Mercure rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme mercure rouge désignait au XIXe siècle l'iodure de mercure. L'oxyde de mercure(II) est également de couleur rougeâtre, de même que le sulfure de mercure. Néanmoins l'expression « mercure rouge » a pris un sens bien particulier dans la dernière partie du XXe siècle. Ce terme a en effet été appliqué à une substance imaginaire, présentée, dans une variété de contextes, comme un matériau stratégique rentrant dans la construction des armes nucléaires, un explosif surpuissant[1].

On ignore l'origine exacte de cette escroquerie : elle pourrait avoir été créée par un service de renseignements américain ou soviétique pour piéger les trafiquants et les « États voyous » cherchant à se procurer des matériaux stratégiques, ou par des employés de l'industrie chimique ex-soviétique cherchant à s'enrichir sur le marché noir[2]. Le produit était affublé de toutes sortes de propriétés extraordinaires[3].

Des échantillons ont été échangés sur les marchés clandestins, souvent à des prix de quelques centaines de dollars par gramme. Tous ceux qui ont été saisis et analysés contenaient diverses composés de mercure, d'iode et d'antimoine sans valeur.

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • Un avatar récent du mercure rouge a été un fait divers saoudien en 2009 : une rumeur a couru que certaines machines à coudre de marque Singer en contenaient, et quelques machines ont été vendues à des prix pouvant atteindre 200 000 riyals sur cette base[4].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Red 2, des agents secrets sont à la recherche d'une bombe nucléaire au mercure rouge.
  • Dans la saga Act of War: Direct Action et son extension High Treason, la super-arme de la Task Force Talon peut être améliorée avec du Mercure Rouge.
  • Dans le jeu de rôles Nephilim, seconde édition, il est fait mention en 1942 d'un projet mercure rouge visant à créer une substance qui détruirait la magie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yeltsingate
  2. (en) Chris Summers, « What is red mercury? », BBC News,‎ (lire en ligne)
  3. Les Tribulations d'un Français chez les ex-Soviets, site d'un ancien ingénieur de la Cogéma ayant travaillé en URSS puis en Russie.
  4. http://www.abc.net.au/news/stories/2009/04/15/2543046.htm