Mouffette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mephitidae

Sur les autres projets Wikimedia :

Les Mouffettes ou Moufettes[1], parfois appelées sconses[2](Mephitidae) sont une famille de mammifères caniformes, de l'ordre des Carnivores (Carnivora). Leur alimentation est opportuniste, omnivores à tendance carnivore. Ils sont réputés pour leurs sécrétions de liquide malodorant en cas de menace.

Classification[modifier | modifier le code]

La famille des Méphitidés créée par Charles Lucien Bonaparte (1803-1857) en 1845, regroupe les mouffettes. Cette famille était précédemment considérée comme la sous-famille des Mephitinae, classée dans la famille des Mustélidés. Mais l'étude génétique a amené à une reclassification.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

La famille des Mephitidae se compose de quatre genres de mouffettes, selon MSW :

Sécrétions[modifier | modifier le code]

Thiols sécrétés par la mouffette.

Ses glandes anales sécrètent un liquide fortement nauséabond qui est projeté sur un animal présentant une menace. Il est constitué de thiols comme le (E)-but-2-ène-1-thiol (C4H8S, 40 %), 3-méthylbutane-1-thiol (C5H12S, 22 %) ou le quinoline-2-méthanethiol (C10H9NS, 3 à 12 %)[3],[4].

Moufettes et l'homme[modifier | modifier le code]

Remèdes aux émanations malodorantes[modifier | modifier le code]

Le remède aux émanations mouffettières le plus connu (certains vont jusqu'à dire « le plus efficace ») consiste en un bain de jus de tomate. Malgré la croyance populaire, il ne peut se targuer de remporter la palme de l'efficacité, car le jus de tomate ne contribue en fait qu'à masquer l'odeur. Il existe des crèmes et des onguents spéciaux contre les émanations mouffettières comme le Neutroleum-Alpha par exemple.

Paul Krebaum, un chimiste de l’Illinois, a mis au point une potion miraculeuse. Il cherchait initialement à éliminer de son laboratoire des odeurs fétides dues aux thioalcools (alcools et phénols sulfurés) produits naturellement et souvent créés lors de la dégradation des protéines. À base d’eau oxygénée, de bicarbonate de soude et de savon, sa formule facilite la liaison des molécules d’oxygène avec les thiols, neutralisant ainsi leur odeur si nauséabonde.

Paul Krebaum refusa de breveter sa formule, en la publiant en octobre 1993 dans "Chemical and Engineering News".

La voici adaptée aux animaux de compagnie :

Moufettes dans la culture[modifier | modifier le code]

La mouffette est très souvent confondue avec le putois dans les bandes dessinées (comme Gaston Lagaffe[5]) et les dessins animés (comme Fleur dans Bambi et Bambi 2 de Walt Disney Pictures, Pépé le putois chez Warner Bros., Stella dans Nos voisins, les hommes de DreamWorks, ou Fifi dans Les Tiny Toons), mais ces deux espèces sont membres de familles différentes : la mouffette (famille des méphitidés) est rayée de noir et de blanc alors que le putois (famille des mustélidés) est brun.

Elle est également bien connue par son nom anglo-américain skunk, ce dernier étant largement promu par la bande dessinée et le cinéma américain. On peut aussi employer le terme français sconse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Du napolitain mufeta, variante de l’italien moffetta.
  2. http://www.cnrtl.fr/definition/sconse
  3. Chemistry of Skunk Spray
  4. Des molécules organiques souffrées
  5. Dans l'album n° 10 de Gaston Lagaffe, Le Géant de la gaffe (p. 23), une mouffette est représentée en pleine nature, alors que la scène se passe vraisemblablement dans la campagne belge. Les protagonistes la prennent pour un putois, même s'ils n'emploient pas explicitement ce nom.

Liens externes[modifier | modifier le code]