Mounanaite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mounanaite
Catégorie III : halogénures[1]
Mounanatite (brun) et francevillite (orange), mine de Mounana, Gabon (7×4,5 cm)

Mounanatite (brun) et francevillite (orange), mine de Mounana, Gabon (7×4,5 cm)
Général
Classe de Strunz 08.CG.15
Formule chimique H2Fe2O10PbV2PbFe+32(VO4)2(OH)2
Identification
Masse formulaire[2] 582,8 ± 0,1 uma
H 0,35 %, Fe 19,16 %, O 27,45 %, Pb 35,56 %, V 17,48 %,
Couleur brun roux
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique - C2/m
Système cristallin Monoclinique
Réseau de Bravais Centré C
Macle extrêmement commun
Habitus Enduit, microcristallin, pulvérulent
Trait rouge brunâtre
Éclat adamantin
Propriétés optiques
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence Translucide
Propriétés chimiques
Densité 4,85
Température de fusion 635 °C
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La mounanaite est une espèce minérale composée de vanadate de plomb et de fer hydroxylé de formule PbFe+32(VO4)2(OH)2, pouvant contenir des traces de fluor, d'aluminium et de cuivre. Elle fait partie, comme la lotharmeyerite, du groupe de la tsumcorite.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrit par Cesbron & Fritsche en 1969, le nom dérive de la localité type Mine de Mounana, Franceville, Haut-Ogooué, Gabon[3].

Topotype[modifier | modifier le code]

Mine de Mounana, Franceville, Haut-Ogooué, Gabon. Les échantillons de référence sont déposés à l'École nationale supérieure des mines de Paris.

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

La mounanaite fait partie du groupe de la tsumcorite.

Groupe de la tsumcorite

Le groupe de la tsumcorite répond à la formule générale AB2(XO4)2(OH,H2O)2.

  • A représente le Pb, ou le Ca, plus rarement le Bi.
  • B représente le Fe3+, Mn, Cu, Zn, Co ou Ni.
  • X représente le P, As ou le V.

Les différents membres sont :

  • cabalzarite Ca(Mg,Al,Fe3+)2[AsO4]2·2(OH,H2O) ;
  • cobaltlotharmeyerite Ca(Co,Fe3+,Ni)2[AsO4]2·2(OH,H2O) ;
  • ferrilotharmeyerite Ca(Fe3+,Zn)2[AsO4]2·2(OH,H2O) ;
  • gartrellite Pb(Cu,Fe3+,Zn)2[AsO4]2·2(OH,H2O) ;
  • helmutwinklerite Pb(Cu,Zn)2[AsO4]2·2(H2O) ;
  • lotharmeyerite Ca(Zn,Mn3+)2[AsO4]2·2(OH,H2O) ;
  • mawbyite Pb(Fe3+,Zn)2[AsO4]2·2(OH,H2O) ;
  • mounanaite PbFe3+2[VO4]2·2(OH,F) ;
  • natrochalcite NaCu2[OH|SO4]2·2(H2O) ;
  • phosphogartrellite Pb(Cu,Fe3+)2[PO4,AsO4]2·2(OH,H2O) ;
  • rappoldite Pb(Co,Ni,Zn)2[AsO4]2·2(H2O) ;
  • thometzekite Pb(Cu,Zn)2[AsO4,SO4]2·2(OH,H2O) ;
  • tsumcorite Pb(Zn,Fe3+)2[AsO4]2·2(OH,H2O) ;
  • zincgartrellite Pb(Zn,Fe3+,Cu)2[AsO4]2·2(OH,H2O).

Cristallographie[modifier | modifier le code]

La mounanaite PbFe+32(VO4)2(F,OH)2 cristallise dans le groupe d'espace monoclinique C2/m (Z = 2)[4].

Le plomb est en coordination (8) rhomboédrique déformée d'oxygène, avec une longueur de liaison Pb-O moyenne de 2,72 Å.

Le vanadium est en coordination (4) tétraédrique d'oxygène, avec une longueur de liaison V-O moyenne de 1,71 Å.

Le fer est en coordination (4+2) octaédrique d'oxygène et de fluor, avec les longueurs de liaison moyennes Fe-O = 2,04 Å et Fe-F = 1,97 Å. Les octaèdres FeO4F2 sont reliés par leurs arêtes et forment des chaînes FeO3F parallèles à la direction b. Ces chaînes sont reliés entre elles dans le plan (a, c) par les tétraèdres VO4.

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
Dans les zones d’oxydation du dépôt de vanadium et uranium plombifères.
Minéraux associés 
chervétite, curiénite, francevillite, wulfénite.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. F. Cesbron et J. Fritsche, « La mounanaïte, nouveau vanadate de fer et de plomb hydraté », Bulletin de la Société française de Minéralogie et de Cristallographie, vol. 92,‎ , p. 196-202
  4. ICSD No. 76 616 ; (en) Werner Krause, Klaus Belendorff, Heinz-Jürgen Bernhardt, Catherine McCammon, Herta Effenberger et Werner Mikenda, « Crystal chemistry of the tsumcorite-group minerals. New data on ferrilotharmeyerite, tsumcorite, thometzekite, mounanaite, helmutwinklerite, and a redefinition of gartrellite », European Journal of Mineralogy, vol. 10, no 2,‎ , p. 179-206