Mercure (M765/P765)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mercure.

Mercure (M765/P765)
Type dragueur de mines/patrouilleur
Histoire
Chantier naval Constructions Mécaniques de Normandie à Cherbourg
Quille posée
Lancement
Armé
Statut fin de carrière en 1991
Équipage
Équipage 37 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 44,35 m
Maître-bau 8,27 m
Tirant d'eau 4,04 m
Déplacement 365 t
Propulsion 2 moteurs diesel MGO (Patrouilleur)
2 hélices (pas variable)
Puissance 2 x 1 000 cv
Vitesse 15 nœuds
8 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement Patrouilleur :
Électronique 1 radar de navigation DECCA
Rayon d'action 6 000 milles à 10 nœuds
Carrière
Port d'attache Arsenal de Brest

Le Mercure (M765/P765) est, à l'origine, un dragueur de mines français de type DB1 construit à Cherbourg aux CMN (Constructions Mécaniques de Normandie). Il fut reconverti en patrouilleur pour l'assistance aux pêches.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est considéré comme le plus abouti des dragueurs de mines construits en France. Il est construit à 7 exemplaires dont 6 sont destinés à la marine fédérale allemande (Bundesmarine). Cette série a fait l'objet des nettes améliorations, tenant compte de l'expérience acquise, au niveau de l'amagnétisme et de la sécurité des équipages quant au maniement du matériel de dragage. Les mécaniciens ne font plus le quart dans la machine mais dans un local insonorisé dans la cheminée.

Service[modifier | modifier le code]

Dragueur de mines[modifier | modifier le code]

le M765 Mercure [1] a été mis en service au sein de la 23e DIDRA (DIvision de DRAgueurs) de Brest comprenant aussi 4 unités de Classe Sirius (dragueurs type D ) dont il devient le chef de division.

Equipements de dragage :

  • 2 dragues mécaniques contre mines à orin.
  • 1 drague magnétique à boucle flottante.
  • 1 drague acoustique à marteau électrique.
  • 1 drague acoustique basse fréquence.
  • 1 drague explosive.


Au bout de quelques années, il est mis en réserve sous cocon.

Patrouilleur[modifier | modifier le code]

Entre 1979 et 1980, le Mercure est refondu en patrouilleur d'assistance aux pêches avec pour indicatif visuel P765. Les moteurs d'origine Mercedes-Benz sont remplacés et les installations de dragage sont débarquées. La plage arrière bénéfice de la construction de locaux adaptés et les équipements électroniques sont améliorées.

La drôme comprend deux embarcations pneumatiques (6 places) avec moteur hors-bord de 20 cv.

La recrudescence de conflits sur les zones de pêche conduit l'État-Major de la Marine à lui allouer un second équipage pour faire face aux contraintes.

Il finit sa carrière basé au port de La Pallice et revient à Lorient le 27 avril 1991 où il sera désarmé. Il est remplacé par le patrouilleur P679 Grèbe .

Les 6 unités allemandes[modifier | modifier le code]

Ils prennent le nom de Vegesack-Klasse (Classe Vegesack) Naval Ensign of Germany.svg Marine allemande :

  • M-1250 Vegesack (21/05/1959) - transfert Turquie en décembre 1975 : M524 Kusadasi
  • M-1251 Hameln (20/08/1959) - transfert Turquie en décembre 1975 : M523 Kozlu
  • M-1252 Detmold (21/05/1959) - transfert Turquie en décembre 1975 : M521 Kerempe
  • M-1253 Worms (30/01/1960) - transfert Turquie en décembre 1975 : M520 Karamursel
  • M-1254 Siegen (29/03/1960) - transfert Turquie en décembre 1975 : M522 Kilimli
  • M-1255 Passau (26/06/1960) - transfert Turquie en décembre 1975 : M525 Kemer

En 1975, ils intègrent la Marine turque Flag of Turkey.svg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]