Michel Zimbacca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un réalisateur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Michel Zimbacca, né en 1924 à Paris, est un poète, cinéaste et plasticien surréaliste, français d'origine syrienne, actuellement membre du Groupe de Paris du mouvement surréaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cinéaste de métier, Michel Zimbacca contribue notamment au mouvement surréaliste parisien par des essais cinématographiques.

En 1952, il réalise « L'Invention du monde » avec Jean-Louis Bédouin sur un texte de Benjamin Péret[1]. Ce film, de montage à partir de photos et de prises de vue conservées au Musée de l'Homme, mais aussi d'œuvres privées (les poupées Hopi d'André Breton par exemple) est un poème « surréaliste sur l'identité et la permanence des mythes primitifs à travers les objets d'art sauvages[2].

En 1969, il réalise le court-métrage « Ni d'Eve ni d'Adam », avec l'acteur Claude Faraldo et l'artiste surréaliste Jean Benoît revêtant son costume « Le Nécrophile, hommage au sergent Bertrand ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Filmographie partielle :

  • « Square du Temple », 1946, film 35 mm / 10' / noir et blanc
  • « Lionnière, terre captive », 1948, film 35 mm / 60' / noir et blanc / Production : Les films Etienne Lallier.
  • « L'Invention du monde », 1952, coréalisé avec Jean-Louis Bédouin, commentaire de Benjamin Péret, film 35 mm / 26' / noir et blanc[3].
  • « Quetzalcoatl, le serpent emplumé », 1952, coréalisé avec Jean-Louis Bédouin, commentaire de Benjamin Péret, film 35 mm / 8' / couleurs[3].
  • « Ni d'Eve ni d'Adam », 1969, film 16 mm / noir et blanc[4].

Poésie :

  • « Le Centaure inoxydable », Editions Surréalistes

Document audiovisuel[modifier | modifier le code]

  • « Les Surréalistes et le cinéma », entretien avec Jean-Michel Arnold et Bertrand Schmitt, 2010, vidéo, 43'[4].

Source bibliographique[modifier | modifier le code]

  • « L'Âge du cinéma », revue n° 4-5, n° spécial surréalisme, 1953.
  • Adam Biro & René Passeron « Dictionnaire général du surréalisme et de ses alentours », Office du Livre, Fribourg, Suisse et Presses universitaires de France, Paris, 1982, p. 433.
  • Ado Kyrou « Le Surréalisme au cinéma », Le terrain vague - édition mise à jour, 1963, p. 194-195.
  • Alain Virmaux « Jeune Cinéma », revue n° 336/337, Printemps 2011, p. 96 à p. 103.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Édité en DVD en 2010, avec, en complément de programme « Ni d'Eve ni d'Adam » et un entretien de Michel Zimbacca.
  2. Ado Kyrou, cité dans Biro, p. 218.
  3. a et b Réédition en DVD en 2010 par éd. Choses Vues.
  4. a et b En complément de programme du DVD « L'Invention du monde ».