Musée municipal des Capucins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée municipal des Capucins
Coulommiers Parc des Capucins 72.JPG
Église Notre-Dame-des-Anges abritant le musée municipal des Capucins
Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
2 339 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Seine-et-Marne
voir sur la carte de Seine-et-Marne
Red pog.svg

Le musée municipal des Capucins est le musée de la ville de Coulommiers. Il est situé dans le parc des Capucins, dans l'ancienne église Notre-Dame-des-Anges[1] du couvent des capucins fondé par Catherine de Gonzague à proximité de son château.

Lieu[modifier | modifier le code]

De l'église conventuelle au musée[modifier | modifier le code]

En 1615, Catherine de Gonzague propose aux capucins de la province de Paris d'édifier un couvent à proximité du château qu'elle construit à Coulommiers. Elle pose la première pierre de l'église le 19 avril 1617[2]. L'église est consacrée le 13 juillet 1625 par André de Sauzeau, évêque de Bethléem[3],[4]. Elle est achevée vers 1630[2].

Fidèle à l'architecture capucine, la façade offre une grande sobriété. Les écussons des armes des familles de Longueville, de Clèves et de Gonzague sont gravés de chaque côté de la porte[3]. À l'intérieur, la nef, unique et vaste, ne comporte pas de déambulatoire, comme le veut la tradition franciscaine. La voûte de la nef mesure 16 mètres de hauteur et l'église 33 mètres de longueur[2]. Le maître-autel, situé au fond, dans le chœur surélevé sur le palier de l'étage, a été déplacé à Meaux[3]. Deux escaliers de bois en vis permettent d'accéder à cet étage[3].

L'église est occupée par les capucins à partir de 1617[2] et est abandonnée en 1790[2] ou 1791[5] lors de la Révolution française.

Le maître-tanneur Thomas-Joseph Desescoutes acquit le couvent des capucins lors de sa vente comme bien national[5]. Il passe, par succession, à son gendre, Antoine-Jean-François Ménager, puis au gendre de ce dernier, le marquis de Varennes. En 1861, Anatole Dauvergne décrit l'église et la grotte aux coquillages[5]. En 1865, la propriété est vendue à Abel Stanislas Leblanc, meunier des Grands Moulins de Pantin. En 1883, la famille Abel-Leblanc fait restaurer l'église[5]. À la mort d'Édouard Abel-Leblanc, en 1915, la ville en hérite et transforme l'ancienne église en musée municipal[5],[6].

L'église et sa grotte aux coquillage sont classées Monument historique par un arrêté du 14 janvier 1930[7].


La grotte aux coquillages[modifier | modifier le code]

La grotte aux coquillage est une chapelle funéraire de style baroque recouverte de coquillages. Édifiée vers 1623-1624 et située dans la partie basse du chœur, Catherine de Gonzague aurait souhaité y être inhumée[4]. Sur les parois, sept niches en bas-relief représentent les propriétés de la famille de Catherine de Gonzague dont le château de Coulommiers, l'église elle-même et des villages des environs[2] ainsi que des scènes de la vie de Saint-François d'Assises et du Christ[8]. Entre chaque niche, les colonnes étaient recouvertes de coquillages, dont il ne subsiste aujourd'hui que les empreintes sur les murs et quelques éclats[9]. Ces colonnes supportent des statues pierres décapitées lors de la Révolution française et dégradées lors des occupations postérieures de l'ancienne église[8]. Sur la voûte, des peintures à l'huile représentent la Trinité entourée d'angelots[3],[8].

Monument susceptible de disparaître faute de restauration, la grotte fait partie des sites identifiés par la mission dirigée par Stéphane Bern pour bénéficier des fonds de l'édition 2018 du loto du patrimoine[7].

Collections[modifier | modifier le code]

Le musée présente une collection d'objets de l'histoire briarde de la préhistoire au début du XXe siècle[10]. Il accueille une collection variée de toiles du XVIe siècle à nos jours, dont des représentations du château de Coulommiers construit par Salomon de Brosse, dont il ne reste aujourd'hui que quelques ruines. Des globes céleste et terrestre de Coronelli[11], ainsi qu'une statue de Sainte-Marguerite qui se trouvait dans la chapelle éponyme du hameau de Pontmoulin sont également exposés. Une section consacrée à la vie quotidienne avant la révolution industrielle expose l'art de la tannerie, industrie autrefois présente à Coulommiers. Une pharmacie de style Empire expose des pots en porcelaine de Paris, des bocaux en verre et des instruments de préparation [11],[12]. Le musée possède 200 photographies de la photographe Yvette Troisproux[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Eglise Notre-Dame-des-Anges », sur Coulommiers Pays de Brie Tourisme (consulté le 25 mai 2020)
  2. a b c d e et f Yves Richard, Coulommiers et ses villages, Les Presses du Village, , 64 p. (ISBN 2-84100-039-7), p. 14
  3. a b c d et e Yves Richard, Coulommiers, Les Presses du Village, , 224 p. (ISBN 2-84100-2322), p. 69-72
  4. a et b « La Grotte de Coquillages », sur Coulommiers Pays de Brie Tourisme (consulté le 25 mai 2020)
  5. a b c d et e Ernest Dessaint, Histoire de Coulommiers, Coulommiers, Imprimerie Ernest Dessaint, , 292 p., p. 132-135
  6. Yves Richard, Coulommiers, Les Presses du Village, , 224 p. (ISBN 2-84100-2322), p. 33
  7. a et b « Seine-et-Marne. Coulommiers : la Grotte aux Coquillages, un joyau méconnu », sur actu.fr (consulté le 29 mai 2020)
  8. a b et c Fondation du patrimoine, « Grotte aux coquillages de Coulommiers », sur Sauvons notre patrimoine (consulté le 29 mai 2020)
  9. Sébastien Roselé, « Coulommiers mise sur sa grotte aux coquillages au Loto du Patrimoine », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 29 mai 2020)
  10. S. R., « Coulommiers : le musée de Capucins rouvre ses portes ce samedi 28 avril », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  11. a et b Jessica Chen, « Coulommiers : le musée des Capucins rouvre ses portes », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 27 mai 2020)
  12. Guy Devaux, « Une pharmacie ancienne au musée des Capucins de Coulommiers (Seine-et-Marne) », Revue d'Histoire de la Pharmacie, vol. 100, no 380,‎ , p. 375–378 (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020)
  13. « Coulommiers : Les photographies d’Yvette Troispoux exposées à Paris », sur actu.fr (consulté le 27 mai 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest Dessaint, Histoire de Coulommiers, imprimerie Ernest Dessaint, 1925
  • Yves Richard, Coulommiers et ses environs, Les Presses du Village, imprimerie Saint-Paul, 1996
  • Yves Richard, Coulommiers, Les Presses du Village, 2000
  • Emmanuelle Loizeau, La grotte de coquillages de Coulommiers, Ville de Coulommiers, imprimerie André-Pouyé, 2003

Articles connexes[modifier | modifier le code]