Montbliart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montbliart
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Sivry-Rance
Code postal 6470
Zone téléphonique 060
Démographie
Gentilé Montbliartois(e)
Population 356 hab. (01/12/2011)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 08′ 04″ nord, 4° 13′ 28″ est
Superficie 510 ha = 5,10 km2
Localisation
Localisation de Montbliart
Localisation de Montbliart au sein de Sivry-Rance
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Montbliart
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Montbliart
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Montbliart

Montbliart (en wallon Monbiau) est une section de la commune belge de Sivry-Rance, située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Elle est bornée au Nord par la commune de Sivry, à l’Est par celle de Rance, au Sud par le territoire de Chimay et à l’Ouest par celui d’Eppe- Sauvage (France). Altitude : 251 m au seuil de l'église.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le début du nom, « mont », évoque une situation élevée. « Bliart » vient probablement du nom d'un tenancier exerçant les fonctions de forestier chargé de garder le gibier du seigneur. La 1re mention du village apparaît en 1196 sous la forme « Mons Beligard ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La section est drainée par le Ry de Fromont et l'Eau d'Eppe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de Montbliart au début du XVIIe siècle.

Les premiers écrits citant le toponyme Montbliart figurent dans la Chronique de Gislebert (1185).

Au Moyen Âge, Montbliart relève de deux seigneuries : le sud du village dépend de Chimay et le nord dépend de Beaumont.

La communauté agricole de Montbliart dispose, en 1185, d'une église desservie par les moines de l'abbaye de Liessies. En 1574, desservie par un vicaire de Sivry, elle est érigée en paroisse distincte à la collation du chapitre de Maubeuge. Au XVIe siècle, le village possédait une école[1]. En 1406, le village compte 11 feux (ou maisons), en 1531, 10 feux et 4 maisons vides ; en 1553, 42 feux (14 aisés et 28 pauvres). En 1608, le village compte 39 maisons et 120 communiants dont 25 hommes “portant armes”; on peut estimer la population à 175 habitants

En 1903, on comptait 37 cabarets dans la commune.

Le , plusieurs jeunes hommes furent déportés en Allemagne, l’un d’eux, Maurice Lemaire y est mort en à l’âge de 24 ans. La veille de l’armistice, deux aviateurs anglais sont abattus au-dessus du village, leurs tombes existent toujours dans le cimetière local.

Le , à 4 h 30 du matin, un Boeing 707 nigérian perd un de ses réacteurs qui tombe dans un bois privé sans faire de victimes.

Au XIXe siècle, on y voyait les restes d'une forge[1].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patrimoine civil comprend le château-ferme du XVIIe siècle et, dans le cimetière, deux tombes d’aviateurs britanniques, de 20 et 25 ans, abattus le , à la veille de l’armistice.

Le patrimoine religieux inclut l'église Notre-Dame, datant du XVIIe siècle, et une chapelle édifiée en 1681 en pierre bleue locale. Cette dernière a été restaurée en 1992 par les élèves de l'Institut technique de Rance. Sa niche est en marbre de Rance. La tour de l’église porte le nom de ses bâtisseurs : « 1616 François Le(n)oir » et Jean Gossart ainsi que les armoiries des Croÿ avec la date 1617. Des pierres tombales sont visibles dans l'église[2].

Diverses inscriptions anciennes figurent également sur certaines constructions. Ainsi, une maison fortifiée comporte l'inscription « 1616 Hardy », qui aurait été maître de forge. Sur une plaque, inaugurée le , au pont du Ri de Fromont, à la Fagnette : Paul de Sorbait / Né à Montbliart / Professeur à l’université de Vienne / 1624-1691. À la cure figure le chronogramme de 1752 : « paX Vera sUaVIsqUe hUIC DoMUI et habItantIbUs In ILLa » soit « la paix véritable et douce à cette demeure et à ses habitants ».

Promenades vertes[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs promenades :

  • la promenade de la vallée de l'Eau d'Eppe qui forme une boucle de 7 kilomètres parcourus en 2-3 heures, au départ de l'église Notre-Dame et passant par le château-ferme et le pont De Sorbait[3].
  • la promenade du Ry de Fromont qui forme une boucle de 3 kilomètres parcourus en 1 heure, au départ de l'église Notre-Dame et passant par l'ancienne Maison communale et la chapelle[4].

Art[modifier | modifier le code]

Montbliart a accueilli l'Académie de Montbliart dans une modeste masure restaurée au XXe siècle sur laquelle fut apposée en 1998 une plaque en marbre de Rance portant la mention « Ici vécut l'Académie de Montbliart ». Louée au début des années 1950 par l'écrivain André Balthazar et le peintre sculpteur Pol Bury, adeptes du surréalisme, elle est transformée en maison de campagne pompeusement appelée « Académie » et leur sert, de 1953 à 1956, de lieu de réunion. Ils y publient la revue « Le Daily Bul »[5],[3].

Évènement[modifier | modifier le code]

Montbliart comporte une fanfare. Celle-ci est l'objet d'une chanson en wallon écrite au début du XXe siècle et titrée « èl fanfare dè Montbiau ».

« Qui c'èst dans la Belgique
Qui n'coneut né Montbiau
Par rappourt à s'musique
Et au chwè d’sès morchaus ?
Is vos touch’té trompète
É clarinète
À fait r'boner les viaus
Dins les staulées d'Montbiau. »

— Réf. , André Lépine Notes d'histoire sur Montbliart, cahier du Musée de Cerfontaine n° 322, 2007.

Personnes liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernier 1879, p. 391
  2. Montbliart — Notes d’histoire. La paroisse avec 3 textes de Théodore Bernier : Notice sur le village - Le besogné de 1608 - Paul Desorbay., Cahier du Musée de Cerfontaine no 322, 2007.
  3. a b et c Site officiel de Sivry-Rance : Vie touristique, randonnées et sports, Promenade de la vallée de l'Eau d'Eppe (lire en ligne)
  4. Site officiel de Sivry-Rance : Vie touristique, randonnées et sports, Promenade de la vallée de l'Eau d'Eppe (lire en ligne)
  5. Site officiel de Sivry-Rance : Vie touristique, Patrimoine, Le village de Montbliart (lire en ligne)
  6. Mulatin 1993, p. 42-43

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine monumental de la Belgique : Wallonie, Hainaut, Arrondissement de Charleroi, t. 20, Liège, Pierre Mardaga, , 602 p.
  • Théodore Bernier, Dictionnaire géographique, historique, archéologique, biographique et bibliographique du Hainaut, Mons, Hector Manceaux, , 640 p. (lire en ligne)
  • Claude Demoulin, Aulne et son domaine, Landelies, Claude Demoulin, , 430 p.
  • Adelin Mulatin, Vieux Monceau : Description, Histoire, Souvenirs, Anecdotes diverses, t. 2, Amicale chrétienne des pensionnés de Monceau-Goutroux, , 94 p., p. 42-43
  • André Lépine, Montbliart — Notes d’histoire. La paroisse, Cahier du Musée de Cerfontaine n° 322, , 46 p.