Nils Gustaf Ekholm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nils Gustaf Ekholm
Nils.Ekholm.png
Nils Gustaf Ekholm dans les années 1890, à l'époque de l'expédition polaire de S. A. Andrée
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Smedjebacken (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Hedvig Eleonora församling (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Université d'Uppsala (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de

Nils Gustaf Ekholm, né le à Smedjebacken en Dalécarlie et mort le , était un météorologue et explorateur polaire suédois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un pharmacien, il étudie à l'université d'Uppsala, où il travaille au département de météorologie entre 1876 et 1881. Il est en 1882 et 1883 chef d'une expédition météorologique suédoise au Spitzberg. Il est ensuite maître de conférences en météorologie à l'université entre 1888 et 1892. Dès 1890, il est assistant à l'institut suédois de météorologie de Stockholm (un des ancêtres de l'actuel Sveriges meteorologiska och hydrologiska institut, SMHI, basé à Norrköping). Il prend la direction de cet institut en 1913, puis sa retraite en 1918 à l'âge de 70 ans.

Initialement seulement responsable de la partie recherches météorologiques de l'expédition au Spitzberg de 1881-1883, il en est fait le chef à la suite de la défection du précédent chef, malade. L'un des membres de l'expédition est l'aérostier et ingénieur suédois S. A. Andrée. En 1896, Ekholm fait partie de l'expédition vers le pôle Nord en ballon à hydrogène de ce dernier. Toutefois, la tentative de 1896 est avortée pour cause de vents défavorables, et Ekholm remet par la suite en question la fiabilité du ballon, qui selon lui a des fuites trop importantes. Face au refus d'Andrée de considérer ses objections, Ekholm se retire de l'expédition et est remplacé par le jeune ingénieur Knut Frænkel. La seconde tentative, en 1897, verra les craintes d'Ekholm se vérifier et conduira à la mort des trois explorateurs.

Il fut fait en 1892 membre de la British Royal Meteorological Society, ainsi que de l'Académie royale des sciences de Suède en 1905.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]