Émile Roussel (réalisateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mick Roussel)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Émile Roussel et Roussel.

Émile Albert Amédée Roussel, connu comme Émile Roussel et comme Mick Roussel[1], ayant aussi utilisé le pseudonyme de Mike Roussel, né le à Beaurainville et mort le à Saint-Cloud[2], est un assistant-réalisateur, réalisateur, scénariste et acteur français.

Gérard Blain lui a dédié son premier film, Les Amis[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Aucune des banques de données cinématographiques consultables en ligne ne donne, sous une seule entrée, la filmographie complète d'Émile Roussel. L'IMDb a deux fiches incomplètes, l'une au nom d'Émile Roussel, l'autre à celui de Mick Roussel[n. 1]. De même, deux fiches aux Archives françaises du film, pour respectivement Émile Roussel et Mike Roussel.

Année Titre Réalisateur Genre/série Métrage Contribution Prénom crédité
1935 Maternité[n. 2] Jean Choux fiction/mélodrame long assistant-réalisateur Émile[4]
1936 Paris Jean Choux fiction/drame social long adaptation Émile[5]
1938 Le Temps des cerises Jean-Paul Dreyfus fiction/drame[n. 3] long acteur Émile[6]
1937 Miarka, la fille à l'ourse Jean Choux fiction/comédie dramatique long adaptation Émile[4]
1938 La Glu Jean Choux fiction/mélodrame long assistant-réalisateur[n. 4] Émile[5]
1938 Paix sur le Rhin Jean Choux fiction/comédie dramatique long assistant-réalisateur Émile[5]
1938 La Relève Émile Roussel docu-fiction[n. 5] court réalisateur aucun[7]
1939 L'Intrigante Émile Couzinet fiction/comédie dramatique long assistant réalisateur Émile[5]
1939 Le Café du port Jean Choux fiction/comédie dramatique long assistant réalisateur Émile[5]
1942 La Femme perdue Jean Choux fiction/comédie de mœurs long assistant réalisateur Émile[8]
1943 Port d'attache Jean Choux fiction/comédie paysanne[n. 6] long assistant réalisateur Émile[5]
1943 Malaria Jean Gourguet fiction/film noir long scénariste Émile[4]
1945 Les Gueules noires Émile Roussel non-fiction court réalisateur Émile[10]
1947 Le Mystérieux Monsieur Sylvain Jean Stelli fiction/espionnage long assistant réalisateur Mick[4]
1947 Torrents Serge de Poligny fiction/drame long assistant-réalisateur Mike[11]
1948 Les Dernières Vacances Roger Leenhardt fiction/comédie de mœurs long assistant réalisateur Émile[5]
1948 Tabusse Jean Gehret fiction/drame paysan long assistant réalisateur Émile[5]
1948 Par la fenêtre[n. 7] Gilles Grangier fiction/comédie sentimentale long assistant réalisateur Mike[12]
1948 La Veuve et l'Innocent André Cerf fiction/comédie dramatique long assistant réalisateur Émile[5]
1949 Le Crime des justes Jean Gehret fiction/drame criminel long assistant réalisateur Émile[5]
1951 Procès au Vatican André Haguet fiction/film religieux long assistant réalisateur Émile[5]
1951 Paris est toujours Paris Luciano Emmer fiction/comédie dramatique long assistant réalisateur Émile[4]
1953 Histoires de bicyclettes Émile Roussel docu-fiction court réalisateur Émile[4]
1954 Le Vicomte de Bragelonne Fernando Cerchio fiction de cape et d'épée long conseiller technique[n. 8] Mick[4]
1954 Pas de coup dur pour Johnny[n. 9] Émile Roussel fiction/drame long réalisateur Émile[5]
1957 Le désir mène les hommes[n. 10] Émile Roussel fiction/drame[n. 11] long réalisateur et scénariste Mick/Mike[5], [n. 12]
1962 Mortellement vôtre Émile Roussel L'inspecteur Leclerc enquête épisode réalisateur Mick[16]
1963 La chasse Émile Roussel L'inspecteur Leclerc enquête épisode réalisateur Mick[16]
1965 Premier courrier Émile Roussel Le train bleu s'arrête 13 fois épisode réalisateur Mick[16]
1966 Antibes : coup fourré Émile Roussel Le train bleu s'arrête 13 fois épisode réalisateur Mick[16]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mentionnant même, pour Mick Roussel, le pseudonyme de Myck Roussel pour le Vicomte de Bragelonne. Cet hapax est contredit par l'affiche.
  2. Autre titre : Tout pour toi mon enfant.
  3. Film de propagande communiste, selon la fiche CNC.
  4. Ou scénariste[4].
  5. Film de propagande pour la lutte syndicale, selon la fiche CNC.
  6. « Très vichyssois »[9].
  7. Autres titres : Je reviendrai par la fenêtre et Treize à table.
  8. Ou coréalisateur[13], crédité sur l'affiche.
  9. Autres titres : L'Orphelin du 5e étage, On ne se marie pas tous les jours.
  10. Autre titre : L'amour mène les hommes.
  11. Réalisation « mieux que consciencieuse" »[14] ; « exhale un climat forcené assez réussi »[15]. Par ailleurs, Le film complet no 674 et Ciné Révélation no 181 y sont intégralement consacrés.
  12. Réalisation créditée à Mick Roussel ; scénario à Mike Roussel.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. François Guérif, Le cinéma policier français, Veyrier, (ISBN 2-84049-000-5), p. 212
  2. « Roussel Emile », sur Les gens du cinéma (consulté le 27 avril 2010)
  3. « Le Désir mène les hommes qui était loin d'être un chef-d'œuvre m'a permis de rencontrer un ami, le réalisateur Mick Roussel, disparu en 1969 alors que je faisais le découpage des Amis. Je lui ai dédié mon premier film d'auteur » (Entretien avec Gérard Blain, propos recueillis par Jean-Loup Passek, Cinéma 72, n° 163, février 1972, p. 113
  4. a b c d e f g et h « Émile Roussel », sur Cinédic (consulté le 26 avril 2010)
  5. a b c d e f g h i j k l et m « Émile Roussel », sur Ciné-ressources (consulté le 26 avril 2010)
  6. « Le Temps des cerises », sur Ciné-ressources (consulté le 27 avril 2010)
  7. « La Relève », sur Archives françaises du film (consulté le 28 avril 2010)
  8. « La Femme perdue », sur Archives françaises du film (consulté le 28 avril 2010)
  9. « Jean Choux », sur Ciné-ressources (consulté le 26 avril 2010)
  10. « Les Gueules noires », sur Archives françaises du film (consulté le 28 avril 2010)
  11. « Torrents », sur Ciné-ressources (consulté le 28 avril 2010)
  12. « Par la fenêtre », sur Ciné-ressources (consulté le 26 avril 2010)
  13. Olivier Millot et Patrick Glâtre, Caméra plein champ : La banlieue au cinéma, le cinéma en banlieue, Creaphis éditions, (ISBN 2-913610-35-8), p. 50
  14. « Le désir mène les hommes », Les Cahiers du cinéma, vol. XIV, no 79,‎
  15. Yves Martine, Le cinéma français, 1946-1966 : Un jeune homme au fil des vagues, Méréal, (ISBN 2-909310-42-6), p. 50
  16. a b c et d (en) Émile Roussel sur l’Internet Movie Database