue deux heures plus tard[23],[24]. Olek est en résidence en 2010-2011 au Conseil culturel du Lower Manhattan, pendant laquelle elle intervient et performe au Whitney Museum of American Art[25]. En mai 2011, elle remporte la catégorie « Sculpture in situ » aux deuxièmes Urban Arts Awards (Artaq)[26].

Olek dans son installation Hommage à Keith Haring, 2011

En août 2011, Olek organise une exposition personnelle à la galerie Jonathan LeVine[27]. Elle collabore avec la réalisatrice Gina Vecchione et la productrice Michelle Price pour créer un court métrage muet intitulé YARNAN. Les personnages parlent à travers la danse moderne, la comédie physique, la capoeira, les arts martiaux, la danse du ventre, la breakdance, les acrobaties, la gymnastique et les instincts des chercheurs d'âme. Le film remporte un prix du festival du film[28],[29]. Sa première exposition personnelle au Royaume-Uni, intitulée Je ne m'attends pas à être une mère mais je m'attends à mourir seule, est influencée par ses expériences durant son séjour[30].

Pour l'exposition conjointe avec David E. Peterson à New York[31], elle utilise des milliers de ballons semi-gonflés[32] recouvert de crochet, pour créer une structure semblable à une grotte à l'intérieur de la galerie. L'artiste s'est intéressée à la nature éphémère de son installation. Les ballons éclatent. Ce qui nécessite une réparation immédiate pour éviter la destruction de l’œuvre[33]. Olek s'est inspirée de son expérience de clown itinérante pour Health Plus, dans les quartiers pauvres de New York[34].

En 2014, en collaboration avec PangeaSeed pour attirer l'attention sur les menaces qui pèsent sur l'écosystème océanique, Olek recouvre une sculpture en forme de bombe au Musée sous-marin de Cancún au Mexique avec un crochet[35]. En 2015, dans le cadre de St + Art Delhi 2015, elle recouvre un refuge pour femmes à Delhi afin de sensibiliser les personnes sur ce problème[36].

En avril 2016, elle recouvre la façade du Virginia MOCA d'une de couverture du New York Times réalisée au crochet, datée de 2020 et présentant de bonnes nouvelles sur le thème écologique[37]. Également en 2016, elle crée une installation à Verket, un musée situé à Avesta en Suède, avec l'aide de femmes réfugiées syriennes et ukrainiennes. Après avoir entendu leurs histoires, elle a l'idée de couvrir une maison à Avesta et une autre à Kerava en Finlande, entièrement avec du crochet rose pour illustrer le pouvoir des femmes[38],[39]. En travaillant à Avesta, les femmes réfugiées ont raconté comment elles avaient tout perdu pendant la guerre. Cela a motivé Olek pour créer un court métrage, En un clin d'œil, où elle a fait exploser une maison au crochet dans le musée Verket[40]. Le 3 novembre 2016, une couverture rose crochetée par Olek et 38 volontaires, représentant le visage d'Hillary Clinton et le hashtag #ImWithHer en noir et blanc, a été clouée sur un panneau d'affichage dans le New Jersey[41]. En décembre 2016, Olek présente la pièce intitulée Vous ne pouvez pas tromper tout le monde au MANA Wynwood, à Miami[42].

Arrestation de 2011[modifier | modifier le code]

Le 6 octobre 2011, Olek est impliquée dans un incident avec un homme dans un bar de Londres. Elle est inculpée de deux chefs d'accusation dont coups et blessures avec l'intention de causer des lésions graves et possession d'un objet tranchant dans un lieu public[43]. Elle est assignée à résidence[44]. En septembre 2012, elle est déclarée coupable de coups et blessures sans intention de causer des lésions corporelles graves. Elle est assignée à résidence. Après avoir purgé sa peine, elle installe une pièce au crochet avec le message Embrasse l'avenir sur un bâtiment à Vancouver, puis le même message en polonais porté sur une bannière au crochet d'environ 20 mètres de long dans une prison de Katowice[45].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Sculpture In Situ, Artaq Award, Paris, France[46]
  • 2011 : FUND LMCC Grant for performance in public spaces, New York, États-Unis
  • 2008: Winner of Apex Art gallery’s PBS commercial competition, New York, États-Unis
  • 2007 : US Artists International, support for performing arts at international festivals, États-Unis/Pologne
  • 2004 : The Ruth Mellon Memorial Award For Sculpture. The National Arts Club, New York, États-Unis

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 28th Annual Student Show », The National Arts Club Bulletin,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 6 juin 2011)
  2. Claudia Cukrov, « Crochet Work by Olek », pskf, sur pskf, New York NY, (consulté le 12 juin 2011)
  3. Holland Cotter, « ART IN REVIEW; 'The Day After I Destroyed the Women I Wished I Had Not Destroyed Them' », The New York Times, New York NY,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juin 2011)
  4. Jonathan Padget, « Knit One, Swirls Too », Washington Post, Washington DC,‎ , C05 (lire en ligne, consulté le 22 mai 2011)
  5. « Waterways 2005 Hits the Venice Biennale », Varaart-issued press release, sur Varaart-issued press release, New York NY, PRWEB, (consulté le 13 juin 2011)
  6. « Agata Olek Oleksiak », SculptureSpace, sur SculptureSpace, (consulté le 13 juin 2011)
  7. Maria Gagliano, « Made in Brooklyn: Olek », Brooklyn Based, Brooklyn, New York City NY,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2011)
  8. « Olek: White Mermaid », sur heliotrope foundation (consulté le 18 décembre 2016)
  9. « Olek », Workspace: Current Session, sur Workspace: Current Session, Manhattan NY, Lower Manhattan Cultural Council, (consulté le 8 juin 2011)
  10. (es) « Olek », sur Delimbo - Contemporary art gallery since 2006 (consulté le 10 février 2019)
  11. Ruby Lott-Lavigna, « Agata Oleksiak is helping refugees find their voice – using yarn », Wired UK,‎ (ISSN 1357-0978, lire en ligne, consulté le 10 février 2019)
  12. Priscilla Frank Arts Writer et The Huffington Post, « Proof That Covering Houses In Pink Yarn Makes The World A Better Place », sur The Huffington Post, (consulté le 18 décembre 2016)
  13. "Olek", professional resume. Retrieved 7 June 2011.
  14. « Fairy Tales Are Not Real », INPUT Journal, sur INPUT Journal, New York NY, INPUT Journal Foundation, (consulté le 4 juin 2011)
  15. « Art in Odd Places 2009 », Time Out New York, New York NY, Time Out New York,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2011)
  16. Christine Vignau, « L'insolite Dumbo festival de Brooklyn », sur ©New York, (consulté le 10 février 2019)
  17. Michele Collet, « The Incredible Crocheted World of Olek », Environmental Graffiti, sur Environmental Graffiti, (consulté le 23 mai 2011)
  18. Note that this is indeed the official name, with asterisks. This represents "Knitting is for Pussies".
  19. Michele Wad Caporosso, « Crochet art », Vogue Italy, sur Vogue Italy, Milano, Italy, Condè Nast S.p.A., (consulté le 6 juin 2011); « Crafting a crochet world - in pictures », The Observer, sur The Observer, London, (consulté le 6 juin 2011); Marie-Joëlle Parent, « De l'art urbain au crochet », canoe divertissement,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2011)
  20. Suzanne LaBarre, « An Entire Apartment Covered In Crochet, On Sale For $90,000 », Fast Co. Design, sur Fast Co. Design, New York NY, Mansueto Ventures, LLC., (consulté le 3 juin 2011)
  21. « "OLEK: Knitting is for Pus****" at Christopher Henry Gallery », SOHO Journal, sur SOHO Journal, Manhattan NY, (consulté le 8 juin 2011)
  22. « Olek - Knitting is for Pus**** Closing Party! », Artlog, sur Artlog, Brooklyn NY, (consulté le 23 mai 2011)
  23. « Olek crocheted the Wall Street Bull », Bowery Boogie, sur Bowery Boogie, New York NY, (consulté le 22 mai 2011)
  24. Octavio Blanco, « Cozy Wall Street Bull sends warmest wishes », CNNMoney,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2011)
  25. Sabina Ciari, « Model/Performance Artist- Wearable Sculpture by Olek », Sabina Ciari portfolio, sur Sabina Ciari portfolio, Behance (consulté le 22 mai 2011)
  26. « Nominated for the Artaq Awards 2011 and winners », 2nd Urban Arts Award, sur 2nd Urban Arts Award, (consulté le 8 juin 2011)
  27. « Olek: The Bad Artists Imitate, The Great Artists Steal », Jonathan LeVine Gallery, sur Jonathan LeVine Gallery, New York NY, (consulté le 24 novembre 2011)
  28. « Nice Shoes Color Grades YARNANA », Below the Line, sur Below the Line (consulté le 19 septembre 2015)
  29. « New York », New York, sur New York (consulté le 19 septembre 2015)
  30. « OLEK London Solo Exhibition », Hooked, sur Hooked, London UK (consulté le 28 janvier 2012)
  31. « Exhibit: OLEK and David E. Peterson – 2 person show – "Synthethic Nature" », Art In New York City, New York NY,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2012)
  32. « Olek's Crocheted Balloon Funhouse at the Krause Gallery », Bowery Boogie, sur Bowery Boogie, New York NY, (consulté le 19 mars 2012)
  33. Julie Shapiro, « Balloons Replace Yarn in Crochet Artist Olek's New Show », DNAinfo, New York NY,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 19 mars 2012)
  34. Esther Zuckerman, « Olek Inflates Her Work At New Show », The Village Voice, New York NY,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2012)
  35. Emily Thomas, « Artist Olek's Underwater Crochet 'Bomb' May Have Killed Marine Life », Huffington Post, sur Huffington Post, (consulté le 3 septembre 2016)
  36. Jaime Rojo et Steven Harrington, « Gender, Caste, And Crochet: OLEK Transforms A Shelter In Delhi », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2016)
  37. Jaime Rojo et Steven Harrington, « Olek Crochets The New York Times: 'Good News' At Virginia MOCA », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2016)
  38. Jasmin Malik Chua, « Olek Covers the Facade of Houses in Sweden, Finland With Pink Crochet », sur Ecouterre, (consulté le 3 septembre 2016)
  39. Tara Bellucci, « This House in Finland is Totally Covered in Pink Crochet », sur Apartment Therapy, (consulté le 3 septembre 2016)
  40. « In the Blink of an Eye », sur Vimeo (consulté le 18 décembre 2016)
  41. Crocheting Hillary - The New Yorker
  42. (en) EvanPricco, « The Juxtapoz Clubhouse @ MANA Wynwood », sur www.juxtapoz.com (consulté le 10 février 2019)
  43. « WHY do I need your help? », Olek's appeal, sur Olek's appeal, London UK, (consulté le 19 mars 2012)
  44. Rosie Gray, « Crochet Artist Olek Is in Legal Trouble in London », The Village Voice, New York NY,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2012)
  45. « Street Artist Olek Goes To Jail in Poland », sur Brooklyn Street Art,
  46. (en) « Olek », sur Culture.pl (consulté le 10 février 2019)