Michel Luette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Luette, ou Michel de la Vallée, dit Piquemouche[1], gouverneur de Comper, né à Blandouet près de Sainte-Suzanne en Mayenne, baptisé le 4 juin 1566 et mort en 1621 à Montauban, est un militaire français qui tint un rôle actif pendant les guerres de religion dans les rangs des ligueurs.

Blason : d’argent au lion de gueules, armé de sable et tenant dans sa gueule un rameau de laurier de sinople

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Luette, né à Blandouet d'après tous les historiens, serait, selon Ménage, le fils de Guyon Luette et de Catherine Ayrault[2].

Le militaire[modifier | modifier le code]

douves du château de la Vallée à Blandouet
  • Après ces guerres, Michel Luette rallia et servit fidèlement Henri IV. Ce fut au mois de novembre 1599 que ce roi autorisa l’ancien capitaine ligueur à changer son nom de Luette en celui de la Vallée, nom de la propriété qu’il possédait à Blandouet. Michel de la Vallée bâtit alors son castel. En raison de son rôle militaire et de sa qualité de commissaire de l’artillerie, il veilla tout particulièrement à donner à son logis un certain aspect de forteresse. Il le fit entourer de larges douves murées, défendues par un bastion et un pont levis.
La Vallée à Blandouet
  • Il a aussi été grand voyer de Bretagne, excepté pour la voirie de l’évêché de Rennes. Mais cet homme a également laissé le souvenir d’un gai chansonnier de son parti. La bataille de Craon lui inspira son « Piques Mouches ».
Article détaillé : Guillaume Fouquet de la Varenne.

Le « chansonnier »[modifier | modifier le code]

  • Le soldat ligueur fut aussi le gai chansonnier de son parti. Son Pique-Mouches, improvisé à l'occasion de la bataille de Craon, est une contrepartie assez vive des facéties de la Satire Ménippée. 6 vers sur 2 rimes, avec le mordant refrain « Il n'est que d'aller », suffisaient pour clouer un nom au pilori ligueur. On connaît 70 couplets, qualifiés "stances liricques" par Louvet; on dit qu'il en fut fait plus de 100, chacun s'exerçant dans ce genre facile. Il en est dans le nombre de fort triviales, en style à la dragonne, aurait dit Gresset[6].

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

  • Michel de la Vallée unit avant 1600 sa destinée à celle de Louise Trotereau, fille du doyen des maîtres de comptes de Nantes, probablement en 1599. Françoise de Lorraine accepta d’être la marraine du premier de leurs 8 enfants[7]. À cette occasion, elle donna une bannière à l’église de Blandouet.
  • Le petit-fils de Michel de la Vallée et Louise Trotereau, René de la Vallée, produisit les lettres d’anoblissement de son aïeul par Henri IV devant les enquêteurs[8].
  • La famille s'est éteinte vers la fin du XVIIe siècle, fondue dans les Hardas Blason famille du Hardas.svg, les Launay, et par ces derniers alliées aux Sorhoette, de Pommerieux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires du Duc de Sully, Volume 3 page 60 Par Maximilien de Béthune duc de Sully
  2. Toutefois, on ne retrouve pas ces noms sur les registres de Blandouet en 1545. Par contre, y figurent Guillaume Luette, mari de Mathurine Branchu; Pierre Luette, mari de Jeanne Salut, et Jacques Luette, qui eut de Raouline Btranchu 6 enfants dont Michel, baptisé le 4 juin 1566 et nommé par Michel Maçon, de Mayenne, Marc Chartier, et Jeanne, épouse de Mathurin Pomard.
  3. "Scutatus, tormentis bellicis gallicis præfectus", comme l'écrit alors son curé.
  4. Après enquête sur ses vies et mœurs faite au siège de Sainte-Suzanne, le 17 juillet 1609.
  5. Archives du Cogner, t. III, p. 204.
  6. Avant d'être publiées dans la Revue d'Anjou et par André Joubert dans ses Misères de l'Anjou, on ne les connaissait que par le manuscrit de Louvet, et dans la collection Blordier-Langlois, de la Bibliothèque d'Angers
  7. Catherine de Bourbon sœur du roi, duchesse de Bar, épouse d’Henri II de Lorraine, dit un jour à Guillaume Fouquet de la Varenne, qu'elle avait connu comme cuisinier : "Il paraît, la Varenne, que tu as plus gagné à porter les poulets de mon frère, qu'à piquer les miens . Cette annotation figure sur l'acte de baptême, à Ste-Suzanne, le 24 janvier 1610, de Jehanne, fille de Michel Luette de la Vallée de Blandouet, gouverneur, depuis 1605, de la ville et du château de Ste-Suzanne. ref. Archives de la Mayenne BMS 1589-1633 page 100.
  8. Il déclara porter les armes : d’argent au lion de gueules, armé de sable et tenant dans sa gueule un rameau de laurier de sinople. René s’endetta. Il assista à des saisies sur la Vallée en 1655 et 1675. Il se battit contre son beau- frère, Balthazar le Gras, dans un duel au cours duquel les deux hommes périrent

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

« Michel Luette », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne)