Aller au contenu

Maurice de Waleffe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maurice de Waleffe
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Maurice Eugène Hubert CartuyvelsVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Maurice Cartuyvels de Waleffe, Maurice de WaleffeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Université libre de Bruxelles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Parentèle
Iwan Gilkin (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
signature de Maurice de Waleffe
Signature

Maurice Eugène Hubert Cartuyvels dit Maurice de Waleffe, né le à Bruxelles[1] et mort le dans le 9e arrondissement de Paris[2], est un journaliste et écrivain français d'origine belge.

Il est notamment connu pour avoir dirigé le quotidien national Paris-Midi de 1911 à 1944 et fondé en 1920 « La plus belle Femme de France », premier nom du concours de Miss France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice de Waleffe est le fils de l'ingénieur Joseph Cartuyvels, né en 1844 à Lens-Saint-Remy, et de Caroline Lucie Teston, née en 1854 à Verviers, qui s'étaient mariés à Bruxelles[3] en 1873.

Né Belge, Maurice de Waleffe est naturalisé Français[4] par décret du [5].

Sa sœur épousa l'écrivain, poète et journaliste Iwan Gilkin.

Mort d'une crise cardiaque[6] à l'âge de 71 ans, il était marié depuis mai 1902 avec Anne Cellier (1865-19??)[7]. Il repose au cimetière des Batignolles (division 29).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1895 : La Répétition interrompue, marivaudage en 1 acte avec Francis de Croisset, Bruxelles, imprimerie Vve Monnon.
  • 1901 : Les Toiles d'araignée, comédie moderne en 1 acte avec Francis de Croisset, créée à la Salle des fêtes du Journal. Pièce éditée par Calmann-Lévy, Paris, 1901.
  • 1901 : Le je ne sais quoi, comédie en trois actes avec Francis de Croisset, au théâtre des Capucines (). Pièce éditée par la librairie Molière, Paris, 1905.
  • 1901 : Mater Dolorosa, roman écrit en collaboration avec Hermine Lecomte du Nouÿ, Paris, éditions Calmann-Lévy. Plusieurs fois réédité jusqu'en 1934.
  • 1906 : Le Péplôs vert, mœurs égyptiennes antiques, Paris, éditions E. Fasquelle.
  • 1907 : La Madeleine amoureuse. Roman juif, Paris, éditions E. Fasquelle.
  • 1909 : Les Paradis de l'Amérique centrale : les Antilles, Panama, Costa-Rica, le Mexique, Paris, éditions E. Fasquelle. Édité en anglais sous le titre The Fair Land of Central America par John Long, Londres, 1911.
  • 1910 : Héloïse amante et dupe d'Abélard. La fin d'une légende, Paris, éditions d'Art et de Littérature.
  • 1923 : La Reine Taïa, roman des temps pharaoniques (le Péplôs vert), Paris, Bibliothèque Charpentier.
  • 1947 : Quand Paris était un paradis. Mémoires 1900-1939, Paris, éditions Denoël.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Forestier, « “Quand Paris était un paradis”, le livre qui raconte une vie passée à l’ombre de la tour Eiffel », nouvelobs.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  • Joseph-Marie Jadot, « Cartuyvels (Maurice, en littérature : Maurice de Waleffe) », dans Biographie belge d'outre-mer, t. VI, Bruxelles, Académie royale des sciences d'outre-mer, (lire en ligne [PDF]), col. 185-186 Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Les Trois Moustiquaires (ill. Ochs), « Maurice de Waleffe », Pourquoi pas ?, vol. 16, no 629,‎ , p. 927 ; 929-930 (lire en ligne [PDF], consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance de la ville de Bruxelles n° 3470 du 17 juillet 1874. Maurice Eugène Cartuyvels est né le le 14 juillet 1874 à six heures du matin, rue de Trèves, n° 17, 5e division, fils de Joseph Jules Oscar Cartuyvels, ingénieur, né à Lens-Saint-Remy et de Caroline Lucie Teston, née à Verviers, conjoints domiciliés aux Waleffes. Il est donc bien né à Bruxelles et non aux Waleffes le 15 juillet 1874 comme l'affirment Joseph-Marie Jadot et l'hebdomadaire belge Pourquoi pas ? du 20 août 1926. Les actes de mariage et de décès de Maurice de Waleffe à Paris ainsi que sa fiche de recrutement militaire sont formels. Les Waleffes était le lieu de la maison de campagne de la famille Cartuyvels et non celui de leur résidence principale qui, elle, était à Bruxelles, rue Véronèse.
  2. Acte de décès n° 280 (vue 27/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 9e arrondissement, registre des décès.
  3. Bruxelles, acte de mariage n° 420 du 16 avril 1873. Les futurs époux ont passé un contrat de mariage chez Me Delefortrie, notaire à Bruxelles le 22 mars 1873. Le futur, Joseph Jules Oscar Cartuyvels, ingénieur, né à Lens-Saint-Rémy, province de Liège, le 27 octobre 1844, et résidant aux Waleffes, est le fils de Léonard Charles Eugène Cartuyvels, résidant à Lens-Saint-Rémy, fabricant de sucre, et de Marguerite Joseph Constance Hanson, résidant à Lens-Saint-Rémy. La future, Caroline Lucie Teston, née à Verviers le 27 novembre 1854, résidant à Bruxelles, rue des Trèves n° 17, est la fille de Charles Julien Teston, ingénieur, résidant à Bruxelles et de Célina Hubertine Deleval, résidant à Bruxelles. Les témoins sont Alfred Cartuyvels, frère du futur, âgé de 31 ans, résidant à Schaerbeek et candidat notaire, Zénon Cartuyvels, frère du futur, âgé de 32 ans, résidant à Herstal, industriel, Henri Delrez, âgé de 67 ans, résidant à Elbeuf, filateur, Emile Bede, âgé de 44 ans, résidant à Verviers, constructeur.
  4. Les Trois Moustiquaires 1926, p. 927.
  5. Recrutement militaire de la Seine, 6ème bureau de Paris. Archives en ligne de la Ville de Paris, registre matricule de la classe 1912, matricule 61.
  6. Maurice de Waleffe succombe à une crise cardiaque. Combat, 2 avril 1946, p. 1, lire en ligne sur Gallica.
  7. Acte de mariage n° 415 (vue 16/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 8e arrondissement, registre des mariages de 1902.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :