Nathalie Micas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nathalie Micas
Rosa Bonheur & Natalie Micas, Nice, 1882.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ThomeryVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Jeanne Sarah Nathalie MicasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Rosa bonheur grave.jpg
Vue de la sépulture.

Nathalie Micas, née le à Paris[1] et morte à Thomery le est une peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Permission de travestissement accordée par le préfet de police de Paris à Nathalie Micas le 11 octobre 1857.

Jeanne Sarah Nathalie Micas est la fille de Louis Frédéric Micas, typographe, et de Henriette Briolles.

En 1836, elle a douze ans lorsqu'elle fait la connaissance de Rosa Bonheur âgée de quatorze ans[2]. Elles deviendront compagnes et peintres[2],[3]. Comme sa compagne, Nathalie Micas obtient une permission de travestissement l'autorisant à porter le pantalon.

Comme toutes les femmes de son temps depuis une ordonnance datant de , elle devait demander cette permission, renouvelable tous les six mois auprès de la préfecture de Paris, pour pouvoir porter des pantalons dans le but de pouvoir se déplacer sur les lieux où elle travaillait.

Elle expose au Salon de Paris en et . Pour permettre la gravure du Marché au chevaux souhaitée par Ernest Gambart afin de faire connaître le tableau, elle en peint une version réduite[4],[5], qui sera terminé par Rosa Bonheur et gravé par Thomas Landseer[6].

En 1850, elle et Rosa Bonheur se rendent dans les Pyrénées[2]. Elle tient un registre de vente pour Rosa Bonheur[2].

Elle s'installe avec sa mère et Rosa Bonheur au château de By, à Thomery, en [2]. Elle y travaille sur un système de freinage plus efficace pour les trains, qu'elle teste grâce à la construction en d'une voie ferrée construite dans le parc du château de Thomery de Rosa Bonheur. Ce système fait l'objet d'un dépôt de brevet « frein Micas » en [2].

Elle meurt au château de By le [7]. Le peintre Charles Bourdon, son ami, est témoin du décès pour l'état civil. Elle est inhumée le au cimetière du Père-Lachaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État civil reconstitué de la Ville de Paris.
  2. a b c d e et f Musée d'Orsay, « Rosa Bonheur (1822-1899) », sur www.musee-orsay.fr, (consulté le )
  3. La Liberté, du 30 mai 1899: Rosa Bonheur, notes et souvenirs.
  4. National Gallery, « Nathalie Micas », sur www.nationalgallery.org.uk (consulté le )
  5. Michel Pons, « Le Marché aux chevaux », sur www.napoleon.org, (consulté le )
  6. Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, « Rosa Bonheur et Nathalie Micas, Le Marché aux chevaux », sur www.musba-bordeaux.fr (consulté le )
  7. Acte no 20 dressé à Thomery, décès de 1889.
Brevet du système de frein Micas
Brevet du système de frein Micas

Liens externes[modifier | modifier le code]