Béni-Snassen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béni-Snassen
Localisation des Béni-Snassen au Maroc.
Géographie
Altitude 1 535 m, Ras Foughal
Massif Atlas tellien
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Oriental
Paysage des Béni-Snassen.

Les Béni-Snassen ou Ayt Iznassen (en berbère : ⴰⵢⵜ ⵉⵣⵏⴰⵙⵙⵏ Ayt Iznassen) sont un petit ensemble montagneux, au nord-est du Maroc, dans la région de l'Oriental. La tribu des Ayt Iznassen est divisée en quatre sous-tribus : les yath Khaled au sud des monts Béni-Snassen (Ahfir et régions), yath Menquch et yath Ahthik au centre et yath Uryemech au nord est pas très loin du fleuve Moulouya. Les principales villes sont Ahfir, Bni Drar, Tafoghalt, Fezouane, Ain Reggada, Aklim et Berkane, la capitale. La tribu des Béni-Snassen est limitée au nord par la tribu rifaine Ikabdanane (Kebdana, Ras el ma, Qaria Arekmane), à l'est par la frontière algérienne, à l'ouest par la tribu rifaine Ayt Bouyahyi (Hassi-Berkane, Aroui) et Ayt Stout (Zaio, Hassi-Berkane).

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Béni-Snassen forment un ensemble dont la faible plissure du relief longe le littoral, peu élevé (800 mètres en moyenne), avec pour point culminant le Ras Foughal (1 535 m).

La région est délimitée au nord par la mer Méditerranée, au sud par l’oued Isly, à l’ouest par le fleuve de la Moulouya et à l’est par l’oued Kiss qui longe la frontière algérienne à une vingtaine de kilomètres.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La plaine des Angades (d'après la tribu du même nom), riche par sa production de céréales de féculents d'oliviers et de figuiers durant les années pluvieuses, se compose de plateaux (à l’ouest) dont la relative aridité limite la culture à l’orge, aux pâturages et à quelques amandiers.

Elle se caractérise par une production variée d’agrumes, de raisins, de figuiers, d'oliviers et de légumes. La construction du grand barrage de Mechra Hammadi sur la Moulouya (Melwiya), ont lancé la haute mécanisation de ses cultures dans toute la région de l'oriental.

Habitat et origines[modifier | modifier le code]

Les habitants des montagnes Béni-Snassen sont en majorité zénètes. Ils ont formé une sorte de groupe ethnique dont les divers éléments ont de nombreux points de ressemblance appelés les Beni Snassen ; s’étant mis, dès le début de leur ruée à l’ouest, au service des dynasties berbères, leurs usages ont été considérablement modifiés. Le berbère snassni, appelé aussi zenatiya est la langue de ces populations ; le dialecte arabo-marocain est maintenant extrêmement présent, surtout chez les jeunes.

Le gouvernement franquiste a réclamé en 1940 le rattachement des Béni-Snassen à l'Espagne. Un protocole d'accord signé en 1925 entre dirigeants français et espagnols, à l'issue de la guerre du Rif, prévoyait d'ailleurs leur transfert dans le giron espagnol. Mais en 1940, les diplomates français refusent de se séparer de ce territoire qui revêt une importance stratégique car il longe à l'Est la frontière avec l'Oranie, alors convoitée par le régime de Franco. Le 29 août 1940, Paul Baudouin, ministre des Affaires étrangères de Vichy, propose, afin de mettre un terme aux pressions des nationalistes espagnols, de leur céder les Béni-Snassen dès que la paix générale sera établie en Europe. La cession ne se réalisera jamais[1].

De Oujda (ville extrêmement ancienne) à Berkane (qui n'a que quelques siècles), à Saïdia (récente).

Les Béni-Snassen représentent une fraction d'un plus grand ensemble qui englobait aussi les Beni Snous séparés de ces derniers par la frontière algéro-marocaine.

Musique[modifier | modifier le code]

La Reggada, issue de la danse guerrière des tribus marocaines Aarfa est une danse traditionnelle née dans la région de l'oriental. C'est à l'origine une danse guerrière des tribus berbères ; les guerriers dansaient en signe de victoire sur l'ennemi, d'où l'usage du fusil ; les frappes de pieds au sol se font au rythme de la musique et symbolisent l'appartenance à la terre.

Cette musique est fortement rythmée par le bendir et la ghaïta ou le zamar (sorte de flûte à deux cornes). Cette musique a vu naître trois courants : Alaouï, Arfa et Tazi. Ce folklore existe aussi en Algérie dans la région de l'Oranie frontalière.

On la danse avec des mouvements d'épaules, un fusil (ou un bâton), en frappant des pieds contre le sol au rythme de la musique.

Cuisine[modifier | modifier le code]

La cuisine des Béni-Snassen est simple et rustique[réf. souhaitée]. Les principaux plats qui caractérisent la région sont :

  • awwoun : une pâte à base de farine d'orge non mûre grillée, d'eau et d'huile d'olive ;
  • talekhcha : connue dans les autres régions du Maroc sous le nom de bissara ;
  • irechmen : grains de blé bouillis ;
  • tarekhsast : pain de blé sans levure ;
  • timbessest : galette de semoule de bléc ; c'est la harcha ;
  • timkhalaat : galette farcie avec de la viande ou de la graisse ;
  • aryun : farine d'orge non mûre grillée et lait.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Salinas, Quand Franco réclamait Oran, L'Opération Cisneros, L'Harmattan, 2008, p. 101-103

Lien externe[modifier | modifier le code]