Max Niedermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Max Niedermann est un philologue et homme politique suisse né à Winterthour le 19 mai 1874 et décédé à Neuchâtel le 12 janvier 1954.

Max Nidermann
Naissance
Winterthour (Suisse)
Décès (à 79 ans)
Neuchâtel (Suisse)
Activité principale
Professeur à l'Université de Neuchâtel
Autres activités
Distinctions
Docteur honoris causa
Conjoint
Jeanne Pierrehumbert

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Sirnach, en Thurgovie, et bourgeois de Winterthour, Max Niedermann est né dans cette ville le 19 mai 1874. Après son gymnase, Max Niedermann entreprend des études de langues classiques et romanes et de linguistique à l'Université de Zurich (1893-1894) et de Bâle (1894-1897). Il sera l'élève de Jacob Wackernagel (1853-1938), à Bâle, d'Antoine Meillet (1866-1836), de Silvain Levi (1863-1935), de Louis Havet (1849-1925) et de Paul Boyer (1864-1949) à Paris[1]. C'est auprès du premier qu'il passe "insigni cum laude" ses examens de doctorat avec une thèse intitulée : e und i im Lateinischen. Ein Beitrag zur Geschichte des lateinischen Vokalismus.

En 1901, Max Niedermann épouse Jeanne Pierrehumbert, cousine du William Pierrehumbert, auteur du "Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand". De leur union naissent Andrée en 1906 et Jeanne en 1909 (future épouse du professeur et ancien élève de Max Niedermann: André Labhardt). Tout d'abord nommé privat-docent de linguistique comparée (accent sur le latin) à Bâle (1899-1900), Max Niedermann est ensuite professeur de latin et de grec au gymnase de la Chaux-de-Fonds (1900-1906). C'est durant cette période qu'il publie son Précis de phonétique historique du latin destiné aux enseignants. Max Niedermann est ensuite privat-docent de linguistique et de philologie classique (1903-1905) et professeur extraordinaire de linguistique générale (1905-1909) à l'académie de Neuchâtel, professeur extraordinaire (1909), puis ordinaire (1911-1925) de linguistique comparée et de sanscrit à l'université de Bâle, professeur ordinaire de langue et littérature latines (1909-1944) et de linguistique générale (1925-1944) à l'université de Neuchâtel. Entre 1933 et 1935, Max Niedermann est recteur de cette même université. Spécialiste du lituanien, il se consacre, de 1926 à sa mort, à la rédaction d'un dictionnaire lituanien-allemand: Wörterbuch der litauischen Schriftsprache. Litauisch-deutsch, premier dans son genre. Son Précis de phonétique historique du latin (1906) a lui connu pas moins de trois éditions françaises et cinq traductions (allemand, hollandais, russe, espagnol et italien) et a servi partout de base à l'étude scientifique du latin. Max Niedermann est Docteur honoris causa des universités de Riga (1929)[2], Genève (1944) et Besançon (1947). Il est aussi membre correspondant de l'Institut de France.

Les exigences de la vie académique n'empêchent pas Max Niedermann de s'engager dans la vie politique de son canton d'adoption. En 1919, il est attaché à la légation de Suisse à Paris et chargé de de visiter les camps de France où sont internés les prisonniers des Empires centraux. Il est aussi élu au Conseil général (1933-1944) et au Grand conseil neuchâtelois (1937-1945) comme député libéral. En 1945, il est aussi chargé par le Département fédéral de justice et police d'un série de conférences au foyer des réfugiés lituaniens à Yverdon-les-Bains[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En plus de son célèbre Précis de phonétique historique du latin (Paris : C. Klincksieck, 1906) traduit en allemand, en anglais, en espagnol et en russe et du Wörterbuch der litauischen Schriftsprache : Litauisch-Deutsch (Heidelberg : C. Winter, 1951), Max Niedermann est l'auteur d'un nombre important de travaux. Ceux-ci ont été compilés dans: Recueil Max Niedermann (Recueil de travaux publiés par la Faculté des lettres, Université de Neuchâtel 25) (Neuchâtel : Secrétariat de l'Université, 1954).

On citera notamment:

  • Ĕ und Ĭ im Lateinischen : ein Beitrag zur Geschichte des lateinischen Vocalismus, Darmstadt : G. Otto's Hof-Buchdruck, 1897
  • Etymologische Forschungen, In: Indogermanische Forschungen, Strassburg, Bd. 15v(1903), H. 1/2, p. 104-121.
  • Contributions à la critique et à l'explication des gloses latines, Neuchâtel : P. Attinger, 1905
  • Historische Lautlehre des Lateinischen, Heidelberg : C. Winter, 1907
  • Notes critiques sur le glossaire latin du manuscrit de Bruxelles 10615-10729, In: Le musée belge, Louvain, année 11 (1907), no 4, p. 317-318.
  • Études sur la dissimilation consonantique en latin, In: Le musée belge,-Louvain, année 12 (1908), p. [265]-268.
  • Zur griechischen und lateinischen Wortkunde, In: Indogermanische Forschungen, Strasbourg, Bd. 26(1909), p. 43-59.
  • Vulgärlateinische Miszellen, In: Glotta : Zeitschrift für griechische und lateinische Sprache, Göttingen, Bd. 2 (1910), p. 51-54.
  • Kontaminationene bei Homer, In: Glotta : Zeitschrift für griechische und lateinische Sprache, Göttingen, Bd. 2 (1910), p. 22-26.
  • Proben aus der sogenannten Mulomedicina Chironis : Buch II und III, Heidelberg : C. Winter, 1910.
  • Une glose d'Hésychius mal interprétée, In: Le musée belge, Louvain, année 16 (1912), no 3, p. 293-294.
  • Sprachliche Bemerkungen zu Marcellus Empiricus de medicamentis, Zürich : Buchdr. Berichthaus, Tiré à part de: Festgabe für Hugo Blümner, 1914.
  • Nachträge und Berichtigungen zum Thesaurus linguae Latinae, In: Glotta : Zeitschrift für griechische und lateinische Sprache, Göttingen, Bd. 8 (1916), p. 226-233.
  • Notes critiques sur la version latine du Perǐ aéron, hudátōn, tópōn ; sur un prétendu fragment de Lucilius, In: Revue de philologie, de littérature et d'histoire ancienne, Paris, t. 41 (1917), liv. 4, p. 221-233.
  • Essais d'étymologie et de critique verbale latines, Neuchâtel : Attinger, 1918.
  • Die Namen des Storches im Litauischen, In: Festgabe A. Kaegi, Frauenfeld : Huber, 1919, p. 66-92.
  • Notes d'étymologie française, In: Archivum Romanicum, Firenze, vol. 5, no. 3-4 (1921), 13 p.
  • Litauisch óbuolmušas arklys, obuolmušys "Apfelschimmel", In: Zeitschrift für slavische Philologie, Heidelberg, Bd. 4 (1927), H. 1/2, p. 42-44.
  • De quelques noms indo-européens du millet, In: Seorsum impressum e "Symbolis grammaticis in honorem Ioannis Rozwadowski", Cracoviae : apud bibliopolam Gebethner & Wolff, 1927, [t. 1], p. [109]-117.
  • De la dérivation rétrograde en lituanien, Tiré à part de: Studi Baltici, Roma, V. 3.
  • Contributions à la critique et à l'explication de textes latins : (Caton l'ancien, César, Celse, Corpus inscriptionum latinarum, Corpus glossariorum latinorum), In: Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes, Paris, Série 3, t. 7(1933), p. 11-32.
  • A propos d'une épitaphe romaine trouvée près de Brescello (Brixellum), In: L'Antiquité classique, Louvain ; [puis] Bruxelles, t. 2 (1933), fasc. 2, p. 364-370.
  • Mélanges de linguistique latine : à propos de la dissimilation de l..l, In: Mnemosynes Bibliothecae Philologicae Batavae serie tertia, Leiden, 1936, Série 3, vol. 3, p. 265-278.
  • Tendances euphoniques en latin, In: Mélanges Bally, Genève : Georg, 1939, p. 423-438.
  • François Thomas, "Recherches sur le développement du préverbe latin ad-", In: Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes, Paris, Série 3, t. 14 (1940), p. [261]-268.
  • Ghost words : Lat. celtis "ciseau", In: Museum Helveticum, Basel, vol. 2 (1945), fasc. 2, p. 123-136.
  • Deux éditions récentes de la comédie "Chrysis" d'Enea Silvio Piccolomini, Tiré à part de: Humanitas, Coimbra, vol. 2(1948), p. 93-115.
  • Notes de critique verbale sur quelques textes médicaux latins, In: Humanitas, Coimbra, vol. 2 (1948), p. 3-32.
  • Der Suffixtypus -ullus, -a, -um lateinischer Appellativa, In: Museum Helveticum Basel, vol. 7 (1950), fasc. 3, p. 147-158.
  • Balto-Slavica, Neuchâtel : Faculté des lettres; Genève, E. Droz, 1956.

Max Niedermann a aussi publié dans les journaux suisses[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. G. Rd., « Max Niedermann », L´Express,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  2. « Chronique neuchâteloise », L´Impartial,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  3. F. Rt., « En prenant sa retraite M. Max Niedermann, professeur de notre université, ne considère pas son activité scientifique comme terminée », L´Express,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  4. « MNIE-109-1 » (1918-1924). Fonds : Max Niedermann. Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mélanges offerts à Max Niedermann à l'occasion de son soixante-dixième anniversaire, Genève : Slatkine Reprints, 1972.
  • In memoriam Max Niedermann : (1874-1954), In: Vox romanica. - Bern. - Bd. 13(1954), p. 445-451
  • Hommages à Max Niedermann, In: The Classical Review, 1956, vol. 6 (3-4), pp.317-319.
  • Hommages à Max Niedermann, In: L'Antiquité Classique, 1 January 1957, vol. 26 (1), pp.289-292.

Liens externes[modifier | modifier le code]