Michael Stürmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un historien image illustrant l’Allemagne
Cet article est une ébauche concernant un historien et l’Allemagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Michael Stürmer, né le 29 septembre 1938 à Cassel, est un historien allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michael Stürmer a fait des études d'histoire, de philosophie et de langues à l'Université de Marbourg, à l'Université libre de Berlin et à la London School of Economics. De 1973 à 2003, il a été professeur à l'Université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg, et a été professeur invité à la Sorbonne, à l'Université Harvard et à l'Institute for Advanced Study (Princeton). Dans les années 1980, il a été conseiller du chancelier ouest-allemand Helmut Kohl.

Il est principalement connu pour ses travaux d'historien, portant principalement sur le Deuxième Reich, et l'évolution de l'idée de nation en Allemagne. Il a joué un rôle important dans la querelle des historiens (Historikerstreit), suscitant de nombreuses critiques (notamment de la part de Hans-Ulrich Wehler, Jürgen Kocka et Jürgen Habermas) lorsqu'il publia en avril 1986 dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung un article intitulé « Une terre sans histoire », dans lequel il défendait la thèse suivante : la nouvelle vague de répression des criminels nazis, qui avait commencé dans les années 1970, contribuerait à entretenir chez les Allemands un complexe de culpabilité, se traduisant notamment par un rejet de leur histoire et toute fierté nationale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Regierung und Reichstag im Bismarkstaat 1871-1880 : Cäsarismus oder Parlamentarismus, 1974
  • Das Ruhelose Reich : Deutschland 1866-1918, 1983