Michel de Forest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel de Forest
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Hendrick de Forest (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Michel (de) Forest, est né vers 1638 vraisemblablement en Europe et décédé vers 1690 à Port-Royal en Acadie[1], Nouvelle-France. Il est un habitant des premières heures de l'Acadie. Il est probablement originaire du Poitou en France[2], bien que certains croient à tort qu'il serait originaire du sud roman des Pays-Bas espagnols [N 1],[3], ou des Flandres françaises[4]. De nombreuses publications prétendent, également à tort, que ses ancêtres seraient associés à la fondation[5] de la ville de New York.

Le fonds d'archives de la Famille Forest est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon Placide Gaudet[7], « Le fondateur de la famille Forest d'Acadie fut Michel Forest né en Europe vers 1638 dont le lieu et les parents sont indéterminés. Il vint au pays probablement avec d'Aulnay en 1650 étant alors âgé de 12 ans, » mais ceci n'est confirmé par aucun document, donc il s'agit pour le moment d'une hypothèse.

Charles de Menou d'Aulnay de Charnisay, capitaine de navire, lieutenant et cousin de Isaac de Razilly, arrive en Acadie le . D'Aulnay sera à tour de rôle lieutenant général puis gouverneur de toute l'Acadie jusqu'à sa mort le . Entre 1632 et 1650 d'Aulnay fera de multiples voyages en France pour ses affaires et à chaque fois il amènera des familles en Acadie. Il faut aussi comprendre que d'Aulnay avait conclu une entente (emprunt d'argent) avec Émanuel le Borgne en 1642 pour l'aider à affréter 4 navires en direction de Port-Royal afin d'y amener des familles. En 1644 de retour en France, il obtint de nouveaux subsides de Le Borgne et il affréta le Grand Cardinal, une frégate de 200 tonneaux et armé de 16 canons.

En 1666[8], à Port-Royal, il épousa Marie Hébert âgée de 15 ans alors que Michel est âgé de 28 ans. Marie est la fille d’Étienne Hébert et de Marie Gaudet. Elle serait née vers 1651 à Port-Royal, en Acadie. Elle décède vers 1677 à Port-Royal, possiblement à la suite de la naissance de Jean-Baptiste cinquième enfant de la famille.

Tel qu'en font preuve les recensements de Port-Royal de 1671, 1678-9, 1686, 1701, 1703, 1707, plusieurs de ses descendants, trois générations, occuperont cette terre jusqu'au moment de la déportation, en 1755. On retrouve les descendants de Michel Forest aujourd'hui principalement au Canada et aux États-Unis.

Documents officiels[modifier | modifier le code]

Les seuls documents officiels disponibles concernant la famille de Michel Forest et de Marie Hébert, ce sont les recensements réalisés en Acadie à partir de 1671. Ce recensement est fait par le Sr Landin et envoyé à Colbert de Québec. Le recensement est rédigé par le père Laurent Molins[9]:

Extrait du Roole des familles de l'Acadie de 1671[10] :

« Laboureur-Michel de Forest âgé de trente trois ans, sa femme Marie hebert aagé de vingt ans, Leurs enfants 3.- Michel aagé de 4 ans, Pierre deux ans et demy- René un an. Leurs terres en Labour deux arpans. Leurs bêstes à Cornes douxe, et deux brebis » (sic).

On retrouve la mention de Michel par la suite au recensement de Port-Royal en 1678[11]:

« Estats des habitants du Port-Royal en 1678...michel forest Veuf (28). 4 arpans en valeur, 3 vaches, 2 veaux, 1 fuzil. 4 garçons: Michel 12 ans, Pierre 10 ans, René 8ans, Jean-Baptiste 3 ans. 2 filles: Gabrielle 6 ans, Marie 4 ans ». À la suite du décès de son épouse Marie Hébert en 1686, Michel épouse en deuxièmes noces Jacqueline Benoit qui lui donnera en 1687 une fille nommée Marguerite. Jacqueline Benoit (c1671-1673-c1755) était la fille de Martin Benoit et de Marie Chaussegros.

Le nom de Michel réapparaît au recensement de 1686[12] :

Michel Deforest 47 ans de Port-Royal. Michel a une nouvelle femme, Jacqueline Benoit et trois autres enfants, Gabriel 1673, Jean-Baptiste 1677 et une fille. 1 fusil, 8 bêtes à cornes, 4 cochons, 5 arpents à valeur.

Hypothèses sur les origines de l’Acadien Michel (de) Forest[modifier | modifier le code]

L’existence et la présence de Michel (de) Forest en Acadie est affirmée par les divers recensements de l’époque. Il n’en est pas ainsi quant à son origine, le lieu de sa naissance et le nom de ses parents qui nous sont toujours inconnu. Cette situation donnera l’occasion à plusieurs chercheurs, historiens, généalogistes amateurs et professionnels de rechercher les ancêtres de Michel avec plus ou moins de succès.

Comme l’écrivait Caroline-Isabelle Caron[13] dans sa thèse de doctorat en 2001 : Ils le font précisément pour résoudre un mystère historique sur les origines de Michel. Ces auteurs montrent bien un besoin essentiel de se créer des ancêtres ou de s’imaginer une famille sans souci de l’exactitude historique. Et encore mieux si nous pouvons retrouver dans nos ancêtres des origines nobles.

Michel (de) Forest sera tantôt le fils posthume de Henri de Forest (fils de Jessé de Forest et Marie Du Cloux) et Gertrude Bornstra, tantôt le fils de Crispin de Forest, (fils de Gérard ((Gérard était le frère de Jessé de Forest)) à Jean de Forest et Esther de La Grange) et de Marguerite de Bornstra, un nommé Gereyt de Forest qui changera son nom en Michel de Forest une fois en Acadie. Ces hypothèses romancées restent sans fondement faute de documents officiels pouvant les corroborer.

Selon Denis Beauregard[14] Michel (de) Forest « ...son origine la plus probable serait du Poitou comme la plupart des autres acadiens et où on trouve aussi des de Forest. L'hypothèse d'un Gereyt de Forest qui n'a laissé aucune trace de sa naissance me semble de plus en plus farfelue et sans fondement ».

Hypothèse actuellement retenue sur l’origine de Michel de Forest[modifier | modifier le code]

L'hypothèse formulé par Vincent-de- Lérins[15] et reprise par Bona Arsenault[16] d'un Henri de Forest, fils de Jesse de Forest et père de Michel de Forest est abandonné faute de preuve et surtout parce que cette hypothèse est abandonnée par ses auteurs[17] dix ans plus tard.

En conséquence, il n'est pas relié aux de Forest de Wallonie ou des Flandres françaises ni de Jessé de Forest ou de Henri de Forest, ni de Crispin de Forest ou à certains Forrest, de Forest, DeFreest des États-Unis ou du Canada.

Les analyses actuelles de l'ADN Y des descendants de Michel Forest d'Acadie démontrent que leurs signatures génétiques en font un groupe homogène, distinct et totalement différents des de Forest d'Avesnes (dont nous connaissons déjà les analyses de l'ADN Y de six d'entre eux) ou des Forrest ou DeForest originaires du Royaume-Uni (dont l'analyse de l'ADN Y est connu pour un très grand nombre). L'origine lointaine de Michel pourrait être Italo-Celte puisque plusieurs de ses descendants test positif pour l'haplogroupe R-P312. Ce groupe prend son origine autour de la mer noire à l'époque de la culture Indo-Européenne un culture ancestrale proto-celtique.

Ainsi les Forest trouvent leurs origines immédiates en Acadie aujourd'hui la Nouvelle-Écosse et ne sont pas reliés à Jessé de Forest ni à ses descendants ni aux de Forest wallons ou des Flandres françaises associés à la fondation de la ville de New York tel que proposé entre autres par James Riker[18].

Descendants illustres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'auteur utilise le terme « walloon » qui était utilisé à l'époque de Michel de Forest pour désigner un habitant de la partie romane des Pays-Bas espagnols. Voir Histoire du terme wallon pour plus d'explications.

Références[modifier | modifier le code]

  1. White Stephen A. Dictionnaire généalogiques des familles acadiennes. Première partie 1636 à1714 en deux volumes. Université de Moncton, 1999, page 630
  2. Gaudet Placide. Archives canadiennes pour l'année 1905, Volume II, Ottawa, 1905
  3. De Forest John William. The De Forest of Avesnes. New Haven, CT. Tuttle Morehouse and Taylor, 1900
  4. Vincent-de-Lérins. Histoire de la famille Forest et de la branche gaspésienne de cette famille par un de ses membres. Édition privée hors commerce, 1955, p 28-29
  5. De Forest, Robert W. A Wallon family in America. Lockwood de Forest and his Forebears.1914 2 vols.
  6. Fonds Famille Forest (Les documents originaux de ce fonds ont été déposés en 2006 au Centre régional d'archives de Lanaudière à L’Assomption) (P75) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  7. Gaudet Placide. Le fondateur de New York--La famille Forest. L'Évangéline, 25 février, 1892
  8. White Stephen A. Dictionnaire généalogiques des familles acadiennes. Première partie 1636 à 1714 en deux volumes. Université de Moncton, 1999, page 630.
  9. J. P. Dulong, The Origins of the Acadian Michel Forest,
  10. (fr) « recensement d'Acadie », sur www2.umoncton.ca (consulté le )
  11. (en) « CENSUS OF PORT ROYAL-1678 », sur www.acadian-cajun.com (consulté le )http://www.acadian-cajun.com/1678cens.htm
  12. (en) « 1686 Acadian Census », sur www.acadian-cajun.com (consulté le )
  13. Caron Caroline-Isabelle. Se créer des ancêtres. Les écrits historiques et généalogiques des de Forest et des Forest d’Amérique du Nord, 19e et 20e siècles. Thèse de doctorat (Ph.D.), Université McGill, Janvier 2001
  14. Beauregard Denis. Généalogie de l'ancienne acadie (Spéculations et erreurs) http://www.francogene.com/dgaa/dgaa-ef.php consulté oct. 2010
  15. Vincent-de-Lérins. Histoire de la famille Forest et de la branche gaspésienne de cette famille par un de ses membres. Édition privée hors commerce, 1955
  16. Arsenault Bona. Histoire et généalogie des Acadiens. Québec, Leméac, 1978, 6 Vols
  17. Vincent-de-Lérins en collaboration avec Lorenzo Forest et Albert Forest. Histoire de la famille Forest depuis les origines jusqu'à nos jours. 2e éd. 1965
  18. Riker, James. Revised history of Harlem. New-York, 1904, p 128

Liens externes[modifier | modifier le code]