Mesozoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les mésozoaires forment un groupe d'animaux très simples, anciennement rassemblés pour cette seule raison. La plupart sont des organismes marins parasites de divers autres animaux marins comme des céphalopodes, plathelminthes, némertes, annélides, mollusques ou échinodermes.

Les mésozoaires ne possèdent que deux types de tissus (par perte du mésoderme) et n'ont pas de tube digestif et de système nerveux. Ils sont généralement constitués d'un somatoderme (couche externe) de cellules ciliées entourant une ou plusieurs cellules reproductrices. Il semble que ce soient des pertes secondaires liées à la vie parasitaire[1].

Au début du XXIe siècle, les Mésozoaires étaient classés comme un embranchement mais des études de phylogénie moléculaire ont montré qu'ils formaient un groupe polyphylétique. De ce fait, le terme mésozoaire est désormais utilisé de manière informelle, et non plus en tant que taxon valide.

Toutefois, une étude récente a redéfini les Mésozoaires en tant que groupe monophylétique. Celui-ci aurait émergé parmi les Spiraliens en tant que groupe frère des Rouphozoaires (en)[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Mesozoa
Description de cette image, également commentée ci-après
Dicyema macrocephalum (état nématogène)
Classification
Règne Animalia
Sous-règne Agnotozoa

Embranchement

Mesozoa van Beneden, 1877 obsolète

Classes de rang inférieur

Certains chercheurs classaient auparavant les Mésozoaires comme l'unique embranchement du sous-règne des Agnotozoaires (en). D'autres ont pensé que certains des mésozoaires étaient en fait des protistes et non des animaux[3].

Au XIXe siècle, les Mésozoaires formaient un taxon poubelle regroupant l'ensemble des organismes multicellulaires dépourvus de la gastrula invaginante qui était censée définir les métazoaires[4].

Classification[modifier | modifier le code]

Cet ancien embranchement rassemblait quatre groupes :

La situation phylogénétique de ces groupes est incertaine. Des études de phylogénie moléculaire ont suggéré que ce groupe, même restreint aux Rhombozoaires et Orthonectides, pouvait être polyphylétique[5],[6], comme l'avaient envisagé Brusca et Brusca (1990)[7]. Toutefois ce point de vue est remis en question par d'autres études[8],[9] qui n'excluent pas d'en faire un sous-clade des platyzoaires.

On a trouvé chez les dicyémidés, que l'on considérait non-bilatériens, des gènes HOX. Ces parasites seraient donc des bilatériens qui se seraient simplifiés par la suite[10]. Mais Komoko Noto et Hiroshi Endō (2004)[11] n'excluent pas qu'il puisse s'agir de ciliés ayant acquis des gènes de leur hôtes bilatériens, ce qui ferait d'eux d'authentiques chimères.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Horace W. Stunkard, 1972, Clarification of Taxonomy in the Mesozoa.
  2. Tsai-Ming Lu, Miyuki Kanda, Noriyuki Satoh et Hidetaka Furuya, « The phylogenetic position of dicyemid mesozoans offers insights into spiralian evolution », Zoological Letters, vol. 3,‎ , p. 6 (ISSN 2056-306X, PMID 28560048, PMCID 5447306, DOI 10.1186/s40851-017-0068-5)
  3. B. Hanelt, D. Van Schyndel, C.M. Adema, L.A. Lewis et E.S. Loker, « The Phylogenetic Position of Rhopaluva ophiocomae (Orthonectida) Based on 18s Ribosomal DNA Sequence Analysis », Molecular Biology and Evolution, vol. 13, no 9,‎ , p. 1187–1191 (PMID 8896370, DOI 10.1093/oxfordjournals.molbev.a025683, lire en ligne, consulté le 14 mars 2013)
  4. Tareq Syed et Bernd Schierwater, « Trichoplax adhaerens: discovered as a missing link, forgotten as a hydrozoan, re-discovered as a key to metazoan evolution », Vie et Milieu, vol. 52, no 4,‎ , p. 177–187 (lire en ligne)
  5. (en) J. Pawlowski, J. I. Montoya Burgos, J. F. Fahrni; J. Wuest & L. Zaninetti, 1996, « Origin of the Mesozoa inferred from 18S rRNA gene sequences », Molecular Biology and Evolution, vol. 13,‎ , p. 1128-1132 (lire en ligne)
  6. Ben Hanelt, D. Van Schyndel, C. M. Adema, L. A. Lewis & E. S. Loker, 1996, The phylogenetic position of Rhopalura ophiocomae (Orthonectida) based on 18S ribosomal DNA sequence analysis
  7. Richard C. Brusca et Gary J. Brusca, illustré par Nancy J. Haver, Invertebrates, (ISBN 0-87893-098-1)
  8. Birgitta M. H. WINNEPENNINCKX, Yves van de PEER & Thierry BACKELJAU Metazoan Relationships on the Basis of 18S rRNA Sequences: A Few Years Later...
  9. « Jan Zrzavý, 2001, The interrelationships of metazoan parasites: a review of phylum - and higher- level hypotheses from recent morphological and molecular phylogenetic analyses. Folia Parasitologica 48:81-103. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 30 mars 2013)
  10. M. Kobayashi et al., 1999, Dicyemids are higher animals.
  11. Komoko Noto et Hiroshi Endoh, 2004, A “chimera” theory on the origin of dicyemid mesozoans: evolution driven by frequent lateral gene transfer from host to parasite.