Nasty (graffeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nasty.
Nasty
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Nasty, né en 1975, est un graffeur français connu entre autres pour son travail dans le métro et popularisé grâce aux photographies prises in situ[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Paris[2], il est fils d'enseignants[3]. Il commence le « graff » en 1988 (à 13 ans)[1],[4]. Il intègre le collectif « AEC » (Artiste en Cavale) en 1990[2]. Professionnellement, il est d'abord publicitaire (reconnu) avant d'être artiste à plein temps[3].

Participations commerciales[modifier | modifier le code]

Il a participé à une campagne pour la marque de boisson Burn[2] (2012). Il a également "tagué" des flacons de parfums d'une série limitée d'Annick Goutal[5], des bougies[6], et décoré une pochette pour Monoprix[7].

Graff et art contemporain[modifier | modifier le code]

Il est considéré comme un exemple fort de la légitimation du graff dans l'art contemporain notamment par la valorisation de ses performances dans la définition des prix des œuvres[3]. Au sujet des critiques de cette posture artistique (émanant du milieu des graffeurs) il répond :

« Les autres peuvent dire ce qu'ils veulent, me traiter de vendu si ça les amuse, mais avant de vendre des toiles, j'ai fait le boulot [de graffeur] dans les règles de l'art[3]. »

À ce propos, il est cité dès la fin des années 1990 dans Le Triple Jeu de l'art contemporain de Nathalie Heinich, comme à même « d'être le théoricien de son propre travail » et donc de sereinement opérer le glissement du graff vers l'art contemporain[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2009 et 2010, Bailly, Paris[1]
  • 2011, Subway Maps, Paris, (collective)[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Documentaire par Béatrice Vernhes, Nasty, graffeur, 2010, notamment diffusé sur Arte[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Nasty », Le Delarge (consulté le 29 août 2015).
  2. a, b et c Alexandre Puget, « Du graffeur à l’artiste : La rencontre avec Nasty », sur gradientmag.com, .
  3. a, b, c, d et e Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio, Les stratèges de la notoriété : Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques, [lire en ligne], (ISBN 9782813000996), 2014, p. 158-159.
  4. a et b « Nasty, graffeur », sur arte.tv, .
  5. Mélanie Defouilloy, « Esprit Arty », sur vogue.fr, (consulté le 2 septembre 2015).
  6. « Nasty - Quand le Street Art s’enflamme », sur from-paris.com (consulté le 2 septembre 2015).
  7. Manon Garrigues, « Le Street Art débarque chez Monoprix », sur grazia.fr, (consulté le 2 septembre 2015).
  8. « Le plan de métro revu par les graffeurs. », sur metronews.fr, (consulté le 29 août 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]