Michel Zimbacca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Zimbacca, né en 1924 à Paris, est un poète, cinéaste et plasticien surréaliste, français d'origine syrienne, actuellement membre du Groupe de Paris du mouvement surréaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cinéaste de métier, Michel Zimbacca contribue notamment au mouvement surréaliste parisien par des essais cinématographiques.

En 1952, il réalise L'Invention du monde avec Jean-Louis Bédouin sur un texte de Benjamin Péret[1]. Ce film, de montage à partir de photos et de prises de vue conservées au Musée de l'Homme, mais aussi d'œuvres privées (les poupées Hopi d'André Breton par exemple) est un poème « surréaliste sur l'identité et la permanence des mythes primitifs à travers les objets d'art sauvages[2].

En 1969, il réalise le court-métrage Ni d'Eve ni d'Adam, avec l'acteur Claude Faraldo et l'artiste surréaliste Jean Benoît revêtant son costume « Le Nécrophile, hommage au sergent Bertrand ».

Poursuivant également une oeuvre de poète et de plasticien, il est l’objet, du 14 au 28 octobre 2017, à Paris, à la Galerie l’Usine, d’une exposition rétrospective des vingt dernières années de son oeuvre, Libre moiseau, à l’occasion de laquelle est publiée à Montréal, aux éditions Sonámbula Loplop, une plaquette réunissant poèmes, récits de rêves et peintures sous le titre Sans cent vierges ni virgule.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Filmographie partielle :

  • Square du Temple, 1946, film 35 mm / 10' / noir et blanc
  • Lionnière, terre captive, 1948, film 35 mm / 60' / noir et blanc / Production : Les films Etienne Lallier.
  • L'Invention du monde, 1952, coréalisé avec Jean-Louis Bédouin, commentaire de Benjamin Péret, film 35 mm / 26' / noir et blanc[3].
  • Quetzalcoatl, le serpent emplumé, 1952, coréalisé avec Jean-Louis Bédouin, commentaire de Benjamin Péret, film 35 mm / 8' / couleurs[3].
  • Ni d'Eve ni d’Adam, 1969, film 16 mm / noir et blanc[4].

Poésie :

  • Le Centaure inoxydable, Editions Surréalistes, 1994.
  • Sans cent vierges ni virgule, Sonámbula Loplop, 2017.

Document audiovisuel[modifier | modifier le code]

  • Les Surréalistes et le cinéma, entretien avec Jean-Michel Arnold et Bertrand Schmitt, 2010, vidéo, 43'[4].

Source bibliographique[modifier | modifier le code]

  • L'Âge du cinéma, revue n° 4-5, n° spécial surréalisme, 1953.
  • Adam Biro & René Passeron, Dictionnaire général du surréalisme et de ses alentours, Office du Livre, Fribourg, Suisse et Presses universitaires de France, Paris, 1982, p. 433.
  • Ado Kyrou, Le Surréalisme au cinéma, Le terrain vague - édition mise à jour, 1963, p. 194-195.
  • Alain Virmaux, Jeune Cinéma, revue n° 336/337, Printemps 2011, p. 96 à p. 103.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Édité en DVD en 2010, avec, en complément de programme « Ni d'Eve ni d'Adam » et un entretien de Michel Zimbacca.
  2. Ado Kyrou, cité dans Biro, p. 218.
  3. a et b Réédition en DVD en 2010 par éd. Choses Vues.
  4. a et b En complément de programme du DVD « L'Invention du monde ».