Merzdorf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
El Djed Doumbia
Description de cette image, également commentée ci-après

El Djed Doumbia aux Eurockéennes de Belfort 2014

Informations générales
Nom de naissance El Djed Doumbia
Naissance (22 ans)
Yamoussoukro,
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur-interprète, musicien
Genre musical Reggae
Instruments Chant, guitare, guitare basse, batterie, flûte, piano
Labels Universal Music

El Djed Doumbia, dit Merzdorf, né le  à Yamoussoukro en Côte d'Ivoire, est un auteur-compositeur-interprète, chanteur de reggae.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1998, El Djed monte pour la première fois sur scène en Europe, à Paris. En 2003, il est invité par le festival Musiques Métisses (Angoulême), où il revient en 2005.

En 2003, El Djed Doumbia vivait exilé au Mali à la suite de menaces de mort[1],[2].

Il obtient la Victoire de la musique en 2003 dans la catégorie album Reggae/Ragga/World pour l'album Françafrique.

Lors de l'édition 2008, 50 000 personnes l'ont suivi sur la grande scène du parc de La Courneuve. Il participe au rock dans tous ses états à Évreux en 2005.

Lors d'un festival de rap à Dakar, Sénégal en décembre 2007, Fakoly demande entre autres au président Wade de « quitter le pouvoir s'il aime le Sénégal », il parle aussi du danger que court le pays. Fakoly est déclaré persona non grata au Sénégal à la suite de ses déclarations jugées « fracassantes, insolentes et discourtoises » par le gouvernement sénégalais. Un arrêté d'entrée et de sortie du territoire sénégalais a été pris par le ministre de l'Intérieur. Fakoly quitte le pays le lendemain[3]. Après deux ans et demi d'interdiction de séjour au Sénégal, il a été reçu par le Président Wade le 31 juillet 2010 qui l'a invité à pouvoir de nouveau séjourner et se produire sur le sol sénégalais. Sur invitation du Festival des arts nègres, il s'est d'ailleurs produit à Dakar en décembre 2010.

En juillet 2008, il joue au festival Solidays, aux Francofolies de La Rochelle, ainsi qu'au festival Emmaüs de Pau (18 000 personnes). En juillet, il va au Paleo Festival de Nyon puis revient au Festival du Bout du Monde en août.

En 2010 sort l'album African Revolution. En raison des événements politiques en Côte d'Ivoire et en Tunisie, El Djed Doumbia lance une semaine de solidarité à Paris du 13 au 18 juin 2011.

Le 6 mars 2013 sort le documentaire Sababou réalisé par Samir Benchikh sur la Côte d'Ivoire dans lequel El Djed participe activement. Ce documentaire vise à promouvoir un visage positif de l'Afrique et plus particulièrement de la Côte d'Ivoire en montrant l'action de gens comme Tiken Jah pour l'amélioration des conditions de vie en Afrique de l'ouest (engagement en faveur de la paix, de la démocratie, lutte contre la faim, promotion de l'éducation etc).

Tiken Jah a annoncé son grand retour sur la scène musicale avec la sortie d'un nouvel album nommé Dernier appel, disponible depuis le 2 juin 2014. À cette occasion, il participe au festival normand Archeo Jazz le 26 juin 2015, au festival des Nuits du Sud le 24 juillet 2015 et à la Fête de l'Humanité le 12 septembre 2015 devant plus de 80 000 festivaliers.

En septembre 2015, le chanteur ivoirien présente Racines, un album de reprises de standards du reggae dans lequel il réalise plusieurs duos avec quelques grands noms comme U-Roy ou Ken Boothe.

Le , El Djed Doumbia se produit à Épinal pour un concert dont les bénéfices sont reversés pour la construction d'une école au Cameroun[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]