Souleïman Bencheikh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bencheikh.

Souleïman Bencheikh, né en 1980, est un journaliste, éditorialiste[1], enseignant et essayiste marocain. Il a notamment fondé fin 2010, avec Youssef Chmirou, le magazine historique Zamane, après avoir fait ses « classes » au Journal hebdomadaire et à Telquel. En décembre 2015, il a lancé un nouveau mensuel, Dîn wa Dunia, le magazine des cultures et des religions, dont il est directeur de la publication et de la rédaction. Depuis novembre 2016, il est également directeur général de Big Media House, un groupe de presse présent sur le print et le web, qui édite pas moins de six titres de presse.[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Souleïman Bencheikh, né en 1980, est diplômé de Sciences-Po Paris et de l'École supérieure de journalisme de Paris[3]. Il est également diplômé de l'université Paris X - Nanterre en lettres modernes et en Histoire. Il a aussi suivi une partie de ses études supérieures à l'université Mohammed-V de Rabat, au sein de la Faculté de droit.

Parcours[modifier | modifier le code]

Adepte d'un journalisme « analytique » et abordant souvent des sujets épineux (tels que la monarchie et le Sahara), Souleïman Bencheikh a exercé au Journal hebdomadaire où il a publié ses premières tribunes en 2003 (« Retour sur une ouverture parlementaire ratée », « Monarchie et démocratie : L'impossible équation »), puis à TelQuel dont il a été rédacteur en chef et chef d'enquête. Après un court passage par la radio marocaine (rédacteur en chef de Luxe Radio), il a lancé avec Youssef Chmirou, en novembre 2010, le premier mensuel consacré à l'Histoire du Maroc, Zamane, dont il a été le directeur de la rédaction jusqu'à son départ en octobre 2012, ayant démissionné en raison de son sentiment d'un manque d'indépendance croissant durant les derniers mois où il a exercé cette fonction[4]. Par ailleurs, depuis 2009, il collabore avec la presse française (correspondant de L'Express), et à la suite de son départ de Zamane, a signé dans TelQuel une chronique intitulée « Décalages » [5].

En décembre 2015, il a lancé le magazine Dîn wa Dunia, mensuel d'une centaine de pages consacré aux cultures et aux religions, dont il est directeur de la publication et de la rédaction. La naissance de ce nouveau périodique est largement relayée dans les médias marocains (2M[6], Libération[7]), étrangers (Le Monde[8]) et sur le net (médias24[9], h24info[10], huffingtonpost[8]...).

En dehors de son activité journalistique, Souleïman Bencheikh enseigne le journalisme dans plusieurs écoles privées au Maroc et est l'auteur d'un essai, Le Dilemme du Roi ou la Monarchie marocaine à l'épreuve (Casa Express Éditions, 2014)[3]. Il a également contribué à plusieurs ouvrages collectifs sous la direction d'Assia Belhabib : Le Jour d'après : Dédicaces à Abdelkébir Khatibi (Afrique Orient, 2010)[11] et Quand le printemps est arabe (La Croisée des chemins, 2014)[12].

Par ailleurs, depuis juin 2010, il tient un blog personnel présentant une sélection d'articles de sa plume parus dans divers périodiques.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2007, Souleïman Bencheikh a remporté le premier prix Press Now [13] du journalisme d'investigation pour un article intitulé « Qui sont nos jeunes cerveaux de l'étranger ? », paru au Journal hebdomadaire.

En 2013, il a été sélectionné parmi les 30 espoirs TIZI — Tariq Ibnou Ziyad Initiative — pour le Maroc, dans la catégorie Presse et journalisme[14] « en témoignage de ses valeurs, savoir-faire et savoir-être et en reconnaissance à ses réalisations et ambitions pour le rayonnement du Maroc »[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Cimetières d'empires », Dîn Wa Dunia,‎ (lire en ligne)
  2. (fr) « Souleïman Bencheikh nommé directeur du groupe Prestigia Print », sur Medias24 - Site d'information (consulté le 17 février 2017)
  3. a et b « Parution de : « Le [D]ilemme du Roi » de Souleïman BENCHEIKH », sur ESJ Paris (consulté le 26 février 2014)
  4. Souleïman Bencheikh, « Pourquoi je quitte Zamane », sur L'Impertinent (consulté le 25 février 2014)
  5. Souleïman Bencheikh, « Décalages », sur TelQuel (consulté le 17 décembre 2014)
  6. « Info Soir : Vendredi 4 décembre », sur www.2m.ma (consulté le 24 décembre 2015)
  7. « Quand la religion est discutée sans voile », sur Libération.fr (consulté le 24 décembre 2015)
  8. a et b « "Dîn wa Dunia": Les passionnés des religions ont leur magazine », sur Al Huffington Post (consulté le 24 décembre 2015)
  9. « Lancement en décembre du magazine mensuel "Din wa Dunia" », sur Medias24 - Site d'information (consulté le 24 décembre 2015)
  10. hichambennani, « Dîn Wa Dunia, le nouveau mag qui veut donner une meilleure image de l’Islam », sur H24info, https://plus.google.com/+H24InfoTV (consulté le 24 décembre 2015)
  11. « Le Jour d'après : Dédicaces à Abdelkébir Khatibi », sur Montray Kréyol,‎ (consulté le 9 novembre 2012)
  12. Mustapha Sehimi, « Livre : Quand le printemps est arabe », L'Économiste, Casablanca, no 4288,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « Investigative stories honored in Morocco », sur IJNet,‎ (consulté le 9 novembre 2012)
  14. Profession de foi journalistique (2013)
  15. « Espoir Tizi 2013 - Souleïman Bencheikh » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Tizi.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]