Michèle Cohen-Halimi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michèle Cohen-Halimi, née en 1963[1], est philosophe, maître de conférences habilitée à diriger des recherches[2] à l’université de Paris-Nanterre.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

En tant qu'élève de l'ENS (Paris), un poste d'allocataire monitrice normalienne[2] lui est attribué pour 3 ans à Paris X d'octobre 1989 à juin 1992.

Elle est agrégée et docteur en philosophie. Elle est membre du comité de rédaction des Cahiers philosophiques.

Auteur de nombreux ouvrages, elle a aussi traduit de nombreux textes de langue allemande[3] (Kant, Kleist, Nietzsche, Warburg ou encore Werner Hamacher).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Entendre raison, Vrin, 2005.
  • Seul le renversement, Éditions de l'Attente, 2006.
  • L'histoire cachée du nihilisme, Jacobi, Dostoïevski, Heidegger, Nietzsche, en collaboration avec Jean-Pierre Faye, La Fabrique, 2008.
  • Figuren, Éric Pesty Éditeur, 2009.
  • Stridence spéculative, chez Payot, 2014.
  • L'Anagnoste, Éric Pesty Éditeur, 2014.
  • Le Cas Trawny, à propos des “cahiers noirs” de Heidegger, en collaboration avec Francis Cohen, Sens & Tonka, 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. ep, « Eric PESTY Editeur - Catalogue - Auteur : Michèle Cohen-Halimi », sur www.ericpestyediteur.com (consulté le 11 décembre 2016)
  2. a et b « COHEN-HALIMI, Michèle », Département de philosophie,‎ (lire en ligne)
  3. « Michèle Cohen-Halimi », librairie l'odeur du book,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Page personnelle de Michèle Cohen-Halimi sur le site de l'Université Paris X.