Narmada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Narmada
Illustration
Chutes de la Narmadâ à Marble Rocks.
Carte.
Bassin de la Narmadâ.
Caractéristiques
Longueur 1 289 km
Bassin 98 800 km2
Bassin collecteur Narmadâ
Débit moyen 1 216 m3/s (Garudeshwar) [1]
Cours
Source Narmada Kund
· Localisation Amarkantak, Madhya Pradesh
· Altitude 1 048 m
Embouchure golfe de Cambay
dans la mer d'Arabie
· Altitude m
· Coordonnées 21° 34′ 18″ N, 72° 43′ 43″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de l'Inde Inde

La Narmada ou Narbada (aussi Nerboudda) est un fleuve qui coule d'est en ouest dans le centre de l'Inde. Elle fait partie des sept rivières sacrées de l'Inde.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le fleuve Narmada forme la limite traditionnelle entre le Deccan et la plaine indo-gangétique. Il prend sa source à Amarkantak dans les monts Maikal au Madhya Pradesh. L'essentiel de son cours se trouve dans cet État. Il traverse sur quelques dizaines de kilomètres l'État du Maharashtra puis se jette dans l'océan Indien dans le golfe de Cambay au Gujarat (mer d'Arabie).

Fossile humain[modifier | modifier le code]

En décembre 1982, Arun Sonakia découvre une demi-calotte crânienne humaine fossile sur la rive droite de la Narmada, près du village d'Hathnora (Madhya Pradesh), à environ 40 km à l'est de la ville de Hoshangabad. Ce crâne, usuellement dénommé Homme de la Narmada ou Homme d'Hathnora, est actuellement le plus ancien fossile humain découvert en Inde. Sa datation demeure néanmoins très imprécise, entre 500 000 et 100 000 ans, c'est-à-dire autour du Paléolithique moyen. Près de 40 ans après sa découverte, il n'est toujours pas attribué à une espèce humaine déterminée[2]. Le fossile était accompagné d'une industrie lithique comprenant des bifaces, des hachereaux et des racloirs[3].

Principales villes[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Canal d'irrigation Sradar Sarovar.

Barrages[modifier | modifier le code]

Le fleuve Narmada a connu un regain d'intérêt à travers le barrage de Sardar Sarovar, barrage ayant été l'objet de très vives controverses, notamment à la suite d'un rapport de la Banque mondiale.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. site en anglais de la station d'observation
  2. (en) Eric Delson, « An early dispersal of modern humans from Africa to Greece », Nature,‎ (DOI 10.1038/d41586-019-02075-9)
  3. Jacques Dupuis, Histoire de l'Inde, Éditions Kailash, (ISBN 2-84268-122-3), p 19.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bradford Morse et Thomas Berger, Sardar Sarovar, the Report of the Independent Review, Éditions The Independent Review, 1992.
  • Louis Frédéric, Dictionnaire de la civilisation indienne, Robert Laffont,
  • Arundhati Roy, Le coût de la vie, Éditions Gallimard, 1999.
  • Claude Lagoutte, En suivant la Narmada, Éditions Diabase, 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]