Constructions mécaniques de Normandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Normandie image illustrant Cherbourg-en-Cotentin
image illustrant une entreprise image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la Normandie, Cherbourg-en-Cotentin et une entreprise française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CMN.
Constructions mécaniques de Normandie
Image illustrative de l'article Constructions mécaniques de Normandie

Création 1956
Fondateurs Félix Amiot
Forme juridique SA
Siège social Drapeau de la France Paris Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Pierre Balmer
Actionnaires Iskandar Safa
Activité Construction de navires militaires et civils, sous-traitance mécanique, ...
Produits Corvettes, Motor Yachts, ...
Effectif 420 salariés (2011)
Site web www.cmn-group.com

Fonds propres 50 M€
Chiffre d’affaires 57 M€ (2006)
Ateliers des CMN, depuis le Quai de France, Cherbourg-Octeville

Les Constructions mécaniques de Normandie (CMN) est une entreprise de construction navale, spécialisée dans les bâtiments militaires, mais également les yachts.

Historiquement implantée à Cherbourg, son siège social est à Paris. Elle dispose également de chantiers en Grande-Bretagne, à Newcastle et Lowestoft.

Historique[modifier | modifier le code]

Les chantiers ont été fondés en 1956 par Félix Amiot, qui avait fait carrière dans la conception aéronautique durant l'entre-deux-guerres, sur les bases des Chantiers Amiot.

Les CMN ont d'abord construit des dragueurs de mines classe Sirius et Mercure puis 5 chasseurs de mines classe Circé. Puis ils ont bâti leur renommée sur les vedettes de classe Combattante (navires rapides de combat) et les patrouilleurs classe Vigilante (navires de surveillance), aidés en cela par l'épisode des vedettes de Cherbourg. L'idée d'Amiot était en effet de créer des bâtiments de combat légers, rapides et puissamment armés. Les CMN ont construit en 40 ans quelque 129 patrouilleurs et corvettes pour une vingtaine de marines.

En 2008, les CMN présentent, en partenariat avec Veolia, un projet pour la concession du port de commerce de Cherbourg, mais l'alliance entre la Chambre de commerce et Louis Dreyfus Armateurs lui est privilégiée par Ports Normands Associés, propriétaire et autorité portuaire du port de Cherbourg.

Le , les CMN sont condamnées en appel à Caen à indemniser le "préjudice d'anxiété" de 10 anciens salariés exposés à l'amiante[1].

Chantier[modifier | modifier le code]

À Cherbourg, ses chantiers s'étalent sur 150 000 m², dont un tiers de surface couverte. Le chantier est situé à proximité d'un système de mise à l'eau Synchrolift de 90 mètres de long pour 27 mètres de large et d'une capacité de 3 500 tonnes, appartenant à Ports Normands Associés. Un projet de nouveau chantier est envisagé. Une décision sera prise fin 2015[2].

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

  • SAS au capital de 50 millions d'euros
  • Chiffre d'affaires : 44 980 218 euros
  • Résultat net : - 7 780 675 euros
  • Effectifs : 330 salariés

Bibliographie[modifier | modifier le code]

L'aventure Amiot-CMN, des hommes, le ciel et la mer, Frédéric Patard, éditions des Champs, Bricquebosq, 1998

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]