Native Instruments Maschine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maschine
Image illustrative de l’article Native Instruments Maschine

Variantes modernes Maschine Mikro
iMaschine
Classification Instrument électroanalogique
Facteurs bien connus Native Instruments

Maschine est une groovebox logicielle, associée à une gamme de surfaces de contrôle, développée par Native Instruments.

Logiciel[modifier | modifier le code]

Maschine[modifier | modifier le code]

La première version est sortie en 2009 et est reçue très positivement : le magazine Computer Music positionne Maschine comme une concurrente de la gamme MPC du constructeur Akai et lui attribue la note de 4 sur 5[1].

En 2010, Maschine est officiellement commercialisée en version 1.5 et fait l'objet de bonnes critiques : le site spécialisé Resident Advisor gratifie cette version d'une note de 4 sur 5[2] et Computer Music 4,5 sur 5[3].

C'est à partir de la 1.6 que le logiciel permet l'utilisation de plugins (VST, ou AU) d'effets et d'instruments. En , la mise à jour 1.7 est distribuée. Elle améliore l'utilisation des plugins depuis le hardware.

Maschine Mk2[modifier | modifier le code]

Native Instruments sort une seconde version de son logiciel où la gestion du MIDI et la navigation sont améliorées. Des synthétiseurs de percussions sont également ajoutés. Elle sort en 2012[4].


iMaschine[modifier | modifier le code]

En 2011, Native Instrument sort une application dédiée à l'environnement iOS, iMaschine.

Surface de contrôle[modifier | modifier le code]

Maschine[modifier | modifier le code]

  • Dimensions :
    • Largeur : 320 mm
    • Profondeur : 295 mm
    • Épaisseur : 60 mm
    • Poids : 1 811 g
  • Aspect et connectivité :
    • Deux écrans de 64x256 pixels
    • 16 larges touches (pads en anglais) lumineuses sensibles à la pression (en couleur depuis la version MK2)
    • 11 interrupteurs rotatifs
    • 41 interrupteurs rétroéclairés
    • Entrée/sortie MIDI
    • Prise USB 2.0
    • verrou Kensington

Maschine MK3[modifier | modifier le code]

La machine MK3 est sortie en 2017 [4].

Maschine Mikro[modifier | modifier le code]

Une version dont la partie hardware est de plus petit format, la première version de Maschine Mikro sort en [5],[6].

Maschine Studio[modifier | modifier le code]

Une version plus grande adaptés pour les producteurs professionnels. Elle comporte notamment un Jog Wheel facilitant la navigation sur le logiciel ainsi que deux écrans LCD.[7]

Maschine Jam[modifier | modifier le code]

La version du Ableton Push de Native Instruments sort en 2016. Elle est principalement axée sur la performance live[8].

Utilisateurs notables[modifier | modifier le code]

Plusieurs artistes de musique électronique ont adopté Maschine pour la création musicale et en font une pièce importante de leur home studio voire de leur équipement de live. Ainsi, Carl Craig décrit cet appareil comme une sorte de « MPC 3000 nouvelle génération », considérant que Maschine prend « une centaine d'années » [sic] d'avance sur le produit d'Akai[9]. Claude VonStroke, quant à lui, apprécie Maschine — malgré son manque de convivialité — en raison de ses vastes capacités sonores[10].

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Site officiel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Native Instruments Maschine », sur Computer Music,
  2. (en) Mark Strauss, « Native Instruments - Maschine 1.5 », sur Resident Advisor,
  3. (en) « Native Instruments Maschine 1.5 », sur Computer Music,
  4. a et b https://www.native-instruments.com/fr/specials/maschine/10-years-of-maschine/time-maschine/
  5. (en) Ryan Keeling, « Native Instruments announces Maschine Mikro », sur Resident Advisor,
  6. (en) Mark Strauss, « Native Instruments - Maschine Mikro / iMaschine », sur Resident Advisor,
  7. « MASCHINE STUDIO », sur www.native-instruments.com (consulté le )
  8. « Quel avenir pour le Maschine JAM ? », sur Djtuto.fr, (consulté le )
  9. (en) « Carl Craig's favourite music software », sur Computer Music,
  10. (en) « Claude VonStroke's favourite music software », sur Computer Music,