Mireille Cébeillac-Gervasoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gervasoni.
Mireille Cébeillac-Gervasoni
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Nationalité
Formation
Activités

Mireille Cébeillac-Gervasoni est une historienne française née le et morte le [1]'[2]'[3].

Directrice de recherche au CNRS, c'est une spécialiste d'épigraphie latine et d'histoire romaine républicaine et impériale qui a publié de nombreuses recherches sur les élites locales dirigeantes de la République et du Haut Empire romain. Elle s'est aussi beaucoup consacrée à l'histoire et à l'épigraphie d'Ostie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mireille Cébeillac-Gervasoni est agrégée d’histoire et géographie, ancienne membre de l'École française de Rome et docteur d'État en histoire (1987)[4]. Elle est au CNRS depuis décembre 1985 et dirige le Centre de recherche archéologique Jean-Bérard à l'Institut Français de Naples (it)[5].

Elle a réalisé des fouilles archéologiques à Mégara Hyblaea (Sicile)[5].

Publications[modifier | modifier le code]

Voir ses publications détaillées sur le site de l'ANHIMA[5].

Ouvrages scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Les quaestores principis et candidati aux Ier et IIe siècles de l’Empire, Milan, 1973.
  • Les magistrats des cités italiennes de la seconde guerre punique à Auguste. Le Latium et la Campanie, Rome, 1998, BEFAR 299.

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les élites de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Naples-Rome, 1996.
  • Les élites de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien entre rupture et continuité. Classes sociales dirigeantes et pouvoir central, Actes du Colloque de Naples 6-8 février 1997, Collection de l’EFR 271, Rome, 2000.
  • en collaboration avec Laurent Lamoine et Frédéric Trément, Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Actes du colloque international de Clermont-Ferrand, 24-26 novembre 2000, Collection ERGA n° 3 de PUPB en coédition avec l’Ecole Française de Rome : Collection de l'EFR 309, Rome-Clermont-Ferrand, 2003.
  • en collaboration avec Laurent Lamoine et Frédéric Trément, Autocélébration des élites locales dans le monde romain : contextes, images, textes (IIe s. av. J.-C. / IIIe s. ap. J.-C.), Actes du colloquee international des 21-23 novembre 2004, Clermont-Ferrand, Collection ERGA, 2004.
  • en collaboration avec Clara Berrendonner et Laurent Lamoine, Le quotidien municipal dans l'Occident romain, Presses universitaires Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 2009.

Manuels universitaires[modifier | modifier le code]

  • en collaboration avec Jean-Pierre Martin et Alain Chauvot, Histoire romaine, Collection « U », Armand Colin, Paris, 2001, 2003.
  • en collaboration avec Maria Letizia Caldelli et Fausto Zevi, Épigraphie latine, Armand Colin, Paris, 2006, (ISBN 2-200-21774-9).

Choix d'articles[modifier | modifier le code]

  • « Octavie, épouse de Gamala, et la Bona Dea », MEFRA, 1973, 85-2, p. 517-553 Lire en ligne.
  • en collaboration avec Fausto Zevi, « Révision et nouveautés pour trois inscriptions d'Ostie », MEFRA, 1976, 88-2, p. 607-637 Lire en ligne.
  • « L'évergétisme des magistrats du Latium et de la Campanie des Gracques à Auguste à travers les témoignages épigraphiques », MEFRA, 1990, 102-2, p. 699-722 Lire en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Avis d'obsèques », La Montagne,‎ , p. 33 (ISSN 2109-1560).
  2. « Disparition de Mireille Cébeillac-Gervasoni », sur École française de Rome (consulté le 6 avril 2017).
  3. Laurent Lamoine, « Hommage à Mireille Cébeillac-Gervasoni », sur Centre d'Histoire Espaces et Cultures - CHEC — Université Clermont Auvergne, (consulté le 14 avril 2017).
  4. http://www.sudoc.fr/065079361.
  5. a, b et c « CÉBEILLAC-GERVASONI Mireille », sur ANHIMA ANthropologie et HIstoire des Mondes Antiques (consulté le 4 novembre 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]