Noël-Jules Girard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noël Jules Girard
Naissance
Décès
(à 70 ans)
Paris
Nationalité
français
Activité
sculpteur
Maître
Distinctions

Noël Jules Girard est un sculpteur français, Prix de Rome en 1842.

Biographie[modifier | modifier le code]

Noël Jules Girard est né à Paris le 22 août 1816. Admis à l’École des Beaux-arts de Paris, en 1837, il entre dans l’atelier de David d’Angers puis de Louis Petitot en 1845.

En 1842, il se voit décerner le troisième prix de Rome, remporté, cette année là par Jules Cavelier.

Il expose régulièrement au Salon des Artistes français à partir de 1849 et obtient une médaille de seconde classe en 1852 puis une mention du jury en 1855 ; il présente plusieurs œuvres à l’Exposition universelle de 1855 qui seront acquises par l’État.

Il est décédé le 15 décembre 1886 à son domicile parisien, rue Richomme, dans le 18e arrondissement [1].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Femme au miroir château de Fontainebleau.
  • La Charité et la Science : bas-reliefs sur la façade de la chapelle de l’hôpital de Lariboisière[2];
  • La Comédie et le Drame : fronton en pierre de la façade latérale est de l'Opéra Garnier ; le modèle en plâtre demi-grandeur a été exposé au Salon de 1868 et est conservé au musée d’Orsay[3];
  • Statue de marbre d'une femme avec un miroir, dans une niche extérieure de l'aile de la galerie des Cerfs, Château de Fontainebleau;
  • Le vendangeur foulant le raisin: communément appelée « Le Bareuzai », la statue en bronze de J-N. Girard, datée de 1852 a été fondue par H. Thiébault [4]; elle est présentée à l’Exposition universelle de 1855 et acquise par l’État; elle avait été installée place Rude à Dijon en 1904 ; la statue a été restaurée en 2011 [5];
  • Monument funéraire de Léon Gozlan : au Cimetière de Montmartre, médaillon en marbre blanc (d. 0,66 m) [6];
  • Monument funéraire d’Auguste-Claude Bonomet : au Cimetière du Père-Lachaise, Bas-relief en pierre (H. 0,84 m. L. 0,54 m);
  • Buste du baron Dubois : 1853, à l’École de Médecine de Paris ;
  • Statue de François de La Rochefoucauld : parmi les hommes illustres de l’aile en retour Turgot du Palais du Louvre à Paris[7],[8];
  • L’Astronomie : œuvre de 1857, façade de la cour Lefuel du palais du Louvre à Paris [9];
  • Christ en croix : statue en pierre au cimetière de Saint-Denis, salon de 1873;
  • Iphigénie sacrifiée : statue en marbre blanc, (Exposition universelle de 1855) dans le parc de la Cloche à Orly[10].

Références[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire universel des contemporains par G. Vapereau (éd. 1880) [1]
  • Notice sur les œuvres de Noël Jules Girard, statuaire .- ... .- Impr. L. Gaubert .- 1886